La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Hartmut Haenchen, un chef d'exception à la tête du Philharmonique de Radio France

Le 29 mars, le chef Hartmut Haenchen livrait une prodigieuse neuvième symphonie de Gustav Mahler à la tête d'un Orchestre Philharmonique de Radio France en état de grâce.



© DR.
© DR.
Étonnamment, le chef allemand Harmut Haenchen se fait rare en France depuis son magnifique "Parsifal" à Bastille en 2008. Ces derniers temps, mise à part l'invitation en 2017 par l'Opéra de Lyon (pour une "Elektra" sublime et un "Tristan" remarquable au Festival "Mémoires"), on l'appelle bien souvent pour remplacer tel ou tel chef souffrant, dans un répertoire germanique (en gros la sainte Trinité Wagner, Mahler, Strauss) qu'il porte aux sommets.

Ce fut le cas au Festival de Saint-Denis en 2017 pour "Das Lied von der Erde". Et c'est encore à une invitation de dernière minute pour diriger le concert Mahler de Radio France (et celui de Toulouse le lendemain, suite à la défection de Myung-Whun Chung souffrant) que l'auditeur doit le plaisir aigu de le retrouver à l'Auditorium. Le chef allemand, bien qu'âgé de soixante-quinze ans, affiche toujours une forme et une fraîcheur intactes avec une direction d'un engagement total pendant les quatre-vingt minutes de la 9e Symphonie de Gustav Mahler.

La Symphonie n° 9 en ré majeur est composée durant l'été 1909 à Toblach dans les Dolomites. Créée par Bruno Walter en 1912, un an après la mort de Mahler, c'est la dernière symphonie achevée par le compositeur éprouvé par plusieurs drames : la perte de sa fille, la démission de l'Opéra de Vienne, la découverte de l'infidélité d'Alma et de son problème cardiaque - qui allait l'emporter à cinquante-et-un ans. Après "Le Chant de la Terre" écrit en 1908, la neuvième symphonie (purement instrumentale) redistribue les cartes de la forme musicale et de l'écriture malhérienne pour une méditation pleine de fureur et de douceur sur la mélancolie, le deuil et la mort, tel un dernier adieu à l'amour et à la vie.

© Jean-François Leclerq.
© Jean-François Leclerq.
De façon inédite donc, les mouvements lents "Andante commodo" et "Adagio" ouvrent et concluent cette symphonie en quatre mouvements, encadrant un "Ländler" et un "Rondo-Burleske" vifs. Le noble chef originaire de Dresde a amené avec lui le premier violon Kai Vogler (Premier Violon solo de la Staatskapelle Dresden), dont les échappées brillantes n'éclipsent pas le solide travail réalisé avec les musiciens pendant le concert.

L'Andante initial - très admiré par Alban Berg à qui Alma avait offert la partition manuscrite de l’œuvre - se fait d'abord marche funèbre ; puis Hartmut Haenchen libère les forces telluriques du Philharmonique, extrêmement concentré, très impliqué et constamment virtuose. Observer les musiciens de l'orchestre sera tout simplement un bonheur.

Les dialogues d'instruments à instruments, de pupitres à pupitres, prennent bientôt le pas sans pouvoir maintenir un discours continu dans ce monde apocalyptique, qui ne retrouve un nouvel ordre que pour le voir s'effondrer aussitôt. Hartmut Haenchen organise ce chaos, fait chanter ou grincer les solistes, les duellistes, les masses orchestrales en une brillante odyssée de timbres, soignant comme il sait le faire les enchaînements, en orfévrant les dynamiques.

© DR.
© DR.
Les mouvements suivants fascineront tout autant, vrai voyage dans les limbes comme au ciel, avec ses élans vitaux, ses paroxysmes fulgurants et naturellement, jamais loin avec l'ironie et la cocasserie faisant place au plus poignant lyrisme (et quelles mélodies !). L'intégrité légendaire du chef (quant aux indications des compositeurs), sa quête, la hauteur de sa vision emportent l'orchestre au sommet espéré que mérite cette musique exigeante, incroyablement difficile à exécuter.

Hartmut Haenchen, avec cœur et âme, livre tout simplement une des plus belles et des plus denses versions entendues jusque dans le dernier mouvement "adagio", pur chant de sérénité et de tendresse qui offre un dernier frisson. De son fortissimo enivrant au diminuendo incroyable de maîtrise, avec ses vagues montantes et refluantes aux lignes nettement dessinées, jusqu'à l'extinction ultime (marquée "quadruple piano"), l'adieu malhérien offre une échappée vers une autre dimension, "anywhere out of the world" - avec une des fins les plus impressionnantes de toute l'histoire de la musique, saluée par un silence plein d'une bonne minute ensuite (une éternité à la radio qui diffusait le concert). On ne redescend pas aisément de telles cimes.

Concert entendu le 29 mars 2018.

À réécouter en podcast sur France Musique/concert.
Ou voir et écouter sur Arte

Christine Ducq
Dimanche 8 Avril 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019