Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

De poignants "Dialogues des Carmélites" au Théâtre des Champs-Élysées

Jusqu'au 16 février 2018, reprise au TCE de la production d'Olivier Py du chef-d'œuvre de Francis Poulenc avec une superbe distribution dominée par Patricia Petibon. Un spectacle de haut lignage où ont aussi leur part un Orchestre national de France souverain, les chœurs du TCE et de l'Ensemble Aedes dirigés par Jérémie Rhorer.



© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Entre la découverte du dialogue cinématographique de Georges Bernanos (celui de "Dialogues des Carmélites" de Philippe Agostini) en 1953 et la création de la plus haute de ses œuvres en 1957 (à Milan puis à Paris), Francis Poulenc est passé par tous les états, a vécu un drame sans précédent (en perdant son compagnon) et passe même finalement deux semaines dans une clinique pour surmonter une angoisse qui l'a submergé peu à peu. Mais son grand opéra fondé sur l'histoire vraie du martyre de carmélites guillotinées en 1794, onze jours avant la fin de la Terreur, est un triomphe.

Ces quatre années passées ont été en tout cas pour Francis Poulenc celles de la solitude, de la fièvre et d'une passion quasi christique, les plus difficiles sans doute depuis sa conversion de 1936. Isolé dans le monde musical des années cinquante qui ne jure que par une avant-garde méprisant l'ordre tonal, ce Chrétien ne saurait s'y rallier. Renoncer à la tonalité (donc à un ordre métaphysique) consisterait en effet en une véritable impiété. Impensable.

Mais la spiritualité du croyant ne rime pas dans cette époque d'après-guerre avec une foi tranquille. Les charniers de ce XXe siècle sanglant n'ont-t-ils pas confirmé que Dieu est bien mort - après Nietzsche ? Aussi Poulenc affirmera se retrouver absolument dans la foi inquiète et amère d'un Bernanos comme dans les questions posées par ses "Dialogues". Une jeune aristocrate, Blanche de La Force, entre au Carmel pour échapper à la peur du monde. Elle éprouvera dans la communauté qu'elle a rejointe des terreurs bien plus vertigineuses face au silence de Dieu, à l'abandon de l'orgueil, à la mort, au sacrifice, mais elle y trouvera aussi la signification transcendante de sa vie.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Disons-le d'emblée, la mise en scène d'Olivier Py, créée au TCE à l'occasion du cinquantenaire de la mort de Francis Poulenc en 2013, est une réussite admirable (nonobstant un ou deux tics auxquels il pourrait maintenant renoncer, comme ces mots qu'on n'en finit pas de tracer sur les murs dans chacun de ses spectacles).

Faisant le choix de l'austérité et du vide (évoquant parfois en noir et blanc une toile de Philippe de Champaigne) - un monde carcéral, ténébreux tel le désert spirituel que doivent affronter les Carmélites -, le metteur en scène use de panneaux glissants et de rares objets pour caractériser les différents lieux de la tragédie dans le livret (hôtel particulier La Force, parloir du couvent, jardin à Compiègne, puis Paris et sa geôle, sa Place de la Nation où on guillotine) tout en installant le climat oppressant idoine d'un cadre unique noir, formant souvent une croix à l'ouverture ou à la fermeture.

Trois tableaux particulièrement naïfs, comme la foi de la jeune Sœur Constance, symbolisent la fraternité de ces femmes de tous âges qui ont renoncé à tout pour nouer une alliance mystique avec Jésus et son sacrifice. Les scènes se succèdent, établissant leurs caractères divers, l'héroïsme, l'humilité, la dureté ou la tentation de la palinodie (Blanche, Mme de Croissy, Mère Marie). La référence à la période révolutionnaire est présente mais discrète. Pour le croyant qu'est Olivier Py, il s'agit bien d'une histoire universelle.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Parmi les très belles idées offertes ici, signalons la terrible agonie de la Vieille Prieure comme vue du ciel (avec le public à la place de ce Dieu peut-être absent) et la scène finale sublime, où les implacables bruits du couperet vident le plateau ; chacune des religieuses allumant une étoile dans le ciel d'un soir "fait (…) de bleu mystique".

Patricia Petibon est une Blanche de La Force inégalable, idéale, la seule aujourd'hui. Dès son entrée en scène, force est de constater qu'elle a vingt-cinq ans pour toujours, vocalement et physiquement. Ce rôle qu'elle a chanté sur les plus grandes scènes est désormais le sien, exclusivement. Elle y est magnifique. Son chant à la ligne parfaite, aux inflexions artistes, épouse superbement la prosodie du texte - une obsession pour Poulenc, après Debussy. Les tumultueux sentiments agonistiques que traverse son personnage, comme les diffractions de la lumière du jour jusqu'à la nuit sur une cathédrale, sont éloquents et beaux dans un art de la conversation musicale d'un raffinement inouï.

Dans cette maîtrise d'un art majeur, elle est rejointe par Stanislas de Barbeyrac dans le rôle du Chevalier (son frère). Le timbre du ténor est d'un éclat sans pareil ; le phrasé, la diction, la projection sont tout simplement parfaits. Quel beau Pelléas a-t-il dû être à Bordeaux !

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Dans ce beau théâtre des Champs-Élysées, a-t-on jamais mieux apprécié le mezzo de Sophie Koch ? En Sous-prieure, l'ambivalente Mère Marie, sa déclamation ouvragée offre un contrepoint idéal dans ces dialogues. L'ange Sabine Devieilhe est, quant à elle, une lumineuse Sœur Constance. Son chant cristallin et pur exprime bien l'état de sainteté primitif de son personnage.

Si la Mme Lidoine de Véronique Gens est une Prieure émouvante, quoique parfois un peu monotone, la Vieille Prieure d'Anne Sofie von Otter bouleverse dans sa grande scène d'agonie. Vocalement ardu, son rôle lui réserve une série d'obstacles (dans les passages de registres vers l'aigu ou le grave) que sa tessiture de mezzo négocie deux ou trois fois périlleusement (c'est un rôle prévu pour une alto). Son engagement comme celui de ses camarades emporte néanmoins tout sur son passage. Citons aussi Nicolas Cavallier (un tendre père ici), Enguerrand de Hys, premier Commissaire aux contours nets, Arnaud Richard et Matthieu Lécroart, marquants eux aussi.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Jérémie Rhorer entraîne l'Orchestre national de France et les chœurs vers l'apothéose mystique finale en un geste précis, idéalement équilibré entre accompagnement coloriste individualisé des personnages (respectant le vœu de Poulenc d'un orchestre labile, translucide, accompagnant les voix) jusqu'à la ferveur lyrique s'assombrissant d'interludes en interludes. Les solistes et les pupitres de l'orchestre font encore merveille et sont bien les agents de cette Grâce (toute musicale ici) qui finit par triompher.

Spectacle vu le 7 février 2018.

Dernières dates au TCE : mercredi 14, vendredi 16 février 2018 à 19 h 30.

Au Théâtre de Caen les 22 et 24 février 2018.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Retransmission sur France Musique le 25 février 2018 à 20 h.

Théâtre des Champs-Élysées.
15 avenue Montaigne, Paris 8e.
Tél. : 01 49 52 50 50.
>> theatrechampselysees.fr

Jérémie Rhorer, direction musicale.
Olivier Py, mise en scène.
Pierre-André Weitz, scénographie et costumes.
Bertrand Killy, lumières.

Patricia Petibon, Blanche de la Force.
Sophie Koch, Mère Marie de l’Incarnation.
Véronique Gens, Madame Lidoine.
Sabine Devieilhe, Sœur Constance de Saint Denis.
Anne Sofie von Otter, Madame de Croissy.
Stanislas de Barbeyrac, Le Chevalier de la Force.
Nicolas Cavallier, Le Marquis de la Force.
Sarah Jouffroy, Mère Jeanne de l’Enfant Jésus.
Lucie Roche, Sœur Mathilde.
François Piolino, Le Père confesseur du couvent.
Enguerrand de Hys, Le premier commissaire.
Arnaud Richard, Le second commissaire, un officier.
Matthieu Lécroart, Thierry, le médecin, le geôlier.

Orchestre national de France.
Chœur du Théâtre des Champs-Élysées.
Ensemble Aedes.
Mathieu Romano, direction.

Christine Ducq
Mercredi 14 Février 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020