La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

De poignants "Dialogues des Carmélites" au Théâtre des Champs-Élysées

Jusqu'au 16 février 2018, reprise au TCE de la production d'Olivier Py du chef-d'œuvre de Francis Poulenc avec une superbe distribution dominée par Patricia Petibon. Un spectacle de haut lignage où ont aussi leur part un Orchestre national de France souverain, les chœurs du TCE et de l'Ensemble Aedes dirigés par Jérémie Rhorer.



© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Entre la découverte du dialogue cinématographique de Georges Bernanos (celui de "Dialogues des Carmélites" de Philippe Agostini) en 1953 et la création de la plus haute de ses œuvres en 1957 (à Milan puis à Paris), Francis Poulenc est passé par tous les états, a vécu un drame sans précédent (en perdant son compagnon) et passe même finalement deux semaines dans une clinique pour surmonter une angoisse qui l'a submergé peu à peu. Mais son grand opéra fondé sur l'histoire vraie du martyre de carmélites guillotinées en 1794, onze jours avant la fin de la Terreur, est un triomphe.

Ces quatre années passées ont été en tout cas pour Francis Poulenc celles de la solitude, de la fièvre et d'une passion quasi christique, les plus difficiles sans doute depuis sa conversion de 1936. Isolé dans le monde musical des années cinquante qui ne jure que par une avant-garde méprisant l'ordre tonal, ce Chrétien ne saurait s'y rallier. Renoncer à la tonalité (donc à un ordre métaphysique) consisterait en effet en une véritable impiété. Impensable.

Mais la spiritualité du croyant ne rime pas dans cette époque d'après-guerre avec une foi tranquille. Les charniers de ce XXe siècle sanglant n'ont-t-ils pas confirmé que Dieu est bien mort - après Nietzsche ? Aussi Poulenc affirmera se retrouver absolument dans la foi inquiète et amère d'un Bernanos comme dans les questions posées par ses "Dialogues". Une jeune aristocrate, Blanche de La Force, entre au Carmel pour échapper à la peur du monde. Elle éprouvera dans la communauté qu'elle a rejointe des terreurs bien plus vertigineuses face au silence de Dieu, à l'abandon de l'orgueil, à la mort, au sacrifice, mais elle y trouvera aussi la signification transcendante de sa vie.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Disons-le d'emblée, la mise en scène d'Olivier Py, créée au TCE à l'occasion du cinquantenaire de la mort de Francis Poulenc en 2013, est une réussite admirable (nonobstant un ou deux tics auxquels il pourrait maintenant renoncer, comme ces mots qu'on n'en finit pas de tracer sur les murs dans chacun de ses spectacles).

Faisant le choix de l'austérité et du vide (évoquant parfois en noir et blanc une toile de Philippe de Champaigne) - un monde carcéral, ténébreux tel le désert spirituel que doivent affronter les Carmélites -, le metteur en scène use de panneaux glissants et de rares objets pour caractériser les différents lieux de la tragédie dans le livret (hôtel particulier La Force, parloir du couvent, jardin à Compiègne, puis Paris et sa geôle, sa Place de la Nation où on guillotine) tout en installant le climat oppressant idoine d'un cadre unique noir, formant souvent une croix à l'ouverture ou à la fermeture.

Trois tableaux particulièrement naïfs, comme la foi de la jeune Sœur Constance, symbolisent la fraternité de ces femmes de tous âges qui ont renoncé à tout pour nouer une alliance mystique avec Jésus et son sacrifice. Les scènes se succèdent, établissant leurs caractères divers, l'héroïsme, l'humilité, la dureté ou la tentation de la palinodie (Blanche, Mme de Croissy, Mère Marie). La référence à la période révolutionnaire est présente mais discrète. Pour le croyant qu'est Olivier Py, il s'agit bien d'une histoire universelle.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Parmi les très belles idées offertes ici, signalons la terrible agonie de la Vieille Prieure comme vue du ciel (avec le public à la place de ce Dieu peut-être absent) et la scène finale sublime, où les implacables bruits du couperet vident le plateau ; chacune des religieuses allumant une étoile dans le ciel d'un soir "fait (…) de bleu mystique".

Patricia Petibon est une Blanche de La Force inégalable, idéale, la seule aujourd'hui. Dès son entrée en scène, force est de constater qu'elle a vingt-cinq ans pour toujours, vocalement et physiquement. Ce rôle qu'elle a chanté sur les plus grandes scènes est désormais le sien, exclusivement. Elle y est magnifique. Son chant à la ligne parfaite, aux inflexions artistes, épouse superbement la prosodie du texte - une obsession pour Poulenc, après Debussy. Les tumultueux sentiments agonistiques que traverse son personnage, comme les diffractions de la lumière du jour jusqu'à la nuit sur une cathédrale, sont éloquents et beaux dans un art de la conversation musicale d'un raffinement inouï.

Dans cette maîtrise d'un art majeur, elle est rejointe par Stanislas de Barbeyrac dans le rôle du Chevalier (son frère). Le timbre du ténor est d'un éclat sans pareil ; le phrasé, la diction, la projection sont tout simplement parfaits. Quel beau Pelléas a-t-il dû être à Bordeaux !

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Dans ce beau théâtre des Champs-Élysées, a-t-on jamais mieux apprécié le mezzo de Sophie Koch ? En Sous-prieure, l'ambivalente Mère Marie, sa déclamation ouvragée offre un contrepoint idéal dans ces dialogues. L'ange Sabine Devieilhe est, quant à elle, une lumineuse Sœur Constance. Son chant cristallin et pur exprime bien l'état de sainteté primitif de son personnage.

Si la Mme Lidoine de Véronique Gens est une Prieure émouvante, quoique parfois un peu monotone, la Vieille Prieure d'Anne Sofie von Otter bouleverse dans sa grande scène d'agonie. Vocalement ardu, son rôle lui réserve une série d'obstacles (dans les passages de registres vers l'aigu ou le grave) que sa tessiture de mezzo négocie deux ou trois fois périlleusement (c'est un rôle prévu pour une alto). Son engagement comme celui de ses camarades emporte néanmoins tout sur son passage. Citons aussi Nicolas Cavallier (un tendre père ici), Enguerrand de Hys, premier Commissaire aux contours nets, Arnaud Richard et Matthieu Lécroart, marquants eux aussi.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Jérémie Rhorer entraîne l'Orchestre national de France et les chœurs vers l'apothéose mystique finale en un geste précis, idéalement équilibré entre accompagnement coloriste individualisé des personnages (respectant le vœu de Poulenc d'un orchestre labile, translucide, accompagnant les voix) jusqu'à la ferveur lyrique s'assombrissant d'interludes en interludes. Les solistes et les pupitres de l'orchestre font encore merveille et sont bien les agents de cette Grâce (toute musicale ici) qui finit par triompher.

Spectacle vu le 7 février 2018.

Dernières dates au TCE : mercredi 14, vendredi 16 février 2018 à 19 h 30.

Au Théâtre de Caen les 22 et 24 février 2018.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Retransmission sur France Musique le 25 février 2018 à 20 h.

Théâtre des Champs-Élysées.
15 avenue Montaigne, Paris 8e.
Tél. : 01 49 52 50 50.
>> theatrechampselysees.fr

Jérémie Rhorer, direction musicale.
Olivier Py, mise en scène.
Pierre-André Weitz, scénographie et costumes.
Bertrand Killy, lumières.

Patricia Petibon, Blanche de la Force.
Sophie Koch, Mère Marie de l’Incarnation.
Véronique Gens, Madame Lidoine.
Sabine Devieilhe, Sœur Constance de Saint Denis.
Anne Sofie von Otter, Madame de Croissy.
Stanislas de Barbeyrac, Le Chevalier de la Force.
Nicolas Cavallier, Le Marquis de la Force.
Sarah Jouffroy, Mère Jeanne de l’Enfant Jésus.
Lucie Roche, Sœur Mathilde.
François Piolino, Le Père confesseur du couvent.
Enguerrand de Hys, Le premier commissaire.
Arnaud Richard, Le second commissaire, un officier.
Matthieu Lécroart, Thierry, le médecin, le geôlier.

Orchestre national de France.
Chœur du Théâtre des Champs-Élysées.
Ensemble Aedes.
Mathieu Romano, direction.

Christine Ducq
Mercredi 14 Février 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020