La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

De poignants "Dialogues des Carmélites" au Théâtre des Champs-Élysées

Jusqu'au 16 février 2018, reprise au TCE de la production d'Olivier Py du chef-d'œuvre de Francis Poulenc avec une superbe distribution dominée par Patricia Petibon. Un spectacle de haut lignage où ont aussi leur part un Orchestre national de France souverain, les chœurs du TCE et de l'Ensemble Aedes dirigés par Jérémie Rhorer.



© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Entre la découverte du dialogue cinématographique de Georges Bernanos (celui de "Dialogues des Carmélites" de Philippe Agostini) en 1953 et la création de la plus haute de ses œuvres en 1957 (à Milan puis à Paris), Francis Poulenc est passé par tous les états, a vécu un drame sans précédent (en perdant son compagnon) et passe même finalement deux semaines dans une clinique pour surmonter une angoisse qui l'a submergé peu à peu. Mais son grand opéra fondé sur l'histoire vraie du martyre de carmélites guillotinées en 1794, onze jours avant la fin de la Terreur, est un triomphe.

Ces quatre années passées ont été en tout cas pour Francis Poulenc celles de la solitude, de la fièvre et d'une passion quasi christique, les plus difficiles sans doute depuis sa conversion de 1936. Isolé dans le monde musical des années cinquante qui ne jure que par une avant-garde méprisant l'ordre tonal, ce Chrétien ne saurait s'y rallier. Renoncer à la tonalité (donc à un ordre métaphysique) consisterait en effet en une véritable impiété. Impensable.

Mais la spiritualité du croyant ne rime pas dans cette époque d'après-guerre avec une foi tranquille. Les charniers de ce XXe siècle sanglant n'ont-t-ils pas confirmé que Dieu est bien mort - après Nietzsche ? Aussi Poulenc affirmera se retrouver absolument dans la foi inquiète et amère d'un Bernanos comme dans les questions posées par ses "Dialogues". Une jeune aristocrate, Blanche de La Force, entre au Carmel pour échapper à la peur du monde. Elle éprouvera dans la communauté qu'elle a rejointe des terreurs bien plus vertigineuses face au silence de Dieu, à l'abandon de l'orgueil, à la mort, au sacrifice, mais elle y trouvera aussi la signification transcendante de sa vie.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Disons-le d'emblée, la mise en scène d'Olivier Py, créée au TCE à l'occasion du cinquantenaire de la mort de Francis Poulenc en 2013, est une réussite admirable (nonobstant un ou deux tics auxquels il pourrait maintenant renoncer, comme ces mots qu'on n'en finit pas de tracer sur les murs dans chacun de ses spectacles).

Faisant le choix de l'austérité et du vide (évoquant parfois en noir et blanc une toile de Philippe de Champaigne) - un monde carcéral, ténébreux tel le désert spirituel que doivent affronter les Carmélites -, le metteur en scène use de panneaux glissants et de rares objets pour caractériser les différents lieux de la tragédie dans le livret (hôtel particulier La Force, parloir du couvent, jardin à Compiègne, puis Paris et sa geôle, sa Place de la Nation où on guillotine) tout en installant le climat oppressant idoine d'un cadre unique noir, formant souvent une croix à l'ouverture ou à la fermeture.

Trois tableaux particulièrement naïfs, comme la foi de la jeune Sœur Constance, symbolisent la fraternité de ces femmes de tous âges qui ont renoncé à tout pour nouer une alliance mystique avec Jésus et son sacrifice. Les scènes se succèdent, établissant leurs caractères divers, l'héroïsme, l'humilité, la dureté ou la tentation de la palinodie (Blanche, Mme de Croissy, Mère Marie). La référence à la période révolutionnaire est présente mais discrète. Pour le croyant qu'est Olivier Py, il s'agit bien d'une histoire universelle.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Parmi les très belles idées offertes ici, signalons la terrible agonie de la Vieille Prieure comme vue du ciel (avec le public à la place de ce Dieu peut-être absent) et la scène finale sublime, où les implacables bruits du couperet vident le plateau ; chacune des religieuses allumant une étoile dans le ciel d'un soir "fait (…) de bleu mystique".

Patricia Petibon est une Blanche de La Force inégalable, idéale, la seule aujourd'hui. Dès son entrée en scène, force est de constater qu'elle a vingt-cinq ans pour toujours, vocalement et physiquement. Ce rôle qu'elle a chanté sur les plus grandes scènes est désormais le sien, exclusivement. Elle y est magnifique. Son chant à la ligne parfaite, aux inflexions artistes, épouse superbement la prosodie du texte - une obsession pour Poulenc, après Debussy. Les tumultueux sentiments agonistiques que traverse son personnage, comme les diffractions de la lumière du jour jusqu'à la nuit sur une cathédrale, sont éloquents et beaux dans un art de la conversation musicale d'un raffinement inouï.

Dans cette maîtrise d'un art majeur, elle est rejointe par Stanislas de Barbeyrac dans le rôle du Chevalier (son frère). Le timbre du ténor est d'un éclat sans pareil ; le phrasé, la diction, la projection sont tout simplement parfaits. Quel beau Pelléas a-t-il dû être à Bordeaux !

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Dans ce beau théâtre des Champs-Élysées, a-t-on jamais mieux apprécié le mezzo de Sophie Koch ? En Sous-prieure, l'ambivalente Mère Marie, sa déclamation ouvragée offre un contrepoint idéal dans ces dialogues. L'ange Sabine Devieilhe est, quant à elle, une lumineuse Sœur Constance. Son chant cristallin et pur exprime bien l'état de sainteté primitif de son personnage.

Si la Mme Lidoine de Véronique Gens est une Prieure émouvante, quoique parfois un peu monotone, la Vieille Prieure d'Anne Sofie von Otter bouleverse dans sa grande scène d'agonie. Vocalement ardu, son rôle lui réserve une série d'obstacles (dans les passages de registres vers l'aigu ou le grave) que sa tessiture de mezzo négocie deux ou trois fois périlleusement (c'est un rôle prévu pour une alto). Son engagement comme celui de ses camarades emporte néanmoins tout sur son passage. Citons aussi Nicolas Cavallier (un tendre père ici), Enguerrand de Hys, premier Commissaire aux contours nets, Arnaud Richard et Matthieu Lécroart, marquants eux aussi.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Jérémie Rhorer entraîne l'Orchestre national de France et les chœurs vers l'apothéose mystique finale en un geste précis, idéalement équilibré entre accompagnement coloriste individualisé des personnages (respectant le vœu de Poulenc d'un orchestre labile, translucide, accompagnant les voix) jusqu'à la ferveur lyrique s'assombrissant d'interludes en interludes. Les solistes et les pupitres de l'orchestre font encore merveille et sont bien les agents de cette Grâce (toute musicale ici) qui finit par triompher.

Spectacle vu le 7 février 2018.

Dernières dates au TCE : mercredi 14, vendredi 16 février 2018 à 19 h 30.

Au Théâtre de Caen les 22 et 24 février 2018.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Retransmission sur France Musique le 25 février 2018 à 20 h.

Théâtre des Champs-Élysées.
15 avenue Montaigne, Paris 8e.
Tél. : 01 49 52 50 50.
>> theatrechampselysees.fr

Jérémie Rhorer, direction musicale.
Olivier Py, mise en scène.
Pierre-André Weitz, scénographie et costumes.
Bertrand Killy, lumières.

Patricia Petibon, Blanche de la Force.
Sophie Koch, Mère Marie de l’Incarnation.
Véronique Gens, Madame Lidoine.
Sabine Devieilhe, Sœur Constance de Saint Denis.
Anne Sofie von Otter, Madame de Croissy.
Stanislas de Barbeyrac, Le Chevalier de la Force.
Nicolas Cavallier, Le Marquis de la Force.
Sarah Jouffroy, Mère Jeanne de l’Enfant Jésus.
Lucie Roche, Sœur Mathilde.
François Piolino, Le Père confesseur du couvent.
Enguerrand de Hys, Le premier commissaire.
Arnaud Richard, Le second commissaire, un officier.
Matthieu Lécroart, Thierry, le médecin, le geôlier.

Orchestre national de France.
Chœur du Théâtre des Champs-Élysées.
Ensemble Aedes.
Mathieu Romano, direction.

Christine Ducq
Mercredi 14 Février 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021