La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

De poignants "Dialogues des Carmélites" au Théâtre des Champs-Élysées

Jusqu'au 16 février 2018, reprise au TCE de la production d'Olivier Py du chef-d'œuvre de Francis Poulenc avec une superbe distribution dominée par Patricia Petibon. Un spectacle de haut lignage où ont aussi leur part un Orchestre national de France souverain, les chœurs du TCE et de l'Ensemble Aedes dirigés par Jérémie Rhorer.



© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Entre la découverte du dialogue cinématographique de Georges Bernanos (celui de "Dialogues des Carmélites" de Philippe Agostini) en 1953 et la création de la plus haute de ses œuvres en 1957 (à Milan puis à Paris), Francis Poulenc est passé par tous les états, a vécu un drame sans précédent (en perdant son compagnon) et passe même finalement deux semaines dans une clinique pour surmonter une angoisse qui l'a submergé peu à peu. Mais son grand opéra fondé sur l'histoire vraie du martyre de carmélites guillotinées en 1794, onze jours avant la fin de la Terreur, est un triomphe.

Ces quatre années passées ont été en tout cas pour Francis Poulenc celles de la solitude, de la fièvre et d'une passion quasi christique, les plus difficiles sans doute depuis sa conversion de 1936. Isolé dans le monde musical des années cinquante qui ne jure que par une avant-garde méprisant l'ordre tonal, ce Chrétien ne saurait s'y rallier. Renoncer à la tonalité (donc à un ordre métaphysique) consisterait en effet en une véritable impiété. Impensable.

Mais la spiritualité du croyant ne rime pas dans cette époque d'après-guerre avec une foi tranquille. Les charniers de ce XXe siècle sanglant n'ont-t-ils pas confirmé que Dieu est bien mort - après Nietzsche ? Aussi Poulenc affirmera se retrouver absolument dans la foi inquiète et amère d'un Bernanos comme dans les questions posées par ses "Dialogues". Une jeune aristocrate, Blanche de La Force, entre au Carmel pour échapper à la peur du monde. Elle éprouvera dans la communauté qu'elle a rejointe des terreurs bien plus vertigineuses face au silence de Dieu, à l'abandon de l'orgueil, à la mort, au sacrifice, mais elle y trouvera aussi la signification transcendante de sa vie.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Disons-le d'emblée, la mise en scène d'Olivier Py, créée au TCE à l'occasion du cinquantenaire de la mort de Francis Poulenc en 2013, est une réussite admirable (nonobstant un ou deux tics auxquels il pourrait maintenant renoncer, comme ces mots qu'on n'en finit pas de tracer sur les murs dans chacun de ses spectacles).

Faisant le choix de l'austérité et du vide (évoquant parfois en noir et blanc une toile de Philippe de Champaigne) - un monde carcéral, ténébreux tel le désert spirituel que doivent affronter les Carmélites -, le metteur en scène use de panneaux glissants et de rares objets pour caractériser les différents lieux de la tragédie dans le livret (hôtel particulier La Force, parloir du couvent, jardin à Compiègne, puis Paris et sa geôle, sa Place de la Nation où on guillotine) tout en installant le climat oppressant idoine d'un cadre unique noir, formant souvent une croix à l'ouverture ou à la fermeture.

Trois tableaux particulièrement naïfs, comme la foi de la jeune Sœur Constance, symbolisent la fraternité de ces femmes de tous âges qui ont renoncé à tout pour nouer une alliance mystique avec Jésus et son sacrifice. Les scènes se succèdent, établissant leurs caractères divers, l'héroïsme, l'humilité, la dureté ou la tentation de la palinodie (Blanche, Mme de Croissy, Mère Marie). La référence à la période révolutionnaire est présente mais discrète. Pour le croyant qu'est Olivier Py, il s'agit bien d'une histoire universelle.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Parmi les très belles idées offertes ici, signalons la terrible agonie de la Vieille Prieure comme vue du ciel (avec le public à la place de ce Dieu peut-être absent) et la scène finale sublime, où les implacables bruits du couperet vident le plateau ; chacune des religieuses allumant une étoile dans le ciel d'un soir "fait (…) de bleu mystique".

Patricia Petibon est une Blanche de La Force inégalable, idéale, la seule aujourd'hui. Dès son entrée en scène, force est de constater qu'elle a vingt-cinq ans pour toujours, vocalement et physiquement. Ce rôle qu'elle a chanté sur les plus grandes scènes est désormais le sien, exclusivement. Elle y est magnifique. Son chant à la ligne parfaite, aux inflexions artistes, épouse superbement la prosodie du texte - une obsession pour Poulenc, après Debussy. Les tumultueux sentiments agonistiques que traverse son personnage, comme les diffractions de la lumière du jour jusqu'à la nuit sur une cathédrale, sont éloquents et beaux dans un art de la conversation musicale d'un raffinement inouï.

Dans cette maîtrise d'un art majeur, elle est rejointe par Stanislas de Barbeyrac dans le rôle du Chevalier (son frère). Le timbre du ténor est d'un éclat sans pareil ; le phrasé, la diction, la projection sont tout simplement parfaits. Quel beau Pelléas a-t-il dû être à Bordeaux !

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Dans ce beau théâtre des Champs-Élysées, a-t-on jamais mieux apprécié le mezzo de Sophie Koch ? En Sous-prieure, l'ambivalente Mère Marie, sa déclamation ouvragée offre un contrepoint idéal dans ces dialogues. L'ange Sabine Devieilhe est, quant à elle, une lumineuse Sœur Constance. Son chant cristallin et pur exprime bien l'état de sainteté primitif de son personnage.

Si la Mme Lidoine de Véronique Gens est une Prieure émouvante, quoique parfois un peu monotone, la Vieille Prieure d'Anne Sofie von Otter bouleverse dans sa grande scène d'agonie. Vocalement ardu, son rôle lui réserve une série d'obstacles (dans les passages de registres vers l'aigu ou le grave) que sa tessiture de mezzo négocie deux ou trois fois périlleusement (c'est un rôle prévu pour une alto). Son engagement comme celui de ses camarades emporte néanmoins tout sur son passage. Citons aussi Nicolas Cavallier (un tendre père ici), Enguerrand de Hys, premier Commissaire aux contours nets, Arnaud Richard et Matthieu Lécroart, marquants eux aussi.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Jérémie Rhorer entraîne l'Orchestre national de France et les chœurs vers l'apothéose mystique finale en un geste précis, idéalement équilibré entre accompagnement coloriste individualisé des personnages (respectant le vœu de Poulenc d'un orchestre labile, translucide, accompagnant les voix) jusqu'à la ferveur lyrique s'assombrissant d'interludes en interludes. Les solistes et les pupitres de l'orchestre font encore merveille et sont bien les agents de cette Grâce (toute musicale ici) qui finit par triompher.

Spectacle vu le 7 février 2018.

Dernières dates au TCE : mercredi 14, vendredi 16 février 2018 à 19 h 30.

Au Théâtre de Caen les 22 et 24 février 2018.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Retransmission sur France Musique le 25 février 2018 à 20 h.

Théâtre des Champs-Élysées.
15 avenue Montaigne, Paris 8e.
Tél. : 01 49 52 50 50.
>> theatrechampselysees.fr

Jérémie Rhorer, direction musicale.
Olivier Py, mise en scène.
Pierre-André Weitz, scénographie et costumes.
Bertrand Killy, lumières.

Patricia Petibon, Blanche de la Force.
Sophie Koch, Mère Marie de l’Incarnation.
Véronique Gens, Madame Lidoine.
Sabine Devieilhe, Sœur Constance de Saint Denis.
Anne Sofie von Otter, Madame de Croissy.
Stanislas de Barbeyrac, Le Chevalier de la Force.
Nicolas Cavallier, Le Marquis de la Force.
Sarah Jouffroy, Mère Jeanne de l’Enfant Jésus.
Lucie Roche, Sœur Mathilde.
François Piolino, Le Père confesseur du couvent.
Enguerrand de Hys, Le premier commissaire.
Arnaud Richard, Le second commissaire, un officier.
Matthieu Lécroart, Thierry, le médecin, le geôlier.

Orchestre national de France.
Chœur du Théâtre des Champs-Élysées.
Ensemble Aedes.
Mathieu Romano, direction.

Christine Ducq
Mercredi 14 Février 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Vies de papier" Un road-movie immobile, une épopée de l'autodérision

Leur tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
08/01/2020
Spectacle à la Une

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Sortie à la Une

"Macbeth" Deux clowns donnent un éclat de rire à Shakespeare

C'est un petit bijou que ce spectacle. Le mariage réussi de deux grandes écoles apparemment éloignées : la tragédie élisabéthaine et l'art du clown. Politiques, conflits historiques, guerres et meurtres d'un côté, dérision, naïveté lumineuse, enfance et poésie de l'autre. Les deux mêlés font exploser le drame de Macbeth en feu d'artifice, entre rire et effroi.

"Macbeth", faut-il le rappeler, ce sont les trois célèbres sorcières surgies des brumes de la lande écossaise qui prédisent l'avenir royal au noble Macbeth, l'assassinat d'un roi pendant son sommeil, l'exil de ses fils, le meurtre de Banco, le rival désigné dans les prédictions, des apparitions et, enfin, une guerre sanglante. Aux manettes de cette machine, un couple : Macbeth et sa femme, lady Macbeth. Pas vraiment de quoi rire face à ces passions violentes : cupidité, trahison, remords. Seulement, lorsque les regards de clowns se posent sur la triste saleté de l'existence humaine, la perception des événements les plus noirs se transfigure.

Les deux clowns, Francis (Louis-Jean Corti) et Carpatte (Maria Zachenska), incarnent tous les personnages essentiels de la tragédie. Aucune partie de l'histoire ne manque. Chaque épisode est raconté, joué, et offert avec cette distance capable à la fois de percevoir le grave et d'en retirer dans le même temps le rire grandiose de la truculence. C'est du théâtre de clowns où le mime alterne avec le jeu issu de la comédie et la narration.

Mais comment s'étonner que cette manière de mettre en scène l'écriture de Shakespeare, lui qui n'a jamais cessé d'introduire dans la plupart de ses pièces, un fou, un bouffon, un clown ou un personnage tiré de la simplicité du peuple qui avec ses mots simples, ose dire ce que les autres n'osent pas. En cela, les deux clowns de cette histoire sont des passeurs entre ces héros tragiques et le public.

Bruno Fougniès
11/02/2020