La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Until the lions"… Une danse féline comme la grâce

Dans un superbe spectacle où la musique, le chant et le théâtre accompagnent le Kathak, danse originaire de l'Inde, Akram Khan nous fait découvrir un épisode du Mahabharata dans lequel le chorégraphe pose la question de l'identité sexuelle.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Akham Kran renoue avec le Kathak, danse originaire de l'Inde, pour raconter l'histoire d'Amba (Ching-Ying Chien), princesse enlevée le jour de ses noces par Bheeshma, prince du royaume voisin, qui l'offre en mariage à son frère. Elle recouvre sa liberté mais est rejetée par sa famille, son fiancé. Et implore les dieux. Le chorégraphe s'est inspiré de cet épisode du Mahabharata pour "renouer avec quelque chose qui a toujours tenu une place très chère dans (s)on cœur depuis l'enfance".

C'est sur cette thématique de dépossession d'un statut social et humain au travers de la sexualité, que le chorégraphe bâtit un spectacle riche de créativité, autant musicale, scénographique que chorégraphique. Les trois axes se rencontrent au carrefour du talent dans des gestuelles qui allient, selon les personnages, une grâce, une "douceur" dans les formes et une animalité dans les gestes. Pour Akram Khan, Amba est "un être ayant la capacité de modifier son apparence physique, puisque son corps féminin se transforme en corps masculin".

Le tout est animé par la figure "humaine", tout en énergie du chorégraphe qui joue de théâtralité. Il est tel un dompteur qui manie les tensions et les équilibres, les relâchements et les empoignades.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Les danses sont très physiques selon deux approches différentes, fauve ou gracile, terrienne ou aérienne. La première regorge de mouvements où la tension des membres tient lieu d'équilibre. Le corps est essentiellement proche du sol. La seconde possède une gestuelle ample où les membres supérieurs dirigent le corps vers le haut, comme pour se libérer de la gravité terrestre.

Sur scène se trouve un tronc coupé où sont visibles des rainures à l'intérieur. Christine Joy Ritter, à l'allure féline, monte dessus, les jambes longeant le sol pour l'agripper, presque instinctivement, la plante du pied formant un angle droit par à-coups. Les déplacements sont longitudinaux.

Ching-Ying Chien (Amba) est dans une dynamique longitudinale, avec des mouvements fins, amples, élevés tout en ayant des expressions parfois brusques, figées au sol. Son rapport à Akram Khan est frontal, les corps se touchant, se heurtant. Le chorégraphe est un maître de cérémonies qui exécute des solos dans lesquels la gestuelle est marquée d'intensité et de tension avec les bras collant au tronc et où les mains finissent en courbes, faisant des arrondis telles des virgules.

Le jeu est théâtral avec une musique, autour de guitare et de percussions, très présente, accompagnée de chants. Tout est lié et se mélange superbement donnant une atmosphère envoutante et délicieuse de mystère.

"Until the lions"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Akram Khan Company.
Direction artistique et chorégraphique : Akram Khan.
Concept narratif, scénario, texte : Karthika Naïr.
Avec : Akram Khan, Ching-Ying Chien, Christine Joy Ritter et les musiciens Sohini Alam, David Azurza, Yaron Engler, Vincenzo Lamagna.
Conception visuelle : Tim Yip.
Conception lumières : Michael Hulls.
Musique originale composée par Beautiful Noise (Vincenzo Lamagna) en collaboration avec Sohini Alam, David Azurza, Yaron Engler, Akram Khan, Christine Joy Ritter.
Dramaturgie : Ruth Little.
Assistante de direction : Sasha Milavic Davies.
Assistant chorégraphie : José Agudo.
Voix-off : Kathryn Hunter.
Durée : environ 1 heure.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Du 5 au 17 décembre 2016.
Lundi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h.
La Villette, Grande Halle, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

Tournée
20 et 21 janvier 2017 : Luxembourg.
16 février 2017 : Angers (49).
21 et 22 février 2017 : Sète (34).
26 et 27 février 2017 : Brest (29).
3 et 4 mars 2017 : Reims (51).

Safidin Alouache
Mardi 13 Décembre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

"La Cantatrice chauve"… Une merveilleuse et brève histoire du temps*

"La Cantatrice chauve", Théâtre de Belleville, Paris

En réponse à la Seconde Guerre mondiale, un nouveau courant littéraire émerge : celui de l'absurde. Des dramaturges, tels Ionesco et Beckett pour ne citer que les plus connus, s'interrogent sur le non-sens de la vie qui conduit inéluctablement à la mort. "La Cantatrice chauve" est la première pièce se réclamant de ce genre. Ionesco la définit même comme une "anti-pièce", c'est de l'"antithéâtre".

Une pièce où le "a" privatif prime. Une trame atemporelle. Le décor est constitué de rideaux d'horloges indiquant toutes un horaire différent. Les Smith affirment qu'ils n'ont pas l'heure. On ne sait pas à quel moment de la journée se déroulent les faits, ni combien de temps il s'écoule. L'action défile, s'arrête, s'accélère, décélère, se rembobine, se répète, se multiplie… Le temps se distord, se crée, se rompt, se réinvente.

Des personnages sans visage, qui sont interchangeables. Les hommes parlent d'une voix de femme, les femmes d'une voix d'homme. Le couple des Smith devient le couple des Martin et le couple des Martin devient le couple des Smith. La famille de Bobby Watson se compose uniquement d'individus portant le même nom de Bobby Watson.

Des dialogues sans logique, sans contenu, sans échange. Ce n'est plus du langage, c'est de la langue dans la forme la plus pure qui soit. C'est une association de mots, une suite de syllabes, de sonorités, un assemblage d'images... Le concret laisse place à l'abstrait. Le sens n'a plus sa place. L'esthétique le remplace.

Ludivine Picot
25/08/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

Gauthier Fourcade charge à la Don Quichotte le réalisme, le déterminisme et la logique d'un monde idiot comme un moulin à vent

"Liberté ! (Avec un point d'exclamation)", La Manufacture des Abbesses, Paris

Voilà la question. Liberté ! Au singulier et avec un point d'exclamation. Et avant tout, la liberté de choisir. C'est ce qui vient immédiatement à l'esprit face aux propositions de nos sociétés surconsommatrice, et pas seulement consommatrices en denrées, en produits manufacturés mais aussi en pensées, en pensées prêt-à-porter, en gens, en relations. En humains.

Gauthier Fourcade charge à la Don Quichotte le réalisme, le déterminisme et la logique d'un monde idiot comme un moulin à vent
Alors voilà le personnage hurluberlu de Gauthier Fourcade qui vient comme un chien dans un ballet réglé comme une machine à sous, se jeter cœur en avant avec son indécision maladive dans un monde si bien fait pour dire que les choix ont un sens. Impossible de choisir pour lui, ni la droite, ni la gauche, ni ceci, cela, rien.

Sous allures de savant fou, surgissant d'un coffre et y retournant comme on se niche dans un lit, entouré d'un dispositif presque scolaire, la déferlante de l'humour verbal du comédien va bientôt emporter toute la réalité dans une vision à perdre le souffle.

Usant de défi à l'esprit, à la logique, à l'imaginaire, avec une verve utilisant toutes les possibilités drolatiques du langage, comme assistant à l'exposition du monde intérieur de ce savant au regard aigu, le spectacle devient une aventure parcourant le monde et le temps.

Pour ce spectacle intelligent qui est, à part égale, culturel et comique, Gauthier Fourcade a fait appel à William Mesguich comme metteur en scène. Et c'est un plus. L'univers du premier et le sens du rythme et de la dramaturgie du second se combinent pour transformer ce seul en scène en spectacle multiple où chanson, magies, manipulations et marionnettes concourent tous à créer du rêve et du rire.

Bruno Fougniès
30/08/2017