La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Une pastille d’une heure vingt qu’on reçoit avec plaisir, comme une fraise "Tagada"

La chronique d'Isa-belle L

"Le village est à 12 km environ"… Douze éclats de rire que je vous confie pour cette comédie qui se joue encore quelques semaines au cœur de Paris.



© DR.
© DR.
Douze stations me séparent du métro "Bonne nouvelle" où se trouve (entre autres théâtres) le théâtre du Gymnase. Éprouvant…
Douzième arrondissement : où je vis depuis douze mois exactement. Marrant.
Douze : le total cumulé de mes cheveux blancs ! Déprimant…
Douze ans : mentalité approximative et perso, lors de soirées très arrosées. Désespérant.
Je pourrais continuer sur douze lignes, pendant douze heures, et vous donner douze bonnes raisons de lire ma chronique de rentrée.

Papier de rentrée en novembre que je ponds avec douze semaines de retard environ… pour cette comédie que l’on peut voir dès 12 ans avec ou sans ses parents.

"Le village est à douze kilomètres environ" est une pastille d’une heure vingt qu’on reçoit avec plaisir, comme une fraise "tagada" qu’on avalerait, après douze années d’abstinence.

- Hum… j’avais oublié à quel point c’était "boooonnn" tout ce sucre ! Un régal ! Ces colorants. Un délice ! cette guimauve, bien collante sous la dent. Hum… Ce que c’est "bon-bon" sang !

© DR.
© DR.
Plaisir des zygomatiques, coaching pour les abdos et applaudissements mérités pour ce trio. Cette comédie est sucrée, colorée, pas de guimauve de "tagada tsoin tsoin" mais du "hi-han" souvent. Un âne, un homme au ciré jaune, des bruits bizarres et quelques fantômes…

Écriture efficace, mise en scène sobre et de circonstance. Le public se trouve éclairé à la lampe torche découvrant progressivement cette… maison ? Cabane ? Cabanon ? Peu importe ! Ici vivait "Maminou" et ce qu’on en sait, c’est que sa petite (fille) lady en était "gaga". Elle a d’ailleurs la bonne idée de réunir pour un week-end, ses deux copines, afin que toutes se reposent un peu du bruit de la ville mais pas que. Non. Aussi pour qu’elles coupent de leurs bambins, de leurs maris, du train-train quotidien.

Chacune amène dans son cabas un peu de névrose, un peu de portable et de l’arnica. Mais dans la Creuse, pour les nouvelles technologies, on reviendra. Pas de connexion avec le présent mais une, plutôt déroutante, avec l’au-delà !

© DR.
© DR.
Quand une "fashionista", une bourgeoise maniérée légèrement secouée et un bout de femme catho et gaga se retrouvent enfermés dans une maison hantée, ça remue, ça secoue et c’est plutôt bon pour la santé.

L’une des comédiennes me fait penser à Tippi Hedren de par sa beauté, y mêlant la drôlerie et la subtilité d’une Jacqueline Maillan. Une autre excelle, à la fois animée, survoltée et complètement habitée. La hache à la main lui va si bien…

Du plaisir, du divertissement, de bons éclats de rire. Quelques tableaux au mur, de la tapisserie de mamie en déco et un beau gilet violet… Auxquels viennent s’ajouter trois comédiennes, deux auteures et un metteur en scène. Le compte est bon : je vous ai trouvé douze bonnes raisons d’y aller, environ…

"Le Village est à 12 km… environ !"

© DR.
© DR.
Auteures : Maud Heywang et Stéphanie Gesnel.
Mise en scène : Alain Cerrer.
Avec : Laure Estelle Nezan, Laetitia Giorda et Ludivine Desrousseaux.
Avec la participation amicale de Laurent Richard.
Lumière : Jean-Luc Piro.
Son : Alain Weiller.
Costumes : Eric Drikes pour Tim Bargeot.
Décors : An*Berto.
Tableau : Aline Dahan.
Durée : 1 h.

Jusqu'au 30 janvier 2017.
Dimanche à 18 h et lundi à 19 h 30.
Théâtre du Petit Gymnase, Paris 10e, 01 42 46 79 79.
>> theatredugymnase.com

Isabelle Lauriou
Lundi 14 Novembre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Trib'Une | Archives





Publicité



À découvrir

"Le Mariage de Figaro" par les Nomadesques... Le choix du burlesque pour dépeindre le grotesque des cuistres !

"Le Mariage de Figaro ou la folle journée", Théâtre Le Ranelagh, Paris

Reprise S'ils œuvrent avec excellence dans l’univers des spectacles Jeune Public*, les Nomadesques savent aussi nous régaler avec quelques classiques "revisités". Après le très western "Beaucoup de bruit pour rien" de Shakespeare en 2010, les voici de retour sur la scène du Ranelagh avec un très coloré "Mariage de Figaro" de Beaumarchais à la tonicité revigorante.

La fin de l'Ancien Régime est proche quand Pierre Augustin Caron de Beaumarchais écrit en 1784 "Le Mariage de Figaro". Après la Révolution de 1789 (et l'abolition des privilèges dans la nuit du 4 août), plus rien ne sera comme avant. Beaumarchais l'avait bien pressenti et Marivaux avant lui. Le théâtre ici aussi, sous ses aspects de farce, marque au fer rouge la disparition d'un monde, celui des privilèges et du système monarchique où des relents de féodalité subsistaient encore.

Marivaux rêve et écrit l'utopie d'une inversion des classes dans "L'île des esclaves" en 1725 où le valet prenait la place du maître et le maître se retrouvait à la merci du valet. Mais l'absence du savoir brise l'utopie. Beaumarchais ne tombe pas dans le piège et, hardie anticonformiste, aventurier et libertin, fait de son valet Figaro un contestataire cultivé maîtrisant le langage et donc à même de s'opposer au comte Almaviva, son maître... Duel à fleurets mouchetés pour qu'un beau épouse sa belle sans que vilaine noblesse y exerce droit de cuissage et pour qu'amoureuse mais vengeresse comtesse punisse mari volage.

Gil Chauveau
15/02/2015
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

J'aimerais tant voir Stavanger... En écoutant chanter les étoiles

"Stavanger", Studio Hébertot, Paris

Qui est-elle ? Florence Bernstein, avocate… mais encore ? Lui, Simon, qui est-il ? Ex, réel ou futur suicidé ferroviaire ? A-t-il tué sa mère ? Est-elle une amante ou une sœur ? S'aiment-ils ? Iront-ils à Stavanger ? Tout cela est-il bien réel ?

J'aimerais tant voir Stavanger... En écoutant chanter les étoiles
Répondre à ces questions reviendrait à dévoiler une histoire qui repose sur un mystère construit notamment sur les réponses à ces interrogations. Le texte d'Olivier Sourisse est le type même de ceux dont on ne peut pas parler, au risque de glisser vers la fin et dévoiler la "surprise" finale… Découverte qui ferait perdre, au spectateur, l'intérêt principal de cette étrange pièce.

Ainsi donc, nulle réponse vous aurez. Mais il vous sera bon de savoir que Stavanger, improbable destination dont nos protagonistes se découvrent un goût commun de villégiature, est un petit port norvégien dont les sites touristiques sont aussi nombreux que ceux de Randaberg sa voisine, hormis peut-être sa spectaculaire falaise et son musée du pétrole. Ceci étant dit, son ciel étoilé et pur est sans aucun la douce image virtuelle que nous laisse la pièce en sortant de la salle.

Une fois mis de côté le titre à la consonance scandinave, les premières répliques posent très vite une situation peu banale où une avocate à la réussite sociale acquise réussit à convaincre un jeune homme au succès suicidaire inachevé de ne pas rester allonger sur des rails où le passage régulier de trains n'est pas inhabituel. Cela posé, se met en place une mécanique des relations toute en nuances, même dans leurs violences. Petit à petit, entre ces deux êtres solitaires, que rien ne semble a priori lier (quoique !), se construit une trame tissée des fils de l'écoute, de l'échange, de la découverte de l'autre, dessinant doucement mais sûrement l'inattendu dessin d'une réconciliation.

Gil Chauveau
25/01/2017