La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Une pastille d’une heure vingt qu’on reçoit avec plaisir, comme une fraise "Tagada"

La chronique d'Isa-belle L

"Le village est à 12 km environ"… Douze éclats de rire que je vous confie pour cette comédie qui se joue encore quelques semaines au cœur de Paris.



© DR.
© DR.
Douze stations me séparent du métro "Bonne nouvelle" où se trouve (entre autres théâtres) le théâtre du Gymnase. Éprouvant…
Douzième arrondissement : où je vis depuis douze mois exactement. Marrant.
Douze : le total cumulé de mes cheveux blancs ! Déprimant…
Douze ans : mentalité approximative et perso, lors de soirées très arrosées. Désespérant.
Je pourrais continuer sur douze lignes, pendant douze heures, et vous donner douze bonnes raisons de lire ma chronique de rentrée.

Papier de rentrée en novembre que je ponds avec douze semaines de retard environ… pour cette comédie que l’on peut voir dès 12 ans avec ou sans ses parents.

"Le village est à douze kilomètres environ" est une pastille d’une heure vingt qu’on reçoit avec plaisir, comme une fraise "tagada" qu’on avalerait, après douze années d’abstinence.

- Hum… j’avais oublié à quel point c’était "boooonnn" tout ce sucre ! Un régal ! Ces colorants. Un délice ! cette guimauve, bien collante sous la dent. Hum… Ce que c’est "bon-bon" sang !

© DR.
© DR.
Plaisir des zygomatiques, coaching pour les abdos et applaudissements mérités pour ce trio. Cette comédie est sucrée, colorée, pas de guimauve de "tagada tsoin tsoin" mais du "hi-han" souvent. Un âne, un homme au ciré jaune, des bruits bizarres et quelques fantômes…

Écriture efficace, mise en scène sobre et de circonstance. Le public se trouve éclairé à la lampe torche découvrant progressivement cette… maison ? Cabane ? Cabanon ? Peu importe ! Ici vivait "Maminou" et ce qu’on en sait, c’est que sa petite (fille) lady en était "gaga". Elle a d’ailleurs la bonne idée de réunir pour un week-end, ses deux copines, afin que toutes se reposent un peu du bruit de la ville mais pas que. Non. Aussi pour qu’elles coupent de leurs bambins, de leurs maris, du train-train quotidien.

Chacune amène dans son cabas un peu de névrose, un peu de portable et de l’arnica. Mais dans la Creuse, pour les nouvelles technologies, on reviendra. Pas de connexion avec le présent mais une, plutôt déroutante, avec l’au-delà !

© DR.
© DR.
Quand une "fashionista", une bourgeoise maniérée légèrement secouée et un bout de femme catho et gaga se retrouvent enfermés dans une maison hantée, ça remue, ça secoue et c’est plutôt bon pour la santé.

L’une des comédiennes me fait penser à Tippi Hedren de par sa beauté, y mêlant la drôlerie et la subtilité d’une Jacqueline Maillan. Une autre excelle, à la fois animée, survoltée et complètement habitée. La hache à la main lui va si bien…

Du plaisir, du divertissement, de bons éclats de rire. Quelques tableaux au mur, de la tapisserie de mamie en déco et un beau gilet violet… Auxquels viennent s’ajouter trois comédiennes, deux auteures et un metteur en scène. Le compte est bon : je vous ai trouvé douze bonnes raisons d’y aller, environ…

"Le Village est à 12 km… environ !"

© DR.
© DR.
Auteures : Maud Heywang et Stéphanie Gesnel.
Mise en scène : Alain Cerrer.
Avec : Laure Estelle Nezan, Laetitia Giorda et Ludivine Desrousseaux.
Avec la participation amicale de Laurent Richard.
Lumière : Jean-Luc Piro.
Son : Alain Weiller.
Costumes : Eric Drikes pour Tim Bargeot.
Décors : An*Berto.
Tableau : Aline Dahan.
Durée : 1 h.

Jusqu'au 30 janvier 2017.
Dimanche à 18 h et lundi à 19 h 30.
Théâtre du Petit Gymnase, Paris 10e, 01 42 46 79 79.
>> theatredugymnase.com

Isabelle Lauriou
Lundi 14 Novembre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

Cécile Hercule… Entre histoires de belles rencontres et une certaine "bonne conscience"

Elle fut le temps d'une tournée les claviers de miCkey[3d]*, aux côtés de Mickaël Furnon (époque "La Grande Évasion), puis se lança en solo et sortit son premier album en 2010, "La tête à l'envers". Six ans plus tard, la voici de retour avec un deuxième opus, "Bonne Conscience"… Bonne nouvelle aussi !

Cécile Hercule… Entre histoires de belles rencontres et une certaine
Elle aime les aventures musicales et les bons rendez-vous. De ses premières amours pour le cirque jusqu'à sa première scène en tant que chanteuse, elle a voyagé, passant par l'apprentissage de la guitare paternelle, faisant étape à Madagascar, volant pour l'humanitaire, étudiant dans une école de théâtre à Lyon et concourant dans des castings en tant que jeune comédienne.

Puis la musique la rattrapa. Après l'expérience du succès involontaire et éphémère d'une chanson ("Au moins une fois") intégrée à un épisode de la série américaine "The L-Word" (2004), elle décide de se confronter à la scène sous son nom. Les années passent et l'artiste se construit. Pas toujours en solitaire, elle sait apprécier les bonnes associations et participe à l'album "J'ai toujours rêvé d'être un groupe de rock..." (2010) de David Tétard. S'ensuit la collaboration avec Mickaël Furton sur la période 2009/2010… Puis son premier CD !

Après celui-ci, elle poursuit les expériences. Construites sur des amitiés partagées, souvent artistiques comme avec Monsieur Lune pour "Gaston et Lucie", spectacle tout public à partir de cinq ans (plus un livre-disque) où elle chante, joue des claviers et de la scie musicale. Ou encore avec "Bodie", western pop d'un trio en cavale, qui naîtra d'une union d'affinités, lors des Rencontres d'Astaffort, avec Joko et Émilie Marsh.

Gil Chauveau
27/10/2016