La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un monologue où Marie-Christine Danède démontre une capacité rare à rendre palpable l'imaginaire

"L'art de Suzanne Brut", Les Déchargeurs, Paris

Certains spectacles tiennent essentiellement aux interprètes qui les font exister, c'est un peu le cas de "L'art de Suzanne Brut". Mais pas seulement. Un texte bien tenu, une mise en scène rythmée et une double thématique donnent aussi à cette pièce une pertinence large et espiègle tout en rendant hommage à un style pictural révélé par Dubuffet : l'Art Brut.



© Christophe Lidon.
© Christophe Lidon.
Parlons d'abord de Marie-Christine Danède. Elle interprète dans ce rôle une rescapée. Quasiment une naufragée de la vie. Une femme du peuple, délaissée enfant par sa mère, abandonnée dans un couvent, utilisée comme bonne à tout faire, considérée comme folle-dingue par les sœurs, tout cela début des années quarante, en pleine occupation. Un caractère trempé dans l'argile, la glaise et le patois que la comédienne investit avec une vérité impressionnante dans toutes les qualités du personnage.

Elle est une femme simple, nature, sans malice comme on dit, mais elle est surtout mutique avec les tout le monde, en particulier avec les sœurs du couvent. Mutique avec les autres, mais en constant dialogue intérieur. C'est cette profusion de mots et de pensées que met au grand jour l'auteur Michael Stampe. Suzanne Brut s'exprime, ne cesse de s'exprimer, de dialoguer avec elle-même mais surtout avec Sainte Jeanne, la Vierge Marie, ainsi qu'avec quelques apparitions dont sa sœur morte il y a longtemps.

© Christophe Lidon.
© Christophe Lidon.
Mais la particularité, le secret de Suzanne, c'est qu'elle peint. Elle peint en cachette, la nuit, sur des planches récupérées à droite à gauche, avec des peintures elles aussi récupérées et des teintes, des matières qu'elle fabrique elle-même avec des plantes, des insectes et tous les matériaux qui lui semblent convenir. Sans avoir aucune formation, elle réalise ainsi ce que Dubuffet avait révélé en 1945 : l'Art Brut.

Art des fous, des marginaux, des reclus, des mystiques, des révoltés de toutes sortes, auquel ce spectacle est un hommage. Loin des modes, des critères académiques, des canons esthétiques mais toujours inventives, personnelles et puissantes, ces œuvres sortent par essence de l'ordinaire. Elles utilisent des matières nouvelles, collages, incrustations… tordent les perspectives ou les écrasent… elles sont le fruit de visions souvent extrêmes et populaires. En cela, elles sont riches, originales.

Juchée sur une plate-forme ronde où sont projetées des images illustrant son récit, Marie-Christine Danède est Suzanne, avec un naturel apparent qui dénote un travail d'interprétation extrêmement précis, travail dirigé par Christophe Lidon. Et c'est avec l'impression d'avoir levé le voile sur un personnage resté secret pour le monde entier que l'on repart, l'art soudain rendu à la nécessité de son expression. Oui, l'art appartient à tous ceux qui le font.

"L'art de Suzanne Brut"

© Christophe Lidon.
© Christophe Lidon.
Texte : Michael Stampe.
Mise en scène : Christophe Lidon.
Avec : Marie-Christine Danède.
Lumières : Marie-Hélène Pinon.
Musique : Cyril Giroux.
Images : Léonard.
Costumes : Chouchane Abello Tcherpachian.
Durée 1 h 15.

Du 31 octobre au 23 décembre 2017.
Théâtre Les Déchargeurs, Salle Vicky Messica, Paris 1er, 01 42 36 00 50
Du mardi au samedi à 19 h 30 .
>> lesdechargeurs.fr

Bruno Fougniès
Mercredi 8 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre

"Michael Kohlhaas, l'homme révolté", Théâtre Essaïon, Paris

Reprise Il caracole à la tête de son troupeau de chevaux qu'il va vendre, béat à la pensée de son futur bénéfice. Michael Kohlhaas, héros du roman éponyme de Henrich von Kleist, aime les chevaux, la liberté et l'aisance.

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre
Un mauvaise douane, mauvaise farce, loi privée improvisée et vraie confiscation, le prive de sa liberté de circuler et de ses plus beaux chevaux. Perdant sa joie et raison de vivre, d'avanies en déconvenues, l'homme va demander justice, implorer, s'emporter, poursuivre les méchants, ignorer les pondérés, proclamer son droit, réclamer son dû, se faire justice.

Brûlant, détruisant, pillant les villes. Bientôt à la tête d'une bande de sacripants, de sacs et de cordes, bandits de grands chemins, défiant l'empereur. Michael le pacifique est devenu Michael le révolté. Michael Kohlhaas, pendu haut et court, est un héros, une légende. Dans la bataille finale, il se révèle même frère en vaillance du prince de Hombourg*.

Gilbert Ponté est seul en scène. Dans son adaptation du récit, il est rayonnant, scintillant de tous les états d'âme du personnage. Il est aussi, tour à tour, tous les personnages, tous les paysages, tous les rythmes et sensations, dans l'immédiateté du geste.

Jean Grapin
13/10/2017
Spectacle à la Une

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple

"F(l)ammes", Maison des Métallos, Paris, puis tournée

Reprise Dans "F(l)ammes", Ahmed Madani met en scène les véridiques récits de la vie contemporaine portés par dix jeunes femmes, fruits de l'Histoire des peuplements successifs du territoire français. Autant de témoignages que les bonnes fées du théâtre ont sublimé.

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple
Les comédiennes ont sculpté de vrais personnages contemporains hauts en couleur qu'elles évoquent sans fard et qu'elles expriment avec une grande de joie de vivre et ce, en dépit du contenu des propos d'un quotidien souvent difficile.

Ces jeunes femmes sont typées, à certains égards extravagantes. Elles appartiennent d'évidence à la vitalité de la ville. La parole est dégagée. Elles expliquent comment elles sont dans la nécessité de quitter les rôles attribués par les traditions familiales, qui les enferment dans un filet de violence et de brutalité ; et combien elles sont mises à l'épreuve pour s'inventer, se forger, se libérer des fidélités. Elles émeuvent. Elles racontent avec aisance leur itinéraire qui cherche à se démarquer de leurs mères qui ont attendu, attendu, tricotant, détricotant les jours comme Pénélope en attente d'un Ulysse providentiel.

Et dans la description des difficultés nées de l'opposition multi séculaire qui oppose les barbares et les urbains, elles font rire, non par le sarcasme ou l'autodérision mais par le partage. L'imaginaire est riche. Le verbe et le geste sont au service d'une métamorphose. Sur la scène c'est une forme de courage qui s'exprime : celui de la fuite qui vous sauve. Au risque du déchirement. Sans jamais perdre le sens de la vie et de l'amour. En conservant la dynamique de retrouvailles. Dans la lucidité.

Jean Grapin
15/10/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016