La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

"Révolution(s)" au Festival Radio France de Montpellier

Alors qu'on commémore le centenaire de la Révolution russe, le Festival Radio France a décidé de mettre l'accent sur le foisonnement intellectuel, artistique et musical qui découla de l'événement à l'Est comme à l'Ouest, dans cette nouvelle édition. Une programmation ambitieuse est ainsi proposée à Montpellier comme dans toute la région occitane depuis le 10 juillet avec 90 % de concerts gratuits.



Le jeune soliste Edgar Moreau © DR.
Le jeune soliste Edgar Moreau © DR.
Au programme, des répertoires liés à l'idée de révolution cette année où la Russie est évidemment à l'honneur : Khatchaturian, Roslavets, Chostakovitch et Prokofiev, mais aussi des artistes tels que les Chœurs de l'Armée Rouge ; et des compositeurs tel Giordano et son opéra oublié, "Siberia", à découvrir le 22 juillet avec la soprano Sonya Yoncheva - entre nombreux autres beaux rendez-vous.

Jazz, électro et musiques du monde égaient encore cette année le festival avec une quarantaine de concerts dont la grande soirée FIP du 28 juillet, quatre soirées de l'Ensemble Contraste "Besame mucho" et trois nuits "électro" avec Tohu Bohu à Montpellier.

Les orchestres ne manquent pas à l'appel : l'Orchestre National de Montpellier Occitanie pour trois productions dont "Siberia" déjà évoqué et une soirée "Finlandia" avec le chef Michael Schonwandt (le 27 juillet) ; les formations de Radio France (l'Orchestre National de France, l'Orchestre Philharmonique de Radio France et le Chœur avec Vladimir Fedoseyev le 25 juillet autour de la Cantate "Octobre" de Prokofiev).

Orchestre National du Capitole de Toulouse © DR.
Orchestre National du Capitole de Toulouse © DR.
Le Chœur de la Radio Lettone, le Concert Spirituel dirigé par Hervé Niquet et l'Orchestre National de Lille mené par Alexandre Bloch ont aussi répondu présent. Jeunes artistes et formations chambristes sont à découvrir ou à retrouver tout au long de la journée ou en soirée.

Le 17 juillet, le jeune chef letton Andris Poga, révélé à ses débuts à Montpellier (1), dirigeait l'Orchestre National du Capitole de Toulouse pour une soirée consacrée à Anton Dvorak pour son Concerto pour violoncelle et orchestre opus 104 et à Dmitri Chostakovitch et sa Symphonie n°12, "L'année 17" opus 112.

Conçu pendant les années américaines de Dvorak (1892-1895), ce Concerto pour violoncelle est l'occasion pour le compositeur tchèque d'accomplir un retour imaginaire dans sa patrie, y exhaler sa nostalgie d'exilé comme la tristesse de la perte de la femme aimée en vain dans les années de jeunesse (sa belle-sœur Joséphine Kounicova). C'est le jeune soliste Edgar Moreau qui était invité à se mesurer avec le chef-d'œuvre créé en 1896 par le violoncelliste Léo Stern.

Fazil Say © DR.
Fazil Say © DR.
Petit sentiment de déception pour cette première partie de soirée. Si Edgar Moreau est de toute évidence un bon accompagnateur de l'orchestre dès le premier mouvement "Allegro", ses parties solistes se révèlent parfois moins convaincantes. La virtuosité est bien là mais manquent peut-être ce son brillant et chantant espéré aussi dans les mouvements suivants comme la profondeur de la plainte élégiaque. La grâce, elle, ne faisant jamais défaut.

L'orchestre toulousain est quant à lui attendu dans la 12e symphonie du compositeur russe. Là encore on reste un peu sur sa faim. Sous la baguette d'Andris Poga, les pupitres de vents, les cuivres et les percussions rutilent dans les quatre mouvements retraçant les grandes heures de l'année 1917, du "Petrograd révolutionnaire" et son Allegro martial au Finale ("L'Aube de l'Humanité") et son allure grandiose. Si l'Adagio ("Les Crues") et le troisième mouvement ("Aurore") sont parfois un peu sages, c'est principalement le fameux double discours sarcastique propre à la persona musicale de Chostakovitch qui aura le plus manqué.

Le lendemain, la folie géniale du pianiste Fazil Say venait corriger la trop grande sagesse de la soirée précédente. Le pianiste turc était invité par le festival pour un programme des sonates de Mozart n°10 à 13, composées entre la fin des années 1770 (entre les espoirs du voyage vers Paris et la désillusion qui suivra dans la capitale pour le compositeur) et le début glorieux des années 1780 à Vienne. Humour, tristesse pré-romantique, gaieté folle et limpidité brillante, la palette la plus large des climats s'y déploie. Le pianiste s'est illustré dans ce répertoire dans un enregistrement révolutionnaire qui a fait date (de là l'invitation dans cette édition).

Fazil Say © DR.
Fazil Say © DR.
La célébrissime Fantaisie K 475 conclut un concert passionnant où l'engagement de Fazil Say ne se dément jamais. Un vrai spectacle où corps et âme rivalisent pour sculpter un son toujours parfait et où la science magique du toucher du pianiste impressionne sur le magnifique Steinway de concert. Avec sa générosité habituelle, Fazil Say (2) offre au public quatre bis anthologiques avec Satie, Chopin, une de ses superbes compositions mariant Orient et Occident et une improvisation finale de la Fantaisie précédemment interprétée qui lui a valu une ovation du public debout, ô combien méritée.

(1) Andris Poga a gagné le premier prix du Concours Svetlanov à Montpellier en 2010.
(2) Fazil Say est un chouchou du public depuis ses débuts de carrière fait à Montpellier.


Du 10 au 28 juillet 2017.
Festival de Radio France Occitanie Montpellier.
Programme complet et réservations :
Festival Radio France.
Allée des Républicains Espagnols, Montpellier (34).
Réservations : 04 67 61 66 81.
>> lefestival.eu

Les concerts peuvent être réécoutés en podcast sur le site de France Musique.

Christine Ducq
Vendredi 21 Juillet 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017