La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

"Piège mortel"… Superman a donc un nouveau nom et il s'appelle Nicolas Briançon

La chronique d'Isa-belle L

Pièce mortelle. La rime est facile et efficace. Est-elle fidèle pour autant à la pièce d'Ira Levin, adaptée en Français par Sibleyras ?



© Lot.
© Lot.
Suspens ! Je serre les dents. Heureusement que j'ai porté ma gouttière la nuit d'avant… Non pas que je stressais de me rendre dans une salle de spectacle mais j'avais, il est vrai, anticipé la rime, bien avant l'ouverture du rideau de scène.

Je me suis donc rendu guillerette et affamée au théâtre La Bruyère, dans le neuvième. L'hiver glacial avait cédé sa place à une sorte de douceur automnale… qui, peut-être, n'était que les résidus des particules de pollution ayant loupé leur destination quelques jours plus tôt (j'ai raté de peu le casting miss météo !).

Bref ! Avant que la pièce ne démarre, accompagnée d'une copine au prénom délicieux - Myrtille - j'ai avalé quelques bulles pour fêter la nouvelle année. Ce soir-là, nous étions le 1er février. Quelle bonne idée ! Quand on n'aime pas la routine. Marie Vincent, comédienne dans cette même pièce et dont la prestation encore me surprend, se détendait avant le lever de rideau. Assise près de nous, nous avons ensemble entamé une discussion.

© Lot.
© Lot.
Puis vint le temps avec Myrtille de se lever. Pour nous rasseoir deux minutes après. Il est 21 heures, le spectacle ne devrait plus tarder. Un ou deux bla-bla de filles et soudain, sur le plateau : Nicolas Briançon et Virginie Lemoine.

Le décor rappelle celui du film. Je ne vais pas comparer toute la sainte chronique, promis juré ! C'est juste l'effet que cela m'a fait. À la fois c'est écrit ainsi, donc, si Éric Métayer - metteur en scène - avait transposé la scène dans une salle de fitness, j'aurais été choquée.

Tout est bien aménagé, placé, décoré. Il ne manque rien. Et il y a, tralala, Nicolas Briançon… dit-elle, telle une fan enflammée ! Que voulez-vous il est génial et je l'envie.

Cet homme m'étonne en effet. Il y a peu de temps encore, je me suis fait le théâtre de Poche, un lieu vraiment sympa où j'aimerais jouer un jour… [Je le place là, on ne sait jamais si Stéphanie Tesson me lit]. Nicolas Briançon jouait (et joue toujours) aux côtés de Nicolas Vaude (ces Nicolas, quels talents !) et Roxana Carrara, un texte de Sarraute : "Pour un oui, pour un non". Autant je n'ai pas été emballée par le spectacle, mais Nicolas Briançon a suffi à canaliser l'envie de griller, avant les claps de fin, ma petite blonde goudronnée.

© Lot.
© Lot.
Cet homme est un acteur immense aux qualités de jeu indéniables et stupéfiantes. Il a une endurance exceptionnelle. Il joue à 19 heures un texte d'une heure, rive gauche, puis rejoint la rive droite pour jouer 1 h 40 une autre pièce. Il a donc à peine une heure de battement pour reprendre souffle, verre ? Féculents et café peut-être, avant de dégainer au La Bruyère.

De mauvaises langues me diront qu'il n'est pas le seul à assurer cet exploit. Ma langue, un peu plus savoureuse répondra : "si, il est le seul à réussir ce pari-là !". Textes diamétralement opposés, personnages aux antipodes et énergies contraires. Il assure et elles me saoulent les langues de vipère.

"Piège mortel" ou l'histoire d'un auteur reconnu de théâtre qui, suite à l'échec cuisant de sa dernière pièce, ne trouve plus l'inspiration. Miracle : Superman, euh ! Non… enfin si, dans la version ciné, c'était Christopher Reeve, le personnage joué par Cyril Garnier, qui arrivait. Jeune auteur, il a eu la bonne ou mauvaise (vous jugerez) idée d'envoyer son bébé théâtral au mentor rencontré lors d'un séminaire d'écriture. La pièce démarre ainsi. Le couple formé par Nicolas Briançon et Virginie Lemoine, discute à ce sujet. Ce bébé théâtral s'intitule : "Piège mortel".

Et, tour à tour, de coups de théâtre en balles perdues, de tiroir fermé en voyance accélérée, le spectacle détonne. Marie Vincent, totalement habitée et déjantée à souhait, déboule comme la mère dans "Ma sorcière bien-aimée". Cyril Garnier, tel un gendre idéal, dévoile une autre facette, juste et maîtrisée. Virginie Lemoine passe par tous les états et, avec elle, nous aussi. Bien qu'elle en finisse à terre… c'est écrit comme ça, ne vous inquiétez pas ! Je n'oublie pas Damien Gajda qui n'a pas la partition facile puisqu'il intervient tard dans l'histoire, assurant sa position face à l'excellent Nicolas, extrêmement brillant !

Chers amis, Superman a donc un nouveau nom et il s'appelle Nicolas Briançon. Je cite une autre langue qui conclut ma chronique à merveille : "Cet acteur, j'le kiffe, il est mortel !".

"Piège mortel"

© Lot.
© Lot.
Texte : Ira Levin.
Adaptation : Gérald Sibleyras.
Mise en scène: Éric Métayer.
Assistante à la mise en scène : Sarah Gelle.
Avec : Nicolas Briançon, Cyril Garnier, Virginie Lemoine, Marie Vincent et Damien Gajda.
Décor : Olivier Hébert.
Costumes : Cécile Adam.
Lumières : Gaëlle de Malglaive.
Son : Vincent Lustaud.
Victime d’une mauvaise chute il y a quelques jours en arrivant au théâtre La Bruyère, Marie Vincent (qui interprète le rôle de la voyante) est remplacée à partir de ce soir, mardi 21 février, par Viviane Marcenaro (dans ce rôle) et ce jusqu’au 10 mars inclus.

Du 19 janvier au 1er avril 2017.
Mardi au samedi à 21 h, matinée samedi à 15 h 30.
Théâtre La Bruyère, Paris 9e, 01 48 74 76 99.
>> theatrelabruyere.com

Isabelle Lauriou
Mercredi 8 Février 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017