La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

"Piège mortel"… Superman a donc un nouveau nom et il s'appelle Nicolas Briançon

La chronique d'Isa-belle L

Pièce mortelle. La rime est facile et efficace. Est-elle fidèle pour autant à la pièce d'Ira Levin, adaptée en Français par Sibleyras ?



© Lot.
© Lot.
Suspens ! Je serre les dents. Heureusement que j'ai porté ma gouttière la nuit d'avant… Non pas que je stressais de me rendre dans une salle de spectacle mais j'avais, il est vrai, anticipé la rime, bien avant l'ouverture du rideau de scène.

Je me suis donc rendu guillerette et affamée au théâtre La Bruyère, dans le neuvième. L'hiver glacial avait cédé sa place à une sorte de douceur automnale… qui, peut-être, n'était que les résidus des particules de pollution ayant loupé leur destination quelques jours plus tôt (j'ai raté de peu le casting miss météo !).

Bref ! Avant que la pièce ne démarre, accompagnée d'une copine au prénom délicieux - Myrtille - j'ai avalé quelques bulles pour fêter la nouvelle année. Ce soir-là, nous étions le 1er février. Quelle bonne idée ! Quand on n'aime pas la routine. Marie Vincent, comédienne dans cette même pièce et dont la prestation encore me surprend, se détendait avant le lever de rideau. Assise près de nous, nous avons ensemble entamé une discussion.

© Lot.
© Lot.
Puis vint le temps avec Myrtille de se lever. Pour nous rasseoir deux minutes après. Il est 21 heures, le spectacle ne devrait plus tarder. Un ou deux bla-bla de filles et soudain, sur le plateau : Nicolas Briançon et Virginie Lemoine.

Le décor rappelle celui du film. Je ne vais pas comparer toute la sainte chronique, promis juré ! C'est juste l'effet que cela m'a fait. À la fois c'est écrit ainsi, donc, si Éric Métayer - metteur en scène - avait transposé la scène dans une salle de fitness, j'aurais été choquée.

Tout est bien aménagé, placé, décoré. Il ne manque rien. Et il y a, tralala, Nicolas Briançon… dit-elle, telle une fan enflammée ! Que voulez-vous il est génial et je l'envie.

Cet homme m'étonne en effet. Il y a peu de temps encore, je me suis fait le théâtre de Poche, un lieu vraiment sympa où j'aimerais jouer un jour… [Je le place là, on ne sait jamais si Stéphanie Tesson me lit]. Nicolas Briançon jouait (et joue toujours) aux côtés de Nicolas Vaude (ces Nicolas, quels talents !) et Roxana Carrara, un texte de Sarraute : "Pour un oui, pour un non". Autant je n'ai pas été emballée par le spectacle, mais Nicolas Briançon a suffi à canaliser l'envie de griller, avant les claps de fin, ma petite blonde goudronnée.

© Lot.
© Lot.
Cet homme est un acteur immense aux qualités de jeu indéniables et stupéfiantes. Il a une endurance exceptionnelle. Il joue à 19 heures un texte d'une heure, rive gauche, puis rejoint la rive droite pour jouer 1 h 40 une autre pièce. Il a donc à peine une heure de battement pour reprendre souffle, verre ? Féculents et café peut-être, avant de dégainer au La Bruyère.

De mauvaises langues me diront qu'il n'est pas le seul à assurer cet exploit. Ma langue, un peu plus savoureuse répondra : "si, il est le seul à réussir ce pari-là !". Textes diamétralement opposés, personnages aux antipodes et énergies contraires. Il assure et elles me saoulent les langues de vipère.

"Piège mortel" ou l'histoire d'un auteur reconnu de théâtre qui, suite à l'échec cuisant de sa dernière pièce, ne trouve plus l'inspiration. Miracle : Superman, euh ! Non… enfin si, dans la version ciné, c'était Christopher Reeve, le personnage joué par Cyril Garnier, qui arrivait. Jeune auteur, il a eu la bonne ou mauvaise (vous jugerez) idée d'envoyer son bébé théâtral au mentor rencontré lors d'un séminaire d'écriture. La pièce démarre ainsi. Le couple formé par Nicolas Briançon et Virginie Lemoine, discute à ce sujet. Ce bébé théâtral s'intitule : "Piège mortel".

Et, tour à tour, de coups de théâtre en balles perdues, de tiroir fermé en voyance accélérée, le spectacle détonne. Marie Vincent, totalement habitée et déjantée à souhait, déboule comme la mère dans "Ma sorcière bien-aimée". Cyril Garnier, tel un gendre idéal, dévoile une autre facette, juste et maîtrisée. Virginie Lemoine passe par tous les états et, avec elle, nous aussi. Bien qu'elle en finisse à terre… c'est écrit comme ça, ne vous inquiétez pas ! Je n'oublie pas Damien Gajda qui n'a pas la partition facile puisqu'il intervient tard dans l'histoire, assurant sa position face à l'excellent Nicolas, extrêmement brillant !

Chers amis, Superman a donc un nouveau nom et il s'appelle Nicolas Briançon. Je cite une autre langue qui conclut ma chronique à merveille : "Cet acteur, j'le kiffe, il est mortel !".

"Piège mortel"

© Lot.
© Lot.
Texte : Ira Levin.
Adaptation : Gérald Sibleyras.
Mise en scène: Éric Métayer.
Assistante à la mise en scène : Sarah Gelle.
Avec : Nicolas Briançon, Cyril Garnier, Virginie Lemoine, Marie Vincent et Damien Gajda.
Décor : Olivier Hébert.
Costumes : Cécile Adam.
Lumières : Gaëlle de Malglaive.
Son : Vincent Lustaud.
Victime d’une mauvaise chute mardi soir, 14 février, en arrivant au théâtre La Bruyère, Marie Vincent (qui interprète la voyante) ne pourra tenir son rôle pendant un temps pour l’instant non défini. Le spectacle se poursuit néanmoins avec, temporairement, Sarah Gellé dans ce rôle.

Du 19 janvier au 1er avril 2017.
Mardi au samedi à 21 h, matinée samedi à 15 h 30.
Théâtre La Bruyère, Paris 9e, 01 48 74 76 99.
>> theatrelabruyere.com

Isabelle Lauriou
Mercredi 8 Février 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Trib'Une | Archives





Publicité



À découvrir

"Le Mariage de Figaro" par les Nomadesques... Le choix du burlesque pour dépeindre le grotesque des cuistres !

"Le Mariage de Figaro ou la folle journée", Théâtre Le Ranelagh, Paris

Reprise S'ils œuvrent avec excellence dans l’univers des spectacles Jeune Public*, les Nomadesques savent aussi nous régaler avec quelques classiques "revisités". Après le très western "Beaucoup de bruit pour rien" de Shakespeare en 2010, les voici de retour sur la scène du Ranelagh avec un très coloré "Mariage de Figaro" de Beaumarchais à la tonicité revigorante.

La fin de l'Ancien Régime est proche quand Pierre Augustin Caron de Beaumarchais écrit en 1784 "Le Mariage de Figaro". Après la Révolution de 1789 (et l'abolition des privilèges dans la nuit du 4 août), plus rien ne sera comme avant. Beaumarchais l'avait bien pressenti et Marivaux avant lui. Le théâtre ici aussi, sous ses aspects de farce, marque au fer rouge la disparition d'un monde, celui des privilèges et du système monarchique où des relents de féodalité subsistaient encore.

Marivaux rêve et écrit l'utopie d'une inversion des classes dans "L'île des esclaves" en 1725 où le valet prenait la place du maître et le maître se retrouvait à la merci du valet. Mais l'absence du savoir brise l'utopie. Beaumarchais ne tombe pas dans le piège et, hardie anticonformiste, aventurier et libertin, fait de son valet Figaro un contestataire cultivé maîtrisant le langage et donc à même de s'opposer au comte Almaviva, son maître... Duel à fleurets mouchetés pour qu'un beau épouse sa belle sans que vilaine noblesse y exerce droit de cuissage et pour qu'amoureuse mais vengeresse comtesse punisse mari volage.

Gil Chauveau
15/02/2015
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

J'aimerais tant voir Stavanger... En écoutant chanter les étoiles

"Stavanger", Studio Hébertot, Paris

Qui est-elle ? Florence Bernstein, avocate… mais encore ? Lui, Simon, qui est-il ? Ex, réel ou futur suicidé ferroviaire ? A-t-il tué sa mère ? Est-elle une amante ou une sœur ? S'aiment-ils ? Iront-ils à Stavanger ? Tout cela est-il bien réel ?

J'aimerais tant voir Stavanger... En écoutant chanter les étoiles
Répondre à ces questions reviendrait à dévoiler une histoire qui repose sur un mystère construit notamment sur les réponses à ces interrogations. Le texte d'Olivier Sourisse est le type même de ceux dont on ne peut pas parler, au risque de glisser vers la fin et dévoiler la "surprise" finale… Découverte qui ferait perdre, au spectateur, l'intérêt principal de cette étrange pièce.

Ainsi donc, nulle réponse vous aurez. Mais il vous sera bon de savoir que Stavanger, improbable destination dont nos protagonistes se découvrent un goût commun de villégiature, est un petit port norvégien dont les sites touristiques sont aussi nombreux que ceux de Randaberg sa voisine, hormis peut-être sa spectaculaire falaise et son musée du pétrole. Ceci étant dit, son ciel étoilé et pur est sans aucun la douce image virtuelle que nous laisse la pièce en sortant de la salle.

Une fois mis de côté le titre à la consonance scandinave, les premières répliques posent très vite une situation peu banale où une avocate à la réussite sociale acquise réussit à convaincre un jeune homme au succès suicidaire inachevé de ne pas rester allonger sur des rails où le passage régulier de trains n'est pas inhabituel. Cela posé, se met en place une mécanique des relations toute en nuances, même dans leurs violences. Petit à petit, entre ces deux êtres solitaires, que rien ne semble a priori lier (quoique !), se construit une trame tissée des fils de l'écoute, de l'échange, de la découverte de l'autre, dessinant doucement mais sûrement l'inattendu dessin d'une réconciliation.

Gil Chauveau
25/01/2017