La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Pièce en plastique"… Toute la déliquescence du monde dans une pièce où l'absence d'espoir devient une vraie jubilation

"Pièce en plastique", Usine Hollander, Choisy-le-Roi

Une cellule familiale bourgeoise allemande lancée comme un jeu de dés sur la piste aseptisée de l'Europe : Marius von Mayenburg cisèle les figures désabusées de la réussite sociale pour en faire ressortir toute la vacuité et la vanité de leurs existences, de leurs sentiments, de leurs idées. Cela craquelle vite. Cela cherche surtout de toutes ses forces à survivre, quitte à saborder tout idéal.



© DR.
© DR.
Le vernis est pourtant tout à fait brillant : une famille, le père médecin, la mère assistante du plus génial plasticien du moment, un fils adolescent englué dans l'univers technologique et la recherche de lui-même. Ils sont de ceux dont on dit qu'ils ont fait leur place dans le monde, qu'ils ont réussi. Hyperactifs, conscients, intellectuels. Une façade que l'auteur fait tomber immédiatement en nous immergeant dans les pensées intimes, les doutes et le dialogue de ces parents inquiets en installant un système récurrent d'adresse au public qui reviendra tout au long de la pièce.

Un beau rouage d'horlogerie que cette vie sociale réussie qui absorbe en totalité la vie, le temps. Et qui finit par rendre jusqu'aux sentiments, mécanique. Jusqu'aux règles de savoir-vivre. Mécanique. Jusqu'aux gestes, aux affections, factuelles, rituelles, et vidés de leurs chairs. C'est au travers de ce microcosme une interrogation vitale sur la pensée de la citadelle européenne, de l'âme démocratique, sur le monde, sur ses propres valeurs, et sur sa réalité démocratique.

En satellite de cette cellule familiale, déboulent d'un côté la star plasticienne (sorte de caricature de l'artiste visionnaire) et une femme de ménage censée s'occuper du fils laissé à lui-même, sans identité. Jeu de quilles alors et grand écart social avec lequel s'amuse von Mayenburg (en se laissant parfois aller au plaisir du mot qui allonge certaines scènes) pour élargir sa vision dépourvue de héros. Ici, chacun semble sauver sa peau dans une vision qui frise un peu trop de didactisme par moments.

© DR.
© DR.
Mais Patrice Bigel transforme ce qui pourrait être un huis clos en vision élargie du monde. Toute l'action se déroule dans un espace dégagé, lumineux, presque aseptisé, où les signes d'un intérieur bourgeois sont des éléments disposés au large de manière à ce que tout l'espace soit libre, clinique, et que les scènes et les personnages y circulent comme dans un immense corridor. Cela donne au propos de la pièce une dimension universelle avec des relents de mort. On les croirait presque dans un paradis artificiel.

Dans cet univers sans vie, les personnages prennent une forme extrême. Pas seulement à cause de la scénographie mais surtout grâce à la direction d'acteurs et à la performance de chaque comédien. Il faudrait les citer tous car chacun construit un personnage totalement crédible, magnifique, original. Une distribution qui s'équilibre, se répond, joue ensemble à la perfection chacun dans une interprétation collant à son rôle. Comme un orchestre où chaque instrument résonne dans son timbre, son rythme.

Et tous, emportés dans une mise en scène, fluide, mouvante et vive, créent un spectacle qui établit une sorte de constat d'échec de la société allemande, ou occidentale, et de la pensée, table rase sur laquelle poser peut-être la première pierre d'un avenir ? Ce n'est pas dit. Et pourtant, le sentiment qui reste à la fin de la pièce est plutôt optimiste, comme si l'éclatement de cet ordre familial et social donnait place à une multitude individuelle capable de recréer autre chose.

"Pièce en plastique"

© DR.
© DR.
Texte : Marius von Mayenburg.
Traduction : Mathilde Sobottke (L'Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté).
Mise en scène : Patrice Bigel.
Avec : Karl-Ludwig Francisco, Bettina Kühlke, Jean-Michel Marnet, Juliette Parmantier et (en alternance) Auguste Daniau, Loris Perna, Julien Vion.
Scénographie, lumières : Jean-Charles Clair.
Compagnie La Rumeur.
Durée : 2 h 10.

A été joué du 12 au 22 octobre 2017.
Du 9 novembre au 3 décembre 2017.
Jeudi, vendredi, samedi à 20 h 30, dimanche à 18 h.
Usine Hollander, Choisy-le-Roi (94), 01 46 82 19 63.
>> usinehollander.blogspot.fr

Bruno Fougniès
Vendredi 27 Octobre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre

"Michael Kohlhaas, l'homme révolté", Théâtre Essaïon, Paris

Reprise Il caracole à la tête de son troupeau de chevaux qu'il va vendre, béat à la pensée de son futur bénéfice. Michael Kohlhaas, héros du roman éponyme de Henrich von Kleist, aime les chevaux, la liberté et l'aisance.

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre
Un mauvaise douane, mauvaise farce, loi privée improvisée et vraie confiscation, le prive de sa liberté de circuler et de ses plus beaux chevaux. Perdant sa joie et raison de vivre, d'avanies en déconvenues, l'homme va demander justice, implorer, s'emporter, poursuivre les méchants, ignorer les pondérés, proclamer son droit, réclamer son dû, se faire justice.

Brûlant, détruisant, pillant les villes. Bientôt à la tête d'une bande de sacripants, de sacs et de cordes, bandits de grands chemins, défiant l'empereur. Michael le pacifique est devenu Michael le révolté. Michael Kohlhaas, pendu haut et court, est un héros, une légende. Dans la bataille finale, il se révèle même frère en vaillance du prince de Hombourg*.

Gilbert Ponté est seul en scène. Dans son adaptation du récit, il est rayonnant, scintillant de tous les états d'âme du personnage. Il est aussi, tour à tour, tous les personnages, tous les paysages, tous les rythmes et sensations, dans l'immédiateté du geste.

Jean Grapin
13/10/2017
Spectacle à la Une

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple

"F(l)ammes", Maison des Métallos, Paris, puis tournée

Reprise Dans "F(l)ammes", Ahmed Madani met en scène les véridiques récits de la vie contemporaine portés par dix jeunes femmes, fruits de l'Histoire des peuplements successifs du territoire français. Autant de témoignages que les bonnes fées du théâtre ont sublimé.

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple
Les comédiennes ont sculpté de vrais personnages contemporains hauts en couleur qu'elles évoquent sans fard et qu'elles expriment avec une grande de joie de vivre et ce, en dépit du contenu des propos d'un quotidien souvent difficile.

Ces jeunes femmes sont typées, à certains égards extravagantes. Elles appartiennent d'évidence à la vitalité de la ville. La parole est dégagée. Elles expliquent comment elles sont dans la nécessité de quitter les rôles attribués par les traditions familiales, qui les enferment dans un filet de violence et de brutalité ; et combien elles sont mises à l'épreuve pour s'inventer, se forger, se libérer des fidélités. Elles émeuvent. Elles racontent avec aisance leur itinéraire qui cherche à se démarquer de leurs mères qui ont attendu, attendu, tricotant, détricotant les jours comme Pénélope en attente d'un Ulysse providentiel.

Et dans la description des difficultés nées de l'opposition multi séculaire qui oppose les barbares et les urbains, elles font rire, non par le sarcasme ou l'autodérision mais par le partage. L'imaginaire est riche. Le verbe et le geste sont au service d'une métamorphose. Sur la scène c'est une forme de courage qui s'exprime : celui de la fuite qui vous sauve. Au risque du déchirement. Sans jamais perdre le sens de la vie et de l'amour. En conservant la dynamique de retrouvailles. Dans la lucidité.

Jean Grapin
15/10/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016