La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Pelléas et Mélisande", beau songe d'un désastre obscur

Au Théâtre des Champs-Élysées, "Pelléas et Mélisande", dans une mise en scène signée par Éric Ruf, entre dans l'histoire des grandes productions du chef-d'œuvre. Avec la divine Mélisande de Patricia Petibon, le superbe Arkel de Jean Teitgen et l'art du chef Louis Langrée à la tête d'un admirable Orchestre National de France, le drame de Claude Debussy ensorcelle avec la force des premières fois.



© DR.
© DR.
Dans ses conversations avec son professeur de composition Guiraud (telles qu'elles sont rapportées par Maurice Emmanuel), le jeune Claude Debussy prophétisait sa rencontre essentielle à venir (en 1893) avec le drame symboliste de Maurice Maeterlinck, "Pelléas et Mélisande". Il cherchait déjà ce théâtre "disant les choses à moitié qui (lui) permettr(ait) de greffer (son) rêve sur le sien" et ainsi de "parachever son ouvrage". Et qui lui permettrait surtout d'inventer l'opéra du l'avenir, "après Wagner" (1), "une forme dramatique autre", dans laquelle "la musique y commence là où la parole est impuissante à exprimer (…) écrite pour l'inexprimable."

Il ajoutait : "Je voudrais qu'elle eût l'air de sortir de l'ombre et que, par instant, elle y entrât." Bouleversé par la pièce du dramaturge belge (par ailleurs adoubée par Mallarmé : "une variation superbe sur l'admirable vieux mélodrame"), Claude Debussy a trente ans et la matière de son seul opéra achevé.

Ce théâtre de l'invisible et de l'espace intérieur, du mouvement raréfié (selon le metteur en scène Henri Ronse), forme méditative du drame plutôt que drame lui-même, ne pouvait qu'infuser l'imaginaire du compositeur. Il devra cependant attendre huit ans pour voir monter à l'Opéra Comique son propre "Tristan". Dans le royaume médiéval d'Allemonde, deux frères, Golaud et Pelléas, aiment une mystérieuse étrangère à la longue chevelure, Mélisande, que l'un a épousée et que l'autre attire irrésistiblement - malgré eux - sous les yeux compatissants du roi Arkel, leur grand-père.

© DR.
© DR.
Dans leur vieux château, cerné par une épaisse forêt où le soleil ne perce jamais, un père malade (qui restera invisible) semble être la dernière victime d'une obscure malédiction frappant les lieux - quand le rideau se lève. La fatalité, exsudée par chaque mur, fontaine, rocher, grotte et arbre d'Allemonde se jouera de ces rêveurs absents à eux-mêmes et à la vie. À l'impuissance de Golaud avouant à Mélisande ("Où allez-vous ?" lui demande-t-elle) dès la première scène : "Je ne sais pas … Je suis perdu aussi", répond la tardive prise de conscience de Pelléas à l'acte IV ("J'ai joué en rêve autour des pièges de la destinée") comme l'inutile sagesse d'Arkel : "Nous ne voyons que l'envers des destinées".

Or, pour Debussy, seule la musique libérée des anciennes formules pourrait évoquer ces "correspondances mystérieuses de la nature et de l'imagination" (2) ; de même que sa conception révolutionnaire de la déclamation vocale (le récitatif mélodique, l'émission parfois chuchotée ou pas, le chant conçu telle une parole plus haute (3)) sera seule capable de créer un art français en refusant "une langue arbitraire, faite de traditions surannées" (2) - cette langue fausse de l'opéra avant "Pelléas".

© DR.
© DR.
Mettant l'intelligibilité du texte au centre de son art, il s'agira donc pour le compositeur de respecter le phrasé et la prosodie particulière de la langue française dans un riche tissu musical à l'orchestration raffinée, d'une rare force expressive. L'orchestre entrera ou sortira "de l'ombre", révélant le cheminement ténébreux des psychés et des forces obscures du monde en déployant un perpétuel et savant trouble tonal.

Dès les premiers accords, l'Orchestre National de France va se révéler magistral sous la baguette de Louis Langrée, offrant l'impression rare qu'on découvre l'opéra. Embarqués que nous sommes dans le rêve d'un langage harmonique aux couleurs précieuses et au subtil développement rythmique, l'orchestre nous emprisonne sensuellement dans les rets d'une partition lumineuse qui va s'assombrissant jusqu'au drame final.

Lumineuse aussi et fragile, telle est Patricia Petibon qui se révèle une Mélisande idéale pour cette prise de rôle. Elle cultive artistement le don de s'approprier la prosodie debussyste en vraie ondine et son air de la chevelure au troisième acte est un rare bonheur. Diction, phrasé, tout est parfaitement posé. Si le Pelléas de Jean-Sébastien Bou nous demeure opaque, plus Hamlet que jamais, Kyle Ketelsen est un jeune Golaud humain, plutôt bête traquée par la fatalité que chasseur.

Révélation aussi que le noble Arkel de Jean Teitgen dont la voix de bronze ciselée des accents les plus émouvants se révèle à chaque intervention un onguent pour l'âme. Inoubliable et bouleversant, comment ne pas le croire : "Si j'étais Dieu, j'aurais pitié du cœur des hommes" ? Tous hantent le paysage étouffant voulu par Éric Ruf. Il imagine une sorte de souterrain suintant l'humidité avec ses filets de pêche et son étang d'eau morte (éclairé superbement par Bertrand Couderc).

Il choisit donc un trop univoque désastre ("Oh Toutes les étoiles tombent" acte IV). Si la nature et ses sortilèges inquiétants manque singulièrement dans sa proposition pour un opéra qui la convie sans cesse, sa scène de la Tour à l'acte III convoque avec bonheur les fantômes Art Nouveau de Klimt et de Mary Garden, la créatrice du rôle en 1902 - grâce en soit aussi rendue aux robes de Christian Lacroix.

© DR.
© DR.
(1) Debussy affirmait qu'il fallait "chercher après Wagner et non d'après Wagner".
(2) Conversations avec Guiraud d'après M. Emmanuel.
(3) La formule est de José van Dam, inoubliable Golaud.


Prochaines dates : 15 et 17 mai 2017 à 19 h 30.
Diffusion sur France Musique le 4 juin 2017 à 20 h.

Théâtre des Champs-Élysées,
15, avenue Montaigne, Paris 8e.
Tél. : 01 49 52 50 50.
[>> theatrechampselysees.fr]urlblank :http://www.theatrechampselysees.fr/

"Pelléas et Mélisande" (1902).
Drame lyrique en cinq actes et douze tableaux.
Musique de Claude Debussy (1862-1918).

© DR.
© DR.
Texte de Maurice Maeterlinck.
Livret en français surtitré en français.
Durée : 4 h 10 avec un entracte.

Louis Langrée, direction musicale.
Éric Ruf, mise en scène et scénographie.
Christian Lacroix, costumes.
Bertrand Couderc, lumières.

Patricia Petibon, Mélisande.
Jean-Sébastien Bou, Pelléas.
Kyle Ketelsen, Golaud.
Jean Teitgen, Arkel.
Sylvie Brunet-Grupposo, Geneviève.
Jennifer Courcier, Yniold.
Arnaud Richard, Le médecin, Le berger.

Orchestre National de France.
Chœurs de Radio-France.
Marc Korovitch, Chef de chœur.

Christine Ducq
Mardi 16 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017