La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.



© DR.
© DR.
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

© DR.
© DR.
Dans "Tous les passants", le premier titre, la ligne de basse de Julien Aellion est omniprésence, donnant la cadence d'un pas aux sources du primitif. Viennent en parallèle, comme en une liaison mélodique, les ornements presque liturgiques de l'orgue, les frappes sèches et précises des percussions, le phrasé jazzy du piano imprimé avec précision et talent par Fred Casa. Marc Casa pose, sur quelques bouffées venteuses en arrière-plan, une respiration mélodieuse propice aux souvenirs et aux fantômes du texte de Françoise Lo.

Les arabesques harmoniques viennent ensuite naturellement "Sur la place" où les scénettes décrites par Jacques Brel (auteur de ce beau texte allégorique) s'égrainent au son de l'orgue aigre-doux et des riffs parfois déchirants, parfois enjoués du piano. Le chant est sensible, avec des tonalités très masculines… Avec des contours, sur certaines inspirations profondes et intériorisées, étrangement féminines. Souvent, notamment sur le très délicat et charnel "Le bel âge", la voix peut se faire traînante, posant un phrasé élégant et pénétrant sur la portée des émotions.

© DR.
© DR.
Cet EP 6 titres se clôt sur "J'entends sonner le clairon", champ de bataille des amours finis, là où les êtres qui se sont tant aimés, se déchirent et se sont perdus. Un final aux frontières du désespoir mais qui donne l'occasion à Lou Casa de finir sur une magnifique ligne de basse et une interprétation enlevée, presque enflammée sur le chant des amours mortes…

"À ce jour" est une proposition originale et réussie, abordant six chansons qui ne sont pas forcément les plus connues (hormis "Perlimpinpin") du répertoire de Barbara, faite par Lou Casa, un trio qui aborde la musique et les textes de manière très personnelle, voire parfois expérimentales. Sortant du champ habituel des productions souvent trop formatées, voilà un album à écouter d'urgence pour ouvrir nos oreilles à des univers sonores régénérés.

(1) "Perlimpinpin", "Le bel âge" et "J'entends sonner les clairons" : paroles et musique de Barbara.
(2) "Sur la place" : paroles et musique de Brel.
(3) "Tous les passants" : paroles de Françoise Lo et musique de Barbara.
(4) "La belle amour" : paroles de Georges Bérard et musique de Charles Algarra/Barbara.

● Lou Casa "À ce jour".
Label : SPPF les labels indépendants.
Production : Collectif Lou Casa.
Distribution : Musicast Distribution.
Sortie : 15 janvier 2016.

30 mars 2016.
Mercredi à 20 h.
1ère partie : Contrebassens & Michael Wookey.
Cafè de la Dance, Paris 11e, réservation en ligne.
>> loucasa-barbara.com

Tournée :
16 avril 2016 : Atelier Ostréicole et musical de Christian de Longcamp, Lestre (50)
22 avril 2016 : Espace Multiculturel, Grâces (22).
24 avril 2016 : Salle des Fêtes, Clohars-Carnoët (29).
26 mai 2016 : ]cyChez Servane, Chouzé-sur-Loire (37).
27 mai 2016 : CFA de Tours (37).
28 mai 2016 : La Bonne Dame, Champigny-Sur-Veude (37).
31 mai 2016 : L'Auguste Théâtre, Paris 11e.
18 juin 2016 : Festival Broc'Music, Le Belvédère, Champigny-sur-Marne (94).              
2 juillet 2016 : Kiosque du Parc, Malo-Les-Bains (59).
19 juillet 2016 : Festival Les Estivases, Théâtre de l'Ardoise (soirée avec Titi Robin et Medhi Nassouli), Île d'Oléron (17).
20 juillet 2016 : Salle des Fêtes, Saint-Front-d'Alemps (24).
21 juillet 2016 : Place de la Vertu (extérieur, annulation en cas de pluie), Périgueux (24).
22 juillet 2016 : La Casa Casedevant (uniquement sur réservation/renseignements : 06 87 03 81 92), Pau (64).

21 janvier 2017 : Auditorium médiathèque Luxembourg, Meaux (77).
26 janvier 2017 : Saumur (37).
27 janvier 2017 : Salle des fêtes, La Guerche (37).
28 janvier 2017 : La Teinturerie, Richelieu (37).
28 février 2017 : L'Auguste Théâtre, Paris (75).

Gil Chauveau
Lundi 1 Février 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017