La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Les aveux d'Augustin… Dans une forme d'humilité supérieure, une mise au présent du Monde

"Augustin passe aux aveux", Théâtre Les Déchargeurs, Paris

Une barre d'appui propice aux effets oratoires, une table accueillante pour le lecteur ou le conteur, une estrade lieu d'un trône favorable. Quelques sièges pour des spectateurs. Et puis un livre posé, manié. Dominique Touzé met en scène et interprète les confessions de Saint Augustin.



© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Le dispositif choisi favorise l'intimité de l'écoute et du regard. Le comédien se montre avec jubilation et véhémence. Toujours précis, il ajuste et mesure ses effets. Il extériorise. En écho, un violoncelliste, Guillaume Bongiraud (ou Clémence Baillot d'Estivaux), dans l'intensité des sons et des vibrations entre en intériorité. Et se laisse gagner par la musique qui se propage en lui jusqu'à voir le corps de l'instrumentiste suivre les mouvements de l'instrument.

Dans ce spectacle, rare parole et musique se complètent, échangent. Dialoguent. Font sens. Le rôle des deux acteurs est magnifié. Et le spectateur, le temps de l'écoute qu'il soit croyant ou non, partage un monde.

Celui d'un Empire finissant. D'un monde naissant. Rome n'est plus Capitale. Rome vit ses dernières décennies. Les impôts écrasent, les peuples Vandales et Goths avancent. L'emprise de Rome s'exerce encore dans les têtes, imposant des rituels, des façons de faire et de s'exprimer mais déjà la vie est ailleurs. Rome n'est plus dans Rome.

© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Augustin est le témoin de cette mutation. Brillant faiseur. Brillant dialecticien. Jouisseur à la conduite ostensible. Qui aime être admiré. Qui mime avec facilité la théâtralité du monde. Il l'évalue, la mesure avec précision. Plaidant avec facilité le pour et le contre, il constate tous les conflits en œuvre dans la représentation, découvre avec stupeur un vide qui l'assaille. "Post coïtum animal triste". Troublé, il discerne pourtant, dans l'attitude bienveillante de proches à son égard, une forme de vie qui le travaille et le traverse.

Entre les mots et les choses, entre le monde et le livre, entre les traces du passé et celles du présent un monde semble vous aimer en dépit de tout. Et sous les apparences surgit comme une évidence. Comme une nouvelle manière de penser et de sentir. Augustin vit une Expérience pleine de Surprise. Un moi entre en dialogue. Mais avec quoi ? Avec qui ?

Le rhéteur orgueilleux se fait humble. Dans une forme d'humilité supérieure qui accepte de ne plus se mesurer, ni compter ses effets, qui approfondit une forme de confiance. Augustin dialogue avec une Puissance d'amour présente en lui et hors de lui. Dans ces aveux, dans cette Antiquité si éloignée dans le temps, un homme raconte une histoire vraie et simple. La sienne. Si proche de nous.

Dans cette mise en scène s'opère une véritable transposition du texte, une mise au présent du Monde.

"Augustin passe aux aveux"

© Dan Parigot.
© Dan Parigot.
Texte : Saint Augustin.
Traduction : Frédéric Boyer (depuis le latin, éditions POL, 2008).
Adaptation : Martine Loriau.
Mise en scène : Dominique Touzé.
Avec : Dominique Touzé.
Musique : Guillaume Bongiraud, Clémence Baillot d’Estivaux.
Durée : 1 h 05.

Du 2 février au 1er avril 2017.
Jeudi et vendredi à 21 h 15, samedi à 17 h.
Théâtre Les Déchargeurs, salle La Bohème, Paris 1er, 01 42 36 00 50.
>> lesdechargeurs.fr

Jean Grapin
Vendredi 17 Février 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Shaman et Shadoc", une prose mélodieuse portée par un jeu riche de pleins et de déliés

"Shaman et Shadoc… Ou l'imposture des rats", Théâtre Essaïon, Paris

Deux hommes et une femme, l'un bien sapé, l'autre dépenaillé... et elle, surgissant, comme une ombre, chantonnant en vers, par intermèdes, la chronique des deux. En compagnons d'infortune : des rats, à destination de compagnie ou d'expériences. Assis sur un banc, les deux "s" - comme solitude - tentent le tête-à-tête…

En attendant la mort ou la résilience… Shaman et Shadoc dissertent, dans une forme de dualité où les rapports de force ne sont pas ce qu'ils paraissent être, où l'équilibre mental des êtres semble déterminer les règles ludiques de cet affrontement verbal ayant pour trame un passé commun volontairement oublié.

Entre eux, une femme, sœur de l'un, femme de l'autre, carbonisée, incinérée dans le feu des souvenirs, perdue dans les flammes de la mémoire, mais toujours brûlante de possibles règlements de comptes, de vengeance, d'absolution ou de renaissance… la fin en donnera la solution.

En attendant, dans un habit d'absurde faisant parfois songer à Godot, nos zigues, pas toujours débonnaires, usent de joutes oratoires et de convenances dînatoires. Dans une recherche de mainmise de l'un sur l'autre, et vice-versa, se jouent tentatives de manipulations ou de connivences. Au bout du compte, après l'épuration du cynisme et la révélation de la noire vérité se posera la question finale :
Shaman : Shadoc ! Et Dieu dans tout ça ?
Shadoc : Le brave homme.

Gil Chauveau
29/03/2017