La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Les aveux d'Augustin… Dans une forme d'humilité supérieure, une mise au présent du Monde

"Augustin passe aux aveux", Théâtre Les Déchargeurs, Paris

Une barre d'appui propice aux effets oratoires, une table accueillante pour le lecteur ou le conteur, une estrade lieu d'un trône favorable. Quelques sièges pour des spectateurs. Et puis un livre posé, manié. Dominique Touzé met en scène et interprète les confessions de Saint Augustin.



© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Le dispositif choisi favorise l'intimité de l'écoute et du regard. Le comédien se montre avec jubilation et véhémence. Toujours précis, il ajuste et mesure ses effets. Il extériorise. En écho, un violoncelliste, Guillaume Bongiraud (ou Clémence Baillot d'Estivaux), dans l'intensité des sons et des vibrations entre en intériorité. Et se laisse gagner par la musique qui se propage en lui jusqu'à voir le corps de l'instrumentiste suivre les mouvements de l'instrument.

Dans ce spectacle, rare parole et musique se complètent, échangent. Dialoguent. Font sens. Le rôle des deux acteurs est magnifié. Et le spectateur, le temps de l'écoute qu'il soit croyant ou non, partage un monde.

Celui d'un Empire finissant. D'un monde naissant. Rome n'est plus Capitale. Rome vit ses dernières décennies. Les impôts écrasent, les peuples Vandales et Goths avancent. L'emprise de Rome s'exerce encore dans les têtes, imposant des rituels, des façons de faire et de s'exprimer mais déjà la vie est ailleurs. Rome n'est plus dans Rome.

© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Augustin est le témoin de cette mutation. Brillant faiseur. Brillant dialecticien. Jouisseur à la conduite ostensible. Qui aime être admiré. Qui mime avec facilité la théâtralité du monde. Il l'évalue, la mesure avec précision. Plaidant avec facilité le pour et le contre, il constate tous les conflits en œuvre dans la représentation, découvre avec stupeur un vide qui l'assaille. "Post coïtum animal triste". Troublé, il discerne pourtant, dans l'attitude bienveillante de proches à son égard, une forme de vie qui le travaille et le traverse.

Entre les mots et les choses, entre le monde et le livre, entre les traces du passé et celles du présent un monde semble vous aimer en dépit de tout. Et sous les apparences surgit comme une évidence. Comme une nouvelle manière de penser et de sentir. Augustin vit une Expérience pleine de Surprise. Un moi entre en dialogue. Mais avec quoi ? Avec qui ?

Le rhéteur orgueilleux se fait humble. Dans une forme d'humilité supérieure qui accepte de ne plus se mesurer, ni compter ses effets, qui approfondit une forme de confiance. Augustin dialogue avec une Puissance d'amour présente en lui et hors de lui. Dans ces aveux, dans cette Antiquité si éloignée dans le temps, un homme raconte une histoire vraie et simple. La sienne. Si proche de nous.

Dans cette mise en scène s'opère une véritable transposition du texte, une mise au présent du Monde.

"Augustin passe aux aveux"

© Dan Parigot.
© Dan Parigot.
Texte : Saint Augustin.
Traduction : Frédéric Boyer (depuis le latin, éditions POL, 2008).
Adaptation : Martine Loriau.
Mise en scène : Dominique Touzé.
Avec : Dominique Touzé.
Musique : Guillaume Bongiraud, Clémence Baillot d’Estivaux.
Durée : 1 h 05.

Du 2 février au 1er avril 2017.
Jeudi et vendredi à 21 h 15, samedi à 17 h.
Théâtre Les Déchargeurs, salle La Bohème, Paris 1er, 01 42 36 00 50.
>> lesdechargeurs.fr

Jean Grapin
Vendredi 17 Février 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017