La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Les aveux d'Augustin… Dans une forme d'humilité supérieure, une mise au présent du Monde

"Augustin passe aux aveux", Théâtre Les Déchargeurs, Paris

Une barre d'appui propice aux effets oratoires, une table accueillante pour le lecteur ou le conteur, une estrade lieu d'un trône favorable. Quelques sièges pour des spectateurs. Et puis un livre posé, manié. Dominique Touzé met en scène et interprète les confessions de Saint Augustin.



© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Le dispositif choisi favorise l'intimité de l'écoute et du regard. Le comédien se montre avec jubilation et véhémence. Toujours précis, il ajuste et mesure ses effets. Il extériorise. En écho, un violoncelliste, Guillaume Bongiraud (ou Clémence Baillot d'Estivaux), dans l'intensité des sons et des vibrations entre en intériorité. Et se laisse gagner par la musique qui se propage en lui jusqu'à voir le corps de l'instrumentiste suivre les mouvements de l'instrument.

Dans ce spectacle, rare parole et musique se complètent, échangent. Dialoguent. Font sens. Le rôle des deux acteurs est magnifié. Et le spectateur, le temps de l'écoute qu'il soit croyant ou non, partage un monde.

Celui d'un Empire finissant. D'un monde naissant. Rome n'est plus Capitale. Rome vit ses dernières décennies. Les impôts écrasent, les peuples Vandales et Goths avancent. L'emprise de Rome s'exerce encore dans les têtes, imposant des rituels, des façons de faire et de s'exprimer mais déjà la vie est ailleurs. Rome n'est plus dans Rome.

© Pascal Gély.
© Pascal Gély.
Augustin est le témoin de cette mutation. Brillant faiseur. Brillant dialecticien. Jouisseur à la conduite ostensible. Qui aime être admiré. Qui mime avec facilité la théâtralité du monde. Il l'évalue, la mesure avec précision. Plaidant avec facilité le pour et le contre, il constate tous les conflits en œuvre dans la représentation, découvre avec stupeur un vide qui l'assaille. "Post coïtum animal triste". Troublé, il discerne pourtant, dans l'attitude bienveillante de proches à son égard, une forme de vie qui le travaille et le traverse.

Entre les mots et les choses, entre le monde et le livre, entre les traces du passé et celles du présent un monde semble vous aimer en dépit de tout. Et sous les apparences surgit comme une évidence. Comme une nouvelle manière de penser et de sentir. Augustin vit une Expérience pleine de Surprise. Un moi entre en dialogue. Mais avec quoi ? Avec qui ?

Le rhéteur orgueilleux se fait humble. Dans une forme d'humilité supérieure qui accepte de ne plus se mesurer, ni compter ses effets, qui approfondit une forme de confiance. Augustin dialogue avec une Puissance d'amour présente en lui et hors de lui. Dans ces aveux, dans cette Antiquité si éloignée dans le temps, un homme raconte une histoire vraie et simple. La sienne. Si proche de nous.

Dans cette mise en scène s'opère une véritable transposition du texte, une mise au présent du Monde.

"Augustin passe aux aveux"

© Dan Parigot.
© Dan Parigot.
Texte : Saint Augustin.
Traduction : Frédéric Boyer (depuis le latin, éditions POL, 2008).
Adaptation : Martine Loriau.
Mise en scène : Dominique Touzé.
Avec : Dominique Touzé.
Musique : Guillaume Bongiraud, Clémence Baillot d’Estivaux.
Durée : 1 h 05.

Du 2 février au 1er avril 2017.
Jeudi et vendredi à 21 h 15, samedi à 17 h.
Théâtre Les Déchargeurs, salle La Bohème, Paris 1er, 01 42 36 00 50.
>> lesdechargeurs.fr

Jean Grapin
Vendredi 17 Février 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Trib'Une | Archives





Publicité



À découvrir

"Le Mariage de Figaro" par les Nomadesques... Le choix du burlesque pour dépeindre le grotesque des cuistres !

"Le Mariage de Figaro ou la folle journée", Théâtre Le Ranelagh, Paris

Reprise S'ils œuvrent avec excellence dans l’univers des spectacles Jeune Public*, les Nomadesques savent aussi nous régaler avec quelques classiques "revisités". Après le très western "Beaucoup de bruit pour rien" de Shakespeare en 2010, les voici de retour sur la scène du Ranelagh avec un très coloré "Mariage de Figaro" de Beaumarchais à la tonicité revigorante.

La fin de l'Ancien Régime est proche quand Pierre Augustin Caron de Beaumarchais écrit en 1784 "Le Mariage de Figaro". Après la Révolution de 1789 (et l'abolition des privilèges dans la nuit du 4 août), plus rien ne sera comme avant. Beaumarchais l'avait bien pressenti et Marivaux avant lui. Le théâtre ici aussi, sous ses aspects de farce, marque au fer rouge la disparition d'un monde, celui des privilèges et du système monarchique où des relents de féodalité subsistaient encore.

Marivaux rêve et écrit l'utopie d'une inversion des classes dans "L'île des esclaves" en 1725 où le valet prenait la place du maître et le maître se retrouvait à la merci du valet. Mais l'absence du savoir brise l'utopie. Beaumarchais ne tombe pas dans le piège et, hardie anticonformiste, aventurier et libertin, fait de son valet Figaro un contestataire cultivé maîtrisant le langage et donc à même de s'opposer au comte Almaviva, son maître... Duel à fleurets mouchetés pour qu'un beau épouse sa belle sans que vilaine noblesse y exerce droit de cuissage et pour qu'amoureuse mais vengeresse comtesse punisse mari volage.

Gil Chauveau
15/02/2015
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

J'aimerais tant voir Stavanger... En écoutant chanter les étoiles

"Stavanger", Studio Hébertot, Paris

Qui est-elle ? Florence Bernstein, avocate… mais encore ? Lui, Simon, qui est-il ? Ex, réel ou futur suicidé ferroviaire ? A-t-il tué sa mère ? Est-elle une amante ou une sœur ? S'aiment-ils ? Iront-ils à Stavanger ? Tout cela est-il bien réel ?

J'aimerais tant voir Stavanger... En écoutant chanter les étoiles
Répondre à ces questions reviendrait à dévoiler une histoire qui repose sur un mystère construit notamment sur les réponses à ces interrogations. Le texte d'Olivier Sourisse est le type même de ceux dont on ne peut pas parler, au risque de glisser vers la fin et dévoiler la "surprise" finale… Découverte qui ferait perdre, au spectateur, l'intérêt principal de cette étrange pièce.

Ainsi donc, nulle réponse vous aurez. Mais il vous sera bon de savoir que Stavanger, improbable destination dont nos protagonistes se découvrent un goût commun de villégiature, est un petit port norvégien dont les sites touristiques sont aussi nombreux que ceux de Randaberg sa voisine, hormis peut-être sa spectaculaire falaise et son musée du pétrole. Ceci étant dit, son ciel étoilé et pur est sans aucun la douce image virtuelle que nous laisse la pièce en sortant de la salle.

Une fois mis de côté le titre à la consonance scandinave, les premières répliques posent très vite une situation peu banale où une avocate à la réussite sociale acquise réussit à convaincre un jeune homme au succès suicidaire inachevé de ne pas rester allonger sur des rails où le passage régulier de trains n'est pas inhabituel. Cela posé, se met en place une mécanique des relations toute en nuances, même dans leurs violences. Petit à petit, entre ces deux êtres solitaires, que rien ne semble a priori lier (quoique !), se construit une trame tissée des fils de l'écoute, de l'échange, de la découverte de l'autre, dessinant doucement mais sûrement l'inattendu dessin d'une réconciliation.

Gil Chauveau
25/01/2017