La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

L'univers singulier, mélodique et hypnotique de Chine Laroche

Chine Laroche signe, avec son EP "On My Mind", un travail soigné, proposant des compositions d'une cohérence musicale évidente et d'une variété de styles marquée.



Auteure, compositrice et interprète talentueuse, elle fait preuve, dès ce premier disque, d'une maîtrise et d'une maturité artistiques certaine. C'est "un EP de piaule car j'ai tout fait dans ma piaule", jusqu'à la production, nous dit-elle.

C'est toutefois beaucoup plus que cela. De sa voix à faire fondre les sillons d'un vinyle, une atmosphère se dégage qui marie la musique électronique à du hip-hop, pour certains morceaux, où le texte de ses chansons reste pour elle très important.

Dans "Girl in Paris", Chine Laroche chante une fille perdue dans une ville remplie de murs. Ce n'est toutefois pas d'elle dont elle parle, venant de l'autre côté du périphérique, originaire de Choisy-le-Roi (94) et habitant en Seine-Saint-Denis (93). Du haut de ses vingt et un ans, elle s'interroge, dans ses paroles et devant nous, sur le sens du monde, sur ces relations happées par une technologie qui lie virtuellement les gens en les laissant seuls au bout du compte.

© DR.
© DR.
Ayant appris le piano, la guitare et la batterie au conservatoire municipal, elle a réussi à dépasser sa formation classique initiale pour se lancer dans son propre style musical qu'elle définit comme i["hip-pop aux influences électroniques"i]. Elle voit déjà loin et considère que son "EP n'est qu'un tout début" et prévoit d'autres compositions qui la mèneraient vers d'autres rivages musicaux. Une touche-à-tout qui promet, vu la qualité de ce "cinq titres" et de ses convictions. Elle s'est battue pour le sortir en entier et non morceau par morceau, ce qui aurait dénaturé, selon elle, son travail.

Celui-ci a une tonalité à la fois sobre, épurée où les sons sont variés, multiples, tel un entrelacement de différents tempos qui viennent accoucher d'un refrain entraînant comme dans "On my mind" qui a toutes les qualités d'un bon single. Le rythme oscille sur quelques contretemps et une voix qui bouscule le tout avec velouté, comme un chocolat qui fond en bouche.

Ses chansons sont basées sur une sensualité certaine portée par sa voix subtile, éthérée. Les percussions nourrissent la cadence par des tempos plus ou moins appuyés. Des titres comme "Dreamer" et "Break out" sont dans une atmosphère beaucoup plus aérienne notamment grâce aux claviers quand "Only thing I need" est dans une rythmique vocale hip-hop plus saccadée. C'est un disque avec différentes couleurs musicales, des sonorités venant d'horizons distincts, s'inspirant avec talent de diverses influences, puisées dans celles transmises par son père ou dans la richesse de ses écoutes personnelles. Un pur délice. Vivement la suite !

● China Laroche "On My Mind".
Coédition : Green United Music/Sylvie Hamon Éditions.
Distribution : Believe.
Sortie : 18 novembre 2016.
Écrit et composé par Chine Laroche.

20 janvier 2017 à 19 h.
Les Inouïs du Printemps de Bourges.
Gratuit sur invitation.
La Maroquinerie, Paris 20e, s : 01 40 33 35 05.
>> lamaroquinerie.fr

Safidin Alouache
Samedi 14 Janvier 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Shaman et Shadoc", une prose mélodieuse portée par un jeu riche de pleins et de déliés

"Shaman et Shadoc… Ou l'imposture des rats", Théâtre Essaïon, Paris

Deux hommes et une femme, l'un bien sapé, l'autre dépenaillé... et elle, surgissant, comme une ombre, chantonnant en vers, par intermèdes, la chronique des deux. En compagnons d'infortune : des rats, à destination de compagnie ou d'expériences. Assis sur un banc, les deux "s" - comme solitude - tentent le tête-à-tête…

En attendant la mort ou la résilience… Shaman et Shadoc dissertent, dans une forme de dualité où les rapports de force ne sont pas ce qu'ils paraissent être, où l'équilibre mental des êtres semble déterminer les règles ludiques de cet affrontement verbal ayant pour trame un passé commun volontairement oublié.

Entre eux, une femme, sœur de l'un, femme de l'autre, carbonisée, incinérée dans le feu des souvenirs, perdue dans les flammes de la mémoire, mais toujours brûlante de possibles règlements de comptes, de vengeance, d'absolution ou de renaissance… la fin en donnera la solution.

En attendant, dans un habit d'absurde faisant parfois songer à Godot, nos zigues, pas toujours débonnaires, usent de joutes oratoires et de convenances dînatoires. Dans une recherche de mainmise de l'un sur l'autre, et vice-versa, se jouent tentatives de manipulations ou de connivences. Au bout du compte, après l'épuration du cynisme et la révélation de la noire vérité se posera la question finale :
Shaman : Shadoc ! Et Dieu dans tout ça ?
Shadoc : Le brave homme.

Gil Chauveau
29/03/2017