La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Interprétation passionnée de Betty Pelissou qui reprend "Le dernier jour d'un condamné"

"Condamnée", Théâtre Laurette, Paris

En 1828, à l'âge de 26 ans, Victor Hugo rédige "Le dernier jour d'un condamné". Un homme dont ni le nom ni le crime ne sont explicités. Dans ce manifeste contre la peine de mort, il retranscrit tous les états par lesquels passe le futur mort. Dans cette adaptation, l'homme devient femme, à part cela tout reste semblable. Cette pièce est éligible aux P'tits Molières 2017.



© DR.
© DR.
À jardin, négligemment étalée par terre, une sorte de vêtement, que l'on comprendra ensuite être une cape. La cape de la prisonnière. Un accessoire pour souligner le fait qu'il ne lui reste plus rien. Sa mère et son mari ne resteront pas bien longtemps en vie après elle. Sa raison de vivre l'a oubliée. Elle est déjà morte. Ne lui reste que sa cape. Qu'elle finira par céder à sa suivante, celle qui prendra sa place et qui attendra son exécution, tout comme elle l'a fait. Une cape interchangeable, pour une victime tout aussi anonyme que multiple.

Étendu sur le fond de la scène, un drap tacheté et usé. Le tissu représente le mur, mur duquel elle est prisonnière, pièce dans laquelle elle est cloîtrée, condition à laquelle elle ne peut échapper. Condamnée à être exécutée. Mais le drap se fait également et paradoxalement la métaphore de la liberté. L'écriture devient un moyen de s'exprimer, de se raconter. Raconter son histoire, laisser une trace, ne pas être oubliée. Écrire pour se souvenir, de ce qu'on a été, de ce qu'on a fait. La page projetée est blanche et c'est la prisonnière qui la couvre de mots sonores.

© DR.
© DR.
La proximité avec la scène ainsi que les lumières génèrent un sentiment dérangeant. Nous ne sommes pas insensibles aux plaintes et aux pleurs de la femme. Nous en sommes trop proches pour ne pas être touchés. L'ambiance est pesante, oppressante. Mais surgissent par à-coups de brefs instants de musique, se superposant à la parole. La pièce perd alors un peu de sa force en amenuisant la tension dans laquelle nous sommes plongés.

La comédienne Betty Pelissou rend hommage à l'œuvre de Victor Hugo. Elle offre le texte avec une diction parfaite et une voix chantante et changeante. Le langage est son seul allié, il ne reste plus que lui pour exister. Le ton de voix s'adapte aux différents sentiments par lesquels passe la femme. Si l'on ne faisait qu'écouter, l'on verrait quand même se dresser les parois de la prison, les différentes personnes qui défilent, tout ce que le personnage évoque.

Sur le visage de la prisonnière, s'enchaînent la tristesse, le désespoir, la révolte, jusque presque la folie… Au niveau du jeu, l'on peut reprocher à Betty Pelissou de ne pas toujours être très juste, d'en faire parfois un peu trop. Le public est proche de la scène et chaque mouvement un peu exagéré est tout de suite remarqué. Mais l'on relève la difficulté qu'il y a à tenir un tel caractère, seule, pendant une heure. La peur est une émotion difficile à simuler, plus encore ici, car c'est l'effroi qui prend le pas sur elle.

La représentation de la fureur est, quant à elle, exceptionnelle. Ce n'est pas seulement le cri du personnage, mais c'est tout son être qui se déchire quand elle se révolte contre ce à quoi elle ne peut se soustraire, qui est également la seule chose qui subsiste. "Condamnée", elle jette ce mot le plus loin possible d'elle-même mais ne peut totalement s'en débarrasser puisque c'est désormais tout ce qui la qualifie.

"Condamnée"

© DR.
© DR.
Adaptation d'après "Le dernier jour d'un condamné" de Victor Hugo.
Avec : Betty Pelissou.
Mise en scène : Vincent Marbeau.
Création musique originale : Mickaël Zolciak.
Graphisme : Cédric Pitiot.
Durée : 1 h 05.

Du 16 septembre au 16 décembre 2017.
Le mercredi à 21 h 30 et le samedi à 18 h 15.
Théâtre Laurette, Paris 10e, 09 84 14 12 12.
˃˃ laurette-theatre.fr

Ludivine Picot
Lundi 6 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre

"Michael Kohlhaas, l'homme révolté", Théâtre Essaïon, Paris

Reprise Il caracole à la tête de son troupeau de chevaux qu'il va vendre, béat à la pensée de son futur bénéfice. Michael Kohlhaas, héros du roman éponyme de Henrich von Kleist, aime les chevaux, la liberté et l'aisance.

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre
Un mauvaise douane, mauvaise farce, loi privée improvisée et vraie confiscation, le prive de sa liberté de circuler et de ses plus beaux chevaux. Perdant sa joie et raison de vivre, d'avanies en déconvenues, l'homme va demander justice, implorer, s'emporter, poursuivre les méchants, ignorer les pondérés, proclamer son droit, réclamer son dû, se faire justice.

Brûlant, détruisant, pillant les villes. Bientôt à la tête d'une bande de sacripants, de sacs et de cordes, bandits de grands chemins, défiant l'empereur. Michael le pacifique est devenu Michael le révolté. Michael Kohlhaas, pendu haut et court, est un héros, une légende. Dans la bataille finale, il se révèle même frère en vaillance du prince de Hombourg*.

Gilbert Ponté est seul en scène. Dans son adaptation du récit, il est rayonnant, scintillant de tous les états d'âme du personnage. Il est aussi, tour à tour, tous les personnages, tous les paysages, tous les rythmes et sensations, dans l'immédiateté du geste.

Jean Grapin
13/10/2017
Spectacle à la Une

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple

"F(l)ammes", Maison des Métallos, Paris, puis tournée

Reprise Dans "F(l)ammes", Ahmed Madani met en scène les véridiques récits de la vie contemporaine portés par dix jeunes femmes, fruits de l'Histoire des peuplements successifs du territoire français. Autant de témoignages que les bonnes fées du théâtre ont sublimé.

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple
Les comédiennes ont sculpté de vrais personnages contemporains hauts en couleur qu'elles évoquent sans fard et qu'elles expriment avec une grande de joie de vivre et ce, en dépit du contenu des propos d'un quotidien souvent difficile.

Ces jeunes femmes sont typées, à certains égards extravagantes. Elles appartiennent d'évidence à la vitalité de la ville. La parole est dégagée. Elles expliquent comment elles sont dans la nécessité de quitter les rôles attribués par les traditions familiales, qui les enferment dans un filet de violence et de brutalité ; et combien elles sont mises à l'épreuve pour s'inventer, se forger, se libérer des fidélités. Elles émeuvent. Elles racontent avec aisance leur itinéraire qui cherche à se démarquer de leurs mères qui ont attendu, attendu, tricotant, détricotant les jours comme Pénélope en attente d'un Ulysse providentiel.

Et dans la description des difficultés nées de l'opposition multi séculaire qui oppose les barbares et les urbains, elles font rire, non par le sarcasme ou l'autodérision mais par le partage. L'imaginaire est riche. Le verbe et le geste sont au service d'une métamorphose. Sur la scène c'est une forme de courage qui s'exprime : celui de la fuite qui vous sauve. Au risque du déchirement. Sans jamais perdre le sens de la vie et de l'amour. En conservant la dynamique de retrouvailles. Dans la lucidité.

Jean Grapin
15/10/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016