La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Il et Elle ont une fille, elle est gourmande et c'est énorme !

La chronique d'Isa-belle L

Formidable ! Mesdemoiselles, vous ne supportez plus vos kilos riquiqui ? Vous hurlez de jalousie face au visage et corps parfaits des mannequins en une de magazine ? En aucun cas retouché, ça se saurait. Je vous propose mon relooking, en quelques lignes…



© Céline Nieszawer.
© Céline Nieszawer.
Aux oubliettes le jus d'algues, les graines de lin, la courgette moléculaire et tous les conseils de Gwyneth pour ses copines milliardaires. Le voici, le voilà, mon régime : allez voir "Énorme", pour sa "Dream team" ! Rires assurés, abdos sollicités, salle surchauffée et calories mitraillés.

Géant ? Perdre du poids en 1 heure 20, même Dukan ne le peut pas !

Considérable ! Avant toute chose : Oui ! Charlotte Gaccio ressemble à sa mère mais : "elle a gardé le nom de son père, non ? Hein ? Eh ? Oh ? Dis ?". L'autre soir, dans la salle du petit théâtre de Paris, entre deux répliques bien senties de la comédienne, les voisins de gauche, de droite, de devant et à l'arrière aussi, le chuchotaient… très fort. C'est dit ! Ça vous évitera de perdre le fil.

Étonnant ! Fil… c'est drôle. Ça me rappelle les bons mots sortis tous droits des canons masculins. "Elle est belle, dommage qu'elle soit mince comme un fil !" ou "elle est pas mal mais elle n'a pas de seins, c'est con ! Plate comme une planche à repasser." Merci les "keum", c'est trop funky !

© Céline Nieszawer.
© Céline Nieszawer.
Extraordinaire ! Pour les plus rondes, il y a du choix aussi. "Elle a un beau visage mais bon ! Une baleine dans mon lit …non merci !" ; "Elle accouche quand exactement ?" Cools ! Ils sont, les mectons.

Énorme ! C'est le titre de la pièce, dont le pitch (hum ! c'est bon.) est simple. Un homme (excellent Bertrand Usclat) tombe sous le charme d'abord et se rétame, ensuite, raide dingue de la délicieuse femme que joue donc la fille de Michelle Bernier et Bruno Gaccio, je ne vous l'ai pas dit ? (Charlotte Gaccio). Elle est belle, il est mignon. Il est maigre et elle est grosse. C'est la vie ! Si l'amour est là… le reste, ma foi ! Sauf que dans la vraie vie et société basée sur les apparences où les femmes devraient toutes ressembler à Charlize Theron, Gisèle Bunchen ou autres vedettes super bien faites, c'est un peu compliqué. Le pire ! C'est que ces femmes, grosses, rondes, charnues, enveloppées, j'en passe et des meilleurs adjectifs pour les qualifier, sont les dernières à se questionner.

© Céline Nieszawer.
© Céline Nieszawer.
Éléphantesque ! La plume de l'auteur. Neil Labute est un américain. Il a écrit "Fat Pig" et "Énorme" en est l'adaptation française. Bien faite. Dialogues vifs, répliques percutantes. Provoquantes et parfois dérangeantes. Rire des gros est un marché… puisque le public se tordait à l'écoute des vacheries du soi-disant "ami". Vous savez l'ami ? Celui qui vous adore jusqu'au jour où vous lui présentez l'amour de votre vie, qui ne correspond pas à ses critères, ni à ses désirs ? Alors, ce même ami obsédé de conneries, se goinfrant à la méchanceté quand d'autres s'éclatent la panse au Nutella, vous taille avec son cynisme à deux balles. Lui, et les autres, se régalent. Ce satané regard de l'autre ! S'il pouvait, lui-aussi, se tailler.

Immense ! L'idée de voir sur scène ces séquences de la vie quotidienne que se coltinent les rondes, les grosses, les charnues, les enveloppées… qui une fois de plus, n'ont rien demandées.

Titanesque ! La débilité des hommes quand l'autre ne rentre pas dans la norme.

Monstrueuse ! La boulimie de piques des gens mal dans leur peau.

© Céline Nieszawer.
© Céline Nieszawer.
Effrayante cette société ! Soyez rassurées mesdames enrobées, les journaux féminins vous font "reine" une fois dans l'année. Avec ce titre incroyable "rondes et bien dans leur peau, témoignages en dernière page (évidemment !)". Faut pas pousser !

Dingue ! Je me suis fait ce pari en écrivant ces lignes. Trouver au mot "connerie" des tas de synonymes sans aller fouiller dans un dico. Quitte à parler "kilo", j'en ai estimé une bonne pesée. Avec une différence de taille : "Quand on est con ! On est con." Merci Monsieur Brassens. Et aucun régime, ni anneau cérébral (sauf inventer par ledit con) ne sauveront la situation.

Moralité de mon régime : "Mieux vaut les kilos en trop ! Car la connerie, quand elle colle à la peau, elle y reste, à vie !". Mesdemoiselles, mesdames, vous ne supportez plus vos kilos riquiqui ? Passez-vous des magazines et allez voir "Énorme" au petit théâtre de Paris. Hydratez-vous bien entre deux noirs, important quand on dépense des calories. Riez et offrez-vous un repas gargantuesque, pour terminer votre soirée !

Conclusion de ce billet : Bruno Gaccio et Michèle Bernier, ensemble, ont eu une fille et ils ont bien fait.

"Énorme"

Texte : Neil Labute.
Adaptation : Marie Pascale Osterrieth et Charlotte Gaccio.
Mise en scène : Marie Pascale Osterrieth.
Assistée de : Hélène Chrysochoos.
Avec : Charlotte Gaccio, Julie de Bona, Bertrand Usclat, Thomas Lempire.
Décors : Pierre-François Limbosch.
Lumières : Laurent Castaingt.
Musique : Jacques Davidovici.
Costumes : Charlotte David.

Du 1er octobre 2015 au 3 janvier 2016.
Du mardi au samedi à 19 h, dimanche à 17 h.
Théâtre de Paris, salle Réjane, Paris 9e, 01 42 80 01 81.
>> theatredeparis.com

Isabelle Lauriou
Samedi 17 Octobre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017