Connectez-vous S'inscrire

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Pas de culture sans droits sociaux - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

En tournée : Voyage poétique sur les îles romantiques du Lion

"Des voyageurs dans ta voix... Ferré", Théâtre de L’Abbaye, Saint-Maur-des-Fossés

[Reprise] Interpréter Ferré, la belle affaire, et au féminin qui plus est ! De Pia Colombo à Mama Béa, Renée Claude, Ann Gaytan, Juliette Gréco, Catherine Ribeiro, Sapho, Catherine Sauvage, Cora Vaucaire, etc., la liste est longue et le résultat à l'appréciation de chacun. Mais ici, c'est Sandra Aliberti qui pose avec délicatesse sa voix et son interprétation sur l'univers poétique de Léo en choisissant, non pas de sortir les griffes sur les coups de gueules célèbres du lion, mais de poser plutôt pattes et cœur de velours sur les mots les plus sensibles et les plus tendres de celui qui écrivit "L'Amour Fou".



Lionel Mendousse, Bertrand Ravalard et Sandra Aliberti © Jacques Besse.
Lionel Mendousse, Bertrand Ravalard et Sandra Aliberti © Jacques Besse.
Comédienne, danseuse, chanteuse, Sandra Aliberti a fait d'emblée le choix de la féminité et, parcourant son chemin passionné sur les mots du monégasque révolté devenu toscan, a choisi sa face la plus méconnue en sélectionnant des chansons et des textes où la poésie se dévoile sur une trame romantique, sensible et presque amoureuse... laissant ainsi se reposer l'anarchiste qui portait sa révolte d'une voix insoumise et libertaire.

Se basant sur une interprétation quasi millimétré, maîtrisé mais extrêmement sensible et en nuances d'émotions, Sandra Aliberti joue la phrase intime, tisse sur les mots du poète (des poètes) une frise sensible, posant sa voix d'un voile aérien sur chaque note. Le fil musical de son chant se pare d'une délicate rythmique où pointe de fins silences où naissent l'émotion de la femme découvrant la poétique amoureuse.

L'univers chanté ainsi créé nous fait redécouvrir la fracture sensible des "Romantiques", de "La solitude" ou de "L'Amour Fou". La relecture "tout en retenue", mais non dénuée d'une certaine sensualité, de certaines chansons profite de la présence savamment dosée de Bertrand Ravalard au piano et de Lionel Mendousse au violon avec lesquels, comédienne oblige, elle établie une complicité et un jeu, dessinant ainsi une légère mais réelle théâtralité au voyage poétique et féminin qui nous emmène sur les îles romantiques du Lion qui déclarait : "Toute poésie destinée à n'être que lue et enfermée dans sa typographie n'est pas finie. Elle ne prend son sexe qu'avec la corde vocale, tout comme le violon prend le sien avec l'archet qui le touche..."

"Des voyageurs dans ta voix... Ferré"

Bertrand Ravalard et Sandra Aliberti © Jacques Besse.
Bertrand Ravalard et Sandra Aliberti © Jacques Besse.
Chansons et textes : Léo Ferré, Jean Roger Caussimon et Louis Aragon.
Mise en scène : Laure Pierredon.
Avec : Sandra Aliberti (chant), Bertrand Ravalard (piano), Lionel Mendousse (violon).
Création lumière : Jacques Besse.

Samedi 12 octobre 2013 à 20 h 30 et dimanche 13 octobre 2013 à 16 h.
Théâtre de L’Abbaye, Saint-Maur-des-Fossés (94), 01 55 12 11 80.

Vendredi 15 novembre 2013 à 20 h 30.
Théâtre de la Vallée, La Grange à Dîme, Ecouen (95), 01 34 04 03 41.

Vendredi 17 et samedi 18 janvier 2014 à 20 h 30, dimanche 19 janvier 2014 à 16 h.
Espace Culturel Les Mares Plates, Saint-Germain-La-Campagne (27), 02 32 44 52 17/06 07 82 21 67.

22 mars 2014.
Théâtre Jean Vilar, Vitry-sur-Seine (94), 01 55 53 10 60.

Sandra Aliberti et Lionel Mendousse © Jacques Besse.
Sandra Aliberti et Lionel Mendousse © Jacques Besse.
A été joué :
6 juillet 2013 à 21 h.
Théâtre de la Rotonde, Soirée d’ouverture,
Rue Jean Catelas, Salle Pierre Sémard, Avignon, 06 46 51 89 29.

19 juillet 2013 à 22 h.
Festival Léo Ferré de Gourdon en Quercy.
Gourdon (46), 05 65 41 31 23.
>> leoferrefestival.jimdo.com

Reprise du 8 juillet au 12 août 2012.
Tous les dimanches à 17 h.
Théâtre Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Du 8 janvier au 12 février 2012.
Tous les dimanches à 19 h, au Théâtre Le Lucernaire.
Les 21, 22, 28 et 29 février 2012.
Mardi et mercredi à 20 h 30.
Comédie Nation, Paris 11e, 09 52 44 06 57.
>> comedienation.com

Gil Chauveau
Samedi 14 Janvier 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Trib'Une | Archives | Concerts & Lyrique




S'identifier

Dans la boutique

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Publicité



À découvrir

Un poème en prose fantastique où les êtres appartiennent au monde des spectres

"Une année sans été", Odéon Ateliers Berthier, Paris

Joël Pommerat, dont le spectateur connaît la manière de clair-obscur, met en scène pour la première fois un texte qui n’est pas de lui. Il s’empare du premier texte de Catherine Anne, "Une année sans été" édité en 1987. Cette proposition théâtrale est pour Joël Pommerat et ses jeunes comédiens une manière de mise en abyme et de mise en danger personnelle.

Un poème en prose fantastique où les êtres appartiennent au monde des spectres
La pièce imprégnée de l’œuvre de Rainer Maria Rilke, poète tourmenté du crépuscule de l’empire autrichien, est celle des destins croisés de jeunes gens de fin de siècle, placés devant l’urgence de grandir, frappés au coin de la dépression, avides d’écrire leur vie, avides d’amour et d'émancipation, sentant le poids de l'avenir tout autant que celui du passé. Ballottés entre le terrible et l'apaisement. Avides de rejoindre une forme de perfection. "Mourriez-vous, s’il était défendu d’écrire ?".

Le spectacle, avec ses pénombres et ses lumières crues, ses scènes coupées abruptement et ses changements de décor au noir, engendre une tension nerveuse, une fixité des images, une gestion de la durée qui accapare l’attention et laisse affleurer l’inconscient des personnages. Ces silhouettes en habit 1900 appartiennent au monde des contes, au monde des spectres.

Jean Grapin
14/04/2014
Spectacle à la Une

"La Tempête" par Grujic et Bianciotto : Quand la magie du théâtre révèle l'invisible !

"La Tempête", Vingtième Théâtre, Paris

Pas de bonnes rentrées théâtrales sans un classique accessible par tous les publics. Ainsi "La Tempête" montée d'après William Shakespeare par Ned Grujic et Rafael Bianciotto, avec la seule simplicité et immédiateté du théâtre qui rendent lisibles et compréhensibles le dernier texte de l'auteur... qui est un peu son testament.

Sur scène, il y a un invraisemblable orgue mécanique qui joue aussi du vibraphone et autres percussions cristallines, insufflant à l'histoire comme l'air d'une musique des sphères et du destin.

Il y a la lumière tremblotante et humble de la servante qui s'évanouit et lance un tourbillon de jeu avant que ne surgisse un cône lumineux et transcendant.

Il y a l'histoire de Prospéro le banni qui, par la seule force de sa pensée et de sa baguette, lance une tempête, réunit les forces qui lui ont été contraires, n'hésite pas à produire un rire franc avant de les conjuguer en un harmonieux "happy end".

Point n'est besoin de connaitre Thomas More et son île de nulle part, ni la mélancolie qui s'empare des auteurs de la Renaissance à la suite des guerres qui font s'envoler toutes leurs illusions, un parent peut expliquer que peut être tout cela n'est que rêve et désir d'une autre réalité, que peut être jamais les jeunes gens ne pourront être réunis, que peut être Prospero est bien seul.

Magie du théâtre qui lève le voile sur ce qui ne peut être vu.

Jean Grapin
12/09/2014
Sortie à la Une

"La peau d’Élisa" ou La sensible et inquiète solitude d'une femme à fleur de peau

"La peau d’Élisa", Théâtre Michel, Paris

L'art du seul en scène est un art difficile et si le texte se doit d'être à la hauteur, l'interprétation, elle, ne peut souffrir la médiocrité. Laurence Pollet-Villard relève avec brio le défi en interprétant admirablement, et avec une intensité peu commune, "La Peau d’Élisa" le surprenant texte doux-amer de Carole Fréchette.

Elle est seule... Élisa, seule à une table de café, peut-être, ou une table de salon, qui sait ? Seule la solitude est une certitude... Cette solitude convoque l'inquiétude... qu'elle essaye de faire disparaître en racontant, en se racontant aussi, à travers des histoires - qui, si elles ne sont pas siennes, le deviennent petit à petit -, des histoires d'Amour en petits bouts d'amours passés ou espérés. Et Élisa prend le public à témoin, l'interpelle, l'attrape, le prend à bras le corps, l'enlace dans ses bras, l'invite à la veiller, à la surveiller... pour ne pas disparaître... Un public et des histoires... pour encore vivre un peu !

Cette volonté quasi "guerrière" d'exister, comparable à un combat coûte que coûte, énergique contre le désespoir, la solitude, est la marque de fabrique des personnages de Carole Fréchette. Que ce soit "Jean et Béatrice" et la quête de l'amour, "Baby Blues" et la reconstruction personnelle, "Les sept jours de Simon Labrosse" et la réinsertion sociale/professionnelle, etc., tous les héros de l'auteure québécoise se battent pour exister...

Gil Chauveau
16/07/2014