La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Du bonheur musical tout en "Contraste"

L'ensemble Contraste est un collectif d'artistes qui entend exploser les cadres et abolir les frontières, tant pour les formats de concerts que pour les répertoires abordés. Cette "bande de copains prêts à toutes les aventures", selon les mots de son directeur artistique Arnaud Thorette, se pose à Paris quelques semaines, l'occasion pour le public de goûter cet éclectisme joyeux.



© Amélie Baudry Tcherniak.
© Amélie Baudry Tcherniak.
Musique savante ou populaire, ce distinguo embarrasse peu les musiciens qui forment le noyau dur de l'ensemble Contraste, fondé il y a dix ans par l'altiste (et violoniste) Arnaud Thorette et le pianiste-arrangeur Johan Farjot (tous deux se partageant sa direction artistique). Alors que nous rencontrons le premier, aussi grand de taille que souriant et affable, nous ne tarderons pas à comprendre que certains mots ont une singulière importance dans la philosophie de l'ensemble : les mots "collectif", "amitié", "fidélité", "surprises" et "humour".

Un collectif pour Arnaud Thorette et ses amis, c'est la possibilité depuis dix ans de créer des projets pour et avec des personnalités venues d'horizons différents. On trouve naturellement chez Contraste des artistes réunis au-delà de leurs territoires habituels avec les saxophonistes jazz Raphaël Imbert et Vincent le Quang ou le contrebassiste Stéphane Logerot et ceux qui viennent du classique tels Jean-Luc Votano ou Antoine Pierlot (respectivement clarinettiste et violoncelliste). Un même souci de réunir au-delà des frontières habituelles préside aux invitations lancées aux chanteurs et musiciens, dans leur vaste discographie et leurs spectacles.

Le spectre est large en effet : du CD et des concerts conçus avec la mezzo Karine Deshayes (1) au spectacle musical "Georgia, tous mes rêves chantent" (2) imaginé avec le chanteur pop Albin de la Simone - sans oublier la collaboration avec une chanteuse venue des musiques du monde, Noémi Waysfeld, pour "Besame mucho" (un programme "Classic Tango & Jazz" donné ce 25 mars pour l'inauguration du Bal de la rue Blomet à Paris), sans se priver des "Lieder" de Schubert (la prochaine création de Contraste avec K. Deshayes), du répertoire baroque italien - avec le "Stabat Mater" de Pergolese et la chanson française ("Joséphine Baker, Paris mon amour" avec la chanteuse Magali Léger). Ce collectif veut donc jouer large, très large, et son désir d'ouverture n'a d'égal que son culte de l'amitié : les projets existent parce que ce qui réunit ces artistes est plus fort que le simple désir de mener sa propre carrière.

© Amélie Baudry Tcherniak.
© Amélie Baudry Tcherniak.
"Décomplexer le classique", concevoir son travail en antithèse "du nœud papillon et de la queue-de-pie", mélanger les genres et provoquer sans cesse la surprise pour des spectacles déjantés et humoristiques, voilà bien la nature profonde de l'ensemble. Ce fut le cas avec "The Fairy Queen" créé au Château d'Hardelot dans le Pas-de-Calais (où l'ensemble est en résidence), "un opéra tout terrain" réunissant acteurs d'une compagnie de théâtre de rue (la Compagnie Deracinemoa), chanteurs baroques et musiciens. Joué il y a peu à Florange devant huit cents personnes, ce semi-opéra (3) baroque a permis de satisfaire aux ambitions de l'ensemble : s'adresser au public le plus large possible, en ayant éclaté les formes non sans rester fidèle à l'esprit de Shakespeare et Purcell.

Car à entendre Arnaud Thorette, un artiste se doit d'être engagé et solidaire : un citoyen qui s'attache à renouer les fils du lien social grâce à la culture. Une culture exigeante et pourtant accessible à tous, c'est rappelle-t-il "un besoin fondamental" de notre société - et de la vie de Contraste. Un bel engagement à vérifier en ce moment dans leurs concerts parisiens.

(1) "Après un rêve" chez Aparté, un des succès parmi les nombreux enregistrements de Contraste - qui est aussi devenu un label depuis quelque années.
(2) Spectacle musical écrit par Timothée de Fombelle sur des musiques de J. Farjot, A. de la Simone, R. Lannadère, G. Poncelet, M. Herzog. En tournée actuellement.
(3) Un semi-opéra alterne passages chantés et parlés ainsi que des masques.

© Amélie Baudry Tcherniak.
© Amélie Baudry Tcherniak.
Dans le cadre du Festival Paris Sciences et Lettres :
Samedi 25 mars à 20 h 30 : "Besame mucho", classic tango, Bal de la rue Blomet (ex-Bal Nègre), Paris 15e.
Jeudi 30 mars à 19 h 30 : "Stabat Mater - Pergolese, Vivaldi", Chapelle des Petits-Augustins, Paris 6e.
Vendredi 31 mars à 20 h 30 : "Joséphine Baker, Paris mon amour", École Normale Supérieure, Salle des Actes, Paris 5e.

Mardi 28 mars à 20 h 30 : "La Passion selon Saint-Jean", Église Saint-Étienne-du-Mont, Paris 5e.
14 et 15 juillet 2017 : "Roméo et Juliette à la West Side Story" (création), Château d'Hardelot (62).
24 au 28 juillet 2017 : "Besame mucho" au Festival Radio France de Montpellier (34).

Toutes les autres dates à consulter ici :
>> ensemblecontraste.com

Christine Ducq
Jeudi 23 Mars 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017