La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Du bonheur musical tout en "Contraste"

L'ensemble Contraste est un collectif d'artistes qui entend exploser les cadres et abolir les frontières, tant pour les formats de concerts que pour les répertoires abordés. Cette "bande de copains prêts à toutes les aventures", selon les mots de son directeur artistique Arnaud Thorette, se pose à Paris quelques semaines, l'occasion pour le public de goûter cet éclectisme joyeux.



© Amélie Baudry Tcherniak.
© Amélie Baudry Tcherniak.
Musique savante ou populaire, ce distinguo embarrasse peu les musiciens qui forment le noyau dur de l'ensemble Contraste, fondé il y a dix ans par l'altiste (et violoniste) Arnaud Thorette et le pianiste-arrangeur Johan Farjot (tous deux se partageant sa direction artistique). Alors que nous rencontrons le premier, aussi grand de taille que souriant et affable, nous ne tarderons pas à comprendre que certains mots ont une singulière importance dans la philosophie de l'ensemble : les mots "collectif", "amitié", "fidélité", "surprises" et "humour".

Un collectif pour Arnaud Thorette et ses amis, c'est la possibilité depuis dix ans de créer des projets pour et avec des personnalités venues d'horizons différents. On trouve naturellement chez Contraste des artistes réunis au-delà de leurs territoires habituels avec les saxophonistes jazz Raphaël Imbert et Vincent le Quang ou le contrebassiste Stéphane Logerot et ceux qui viennent du classique tels Jean-Luc Votano ou Antoine Pierlot (respectivement clarinettiste et violoncelliste). Un même souci de réunir au-delà des frontières habituelles préside aux invitations lancées aux chanteurs et musiciens, dans leur vaste discographie et leurs spectacles.

Le spectre est large en effet : du CD et des concerts conçus avec la mezzo Karine Deshayes (1) au spectacle musical "Georgia, tous mes rêves chantent" (2) imaginé avec le chanteur pop Albin de la Simone - sans oublier la collaboration avec une chanteuse venue des musiques du monde, Noémi Waysfeld, pour "Besame mucho" (un programme "Classic Tango & Jazz" donné ce 25 mars pour l'inauguration du Bal de la rue Blomet à Paris), sans se priver des "Lieder" de Schubert (la prochaine création de Contraste avec K. Deshayes), du répertoire baroque italien - avec le "Stabat Mater" de Pergolese et la chanson française ("Joséphine Baker, Paris mon amour" avec la chanteuse Magali Léger). Ce collectif veut donc jouer large, très large, et son désir d'ouverture n'a d'égal que son culte de l'amitié : les projets existent parce que ce qui réunit ces artistes est plus fort que le simple désir de mener sa propre carrière.

© Amélie Baudry Tcherniak.
© Amélie Baudry Tcherniak.
"Décomplexer le classique", concevoir son travail en antithèse "du nœud papillon et de la queue-de-pie", mélanger les genres et provoquer sans cesse la surprise pour des spectacles déjantés et humoristiques, voilà bien la nature profonde de l'ensemble. Ce fut le cas avec "The Fairy Queen" créé au Château d'Hardelot dans le Pas-de-Calais (où l'ensemble est en résidence), "un opéra tout terrain" réunissant acteurs d'une compagnie de théâtre de rue (la Compagnie Deracinemoa), chanteurs baroques et musiciens. Joué il y a peu à Florange devant huit cents personnes, ce semi-opéra (3) baroque a permis de satisfaire aux ambitions de l'ensemble : s'adresser au public le plus large possible, en ayant éclaté les formes non sans rester fidèle à l'esprit de Shakespeare et Purcell.

Car à entendre Arnaud Thorette, un artiste se doit d'être engagé et solidaire : un citoyen qui s'attache à renouer les fils du lien social grâce à la culture. Une culture exigeante et pourtant accessible à tous, c'est rappelle-t-il "un besoin fondamental" de notre société - et de la vie de Contraste. Un bel engagement à vérifier en ce moment dans leurs concerts parisiens.

(1) "Après un rêve" chez Aparté, un des succès parmi les nombreux enregistrements de Contraste - qui est aussi devenu un label depuis quelque années.
(2) Spectacle musical écrit par Timothée de Fombelle sur des musiques de J. Farjot, A. de la Simone, R. Lannadère, G. Poncelet, M. Herzog. En tournée actuellement.
(3) Un semi-opéra alterne passages chantés et parlés ainsi que des masques.

© Amélie Baudry Tcherniak.
© Amélie Baudry Tcherniak.
Dans le cadre du Festival Paris Sciences et Lettres :
Samedi 25 mars à 20 h 30 : "Besame mucho", classic tango, Bal de la rue Blomet (ex-Bal Nègre), Paris 15e.
Jeudi 30 mars à 19 h 30 : "Stabat Mater - Pergolese, Vivaldi", Chapelle des Petits-Augustins, Paris 6e.
Vendredi 31 mars à 20 h 30 : "Joséphine Baker, Paris mon amour", École Normale Supérieure, Salle des Actes, Paris 5e.

Mardi 28 mars à 20 h 30 : "La Passion selon Saint-Jean", Église Saint-Étienne-du-Mont, Paris 5e.
14 et 15 juillet 2017 : "Roméo et Juliette à la West Side Story" (création), Château d'Hardelot (62).
24 au 28 juillet 2017 : "Besame mucho" au Festival Radio France de Montpellier (34).

Toutes les autres dates à consulter ici :
>> ensemblecontraste.com

Christine Ducq
Jeudi 23 Mars 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Monsieur de Pourceaugnac", un travail d'archéologie expérimentale ne sombrant pas dans la reconstitution académique

"Monsieur de Pourceaugnac", Théâtre de l'Épée de Bois, Paris

Sbriganti, brillant filou napolitain a, de son jeune maître Eraste, reçu mission de faire déguerpir un provincial nouvellement arrivé, un ridicule venu pour épouser la toute belle Julie, et qui contrarie sans le savoir les sentiments amoureux. Tous les recours sont mis en œuvre pour faire échec au projet de mariage de ce Pourceau… gnac.

Farces, mensonges partent en rafales. Vrais médecins, fausses épouses, juges et policiers. Tout est bon, dans une succession de tableaux, pour faire basculer et éjecter le personnage central.

Créée à partir de trames italiennes, encadrée par la musique de Lully et entrecoupée d'intermèdes de danse, cette comédie de Molière a une telle tenue que le public ne peut que rire aux dépens du bonhomme.

La mise en scène de Raphaël de Angelis se montre attentive aux indications d'origine. En s'appuyant sur des passionnés de l'univers baroque et carnavalesque, elle met en valeur dans une forme épurée de tréteau la richesse des jeux.

Minutieux, les effets sont gradués et précis. La musique, la pantomime, la danse, les masques italiens et de carnaval présentent même un côté un peu ritualisé qui n'est pas sans évoquer quelques brins de No et de Kyogen discrètement injectés.

C'est un travail authentique d'archéologie expérimentale qui ne sombre pas dans une reconstitution académique. Mais qui propose une restitution en manière contemporaine. Sa progressivité atteint la justesse par la beauté.

Jean Grapin
14/06/2017