La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2017

•Avignon Off 2017• Voyage sensoriel à travers un siècle d'émigration… à la recherche de racines familiales

"Sicilia", Espace Roseau, Avignon

Les flux migratoires ne datent pas d'aujourd'hui. Que ce soit à cause des guerres, de la pauvreté ou des catastrophes politiques ou climatiques, les siècles sont marqués régulièrement par l'horloge des migrations collectives.



© DR.
© DR.
Pour ne parler que du siècle dernier, la France a su recueillir des Russes, des Polonais, des Italiens, des Portugais et bien d'autres qui apportèrent dans leurs bagages de précieuses pépites culturelles. Les ancêtres de Clyde Chabot firent partie de ces mouvements de populations.

Ils quittèrent la Sicile pour la Tunisie à la fin du XIXe siècle puis traversèrent à nouveau la grande bleue pour s'installer en France dans les années cinquante. En 2010, Clyde Chabot décide de se rendre en Sicile pour tenter de retrouver leur histoire. Une histoire dont, par bribes incertaines, elle a hérité, de génération en génération, de mère en filles, de tantes en nièces, car il semble que ces anecdotes devenues presque des contes se transmettent de femmes à femmes comme si les hommes ne savaient pas, comme si la mémoire de la terre était affaire de femmes.

Une histoire tronquée, déformée par le temps, devenue imaginaire à force de passage de l'une à l'autre. Mais avec le peu qu'il en reste - le nom d'une ville, d'un village, d'une famille - Clyde Chabot se rend dans l’île italienne pour tenter de retrouver quoi ? une maison ? une branche familiale cousine ? un héritage culturel ? une autre histoire capable d'enrichir le conte ? ou plus simplement tenter de trouver en elle-même une résonance aux paysages, aux éclats de lumière, aux odeurs, aux saveurs, aux sons qu'elle va croiser dans son voyage.

© DR.
© DR.
C'est un peu tout cela. Mais de traces véritables, elle ne trouvera pas. Le village même, dont le nom se lègue depuis des décennies, n'existe pas… n'a jamais existé. C'est là une des grandes qualités de ce spectacle qui refuse d'être enquête sur le réel mais quête de cet entre-deux, entre réel et imaginaire, que sont les légendes familiales.

Pour nous faire partager ce texte autobiographique qu'elle écrivit pendant son périple dans l'île, un peu comme un carnet de voyage mêlant découvertes et questionnements, Clyde Chabot accueille les spectateurs autour de l'espace convivial d'une table nappée de blanc, sur laquelle sont épars des clichés de paysages, de maisons, d'instants pris au détour du voyage. Mais afin de nous faire partager encore plus ses émotions, elle distribue aussi le pecorino au poivre, le vin de la côte Est, le Nero d'Avola, du pain…

Sa narration est à la fois simple et musicale. Dans une proximité on ne peut plus intime, sa forme d'expression peut ressembler à du langage parlé mais elle distille en fait avec finesse des sentiments qui vont de l'apparente fébrilité, à l'égarement, au doute, à la joie.

Tout se fait subtilement et on partage, pas à pas, les découvertes de ce voyage, les vestiges parsemés de ce passé, en même temps que tout un pan de l'histoire de la Sicile : terre d'échange depuis des siècles qui connut en son temps toutes les grandes civilisations d'Occident et du Moyen-Orient.

Pourtant tout n'est pas rose. Rien n'est simple dans l'exil, dans le déracinement, on le comprend quand la mère de Clyde Chabot lui demande de ne pas jouer ce spectacle. De peur que ses origines siciliennes, étrangères, reviennent la stigmatiser comme une honte, une tache, et la mettre à l'écart de la communauté française. Une peur qui montre la persistance de l'intolérance dans le pays des droits de l'homme. Alors, pour dissoudre ces mauvaises pensées, soyez les bienvenus dans cette rencontre fragile et généreuse qui fait la richesse de Sicilia.

"Sicilia"

Texte, conception : Clyde Chabot.
"Sicilia" est édité aux éditions Les Cygnes.
Avec : Clyde Chabot.
Regard extérieur et scénographique : Stéphane Olry.
Durée : 45 minutes.
Compagnie La Communauté Inavouable.

•Avignon Off 2017•
Du 7 au 30 juillet 2017.
Tous les jours sauf le mercredi à 11 h.
Espace Roseau, Salle Giono, 8, rue Pétramale, Avignon.
Réservations : 04 90 25 96 05.
>> roseautheatre.org

Bruno Fougniès
Lundi 15 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017