La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2017

•Avignon Off 2017• La verve populaire, au sens noble, des laissés-pour-compte de nos sociétés urbaines déshumanisées

"Rien, plus rien au monde", Théâtre de l'Albatros, Avignon

Nicole Mouton s'empare du texte de Massimo Carlotto avec toute la fougue d'une pasionaria. Le rugueux, le parlé franc, l'adresse ordinaire sont les armes qu'elle fourbit pour incarner corps et âme ce personnage de mère que la dureté d'un chemin semé de brisures de rêves pousse à la limite de la folie.



© David Anémian.
© David Anémian.
C'est, en une heure, la narration d'une vie humble, banale, une vie de labeur dans un monde en crise, et les dégâts que l'illusion des médias d'un côté et l'inhumaine indifférence des licenciements économiques de l'autre provoquent.

Elle est femme de ménage. Au noir. Mais quasiment à temps complet depuis que son mari s'est fait licencier de l'usine Fiat. Tout se passe à Turin, dans la ville florissante et ouvrière du nord de l'Italie. Elle et lui sont arrivés de la campagne après le mariage, pour s'installer en ville et espérer y trouver un confort de vie et des projets d'avenir, de famille et d'embellissement. Mais parvenus à la quarantaine, ils en sont toujours à compter chaque sou pour parvenir à la fin du mois dans un appartement sans âme.

En fait, c'est une dégringolade à laquelle cette femme a assisté, petit à petit. Et une addiction à l'alcool, goutte à goutte. Et un mari qui se fait congédier au lieu de progresser dans l'entreprise. Et une fille qui ne colle pas à ses espoirs de progression sociale. Une fille décevante elle aussi qui, au lieu de trouver un bon parti, traîne avec des moins que rien et envahit l'appartement avec ses objets dérisoires et publicitaires dont elle raffole.

© David Anémian.
© David Anémian.
Pas tout à fait seule en scène, car elle est accompagnée dans le drame par deux musiciens à l'écoute de ce plaidoyer pour elle-même, Nicole Mouton incarne en temps réel l'heure durant laquelle son personnage repasse toute son existence juste après qu'elle ait commis l'irréparable. Ce geste inconscient, sanglant, qui transformera cette vie de banalité misérable en tragédie. Une sorte d'embellie dramatique. De revanche. De moment de gloire face aux médias qui ont si bien savonné son chemin de vie.

Une mise en scène simple où les interventions ponctuelles des musiciens - accordéon, guitares et basse - illustrent souvent l'Italie et son univers sonore festif et nostalgique, un peu de façon anecdotique. Tout le spectacle est en effet centré sur les atermoiements et l'aveu peu à peu dévoilé de cette femme dont l'univers réduit explose soudain en pleine lumière.

Le texte de Massimo Carlotto rend ainsi un hommage poignant à ces vies de sacrifice auxquelles la société promet des rêves jamais réalisés. Un bel itinéraire de femme du peuple que le drame hausse à la hauteur d'héroïne tragique. Le jeu de Nicole Mouton, dans son incarnation réaliste, transmet l'âpreté et la maladresse de ce personnage touchant tant par ses égarements que par sa simplicité. Sans en faire une victime, sans en faire un monstre, mais un peu des deux, une humaine dans le chaos.

"Rien, plus rien au monde"

© David Anémian.
© David Anémian.
Texte : Massimo Carlotto.
Traducteur : Laurent Lombard.
Mise en scène et jeu : Nicole Mouton.
Musique originale : Gilbert Gandil.
Guitares électrique et acoustique : Bertrand Repellin.
Basse, accordéon : Louis Paralis.
Conception lumière : Cyrille Siffer.
Décorateur : Patrick Fillard.
Régisseur son et lumière : Christophe Robert.
Vidéo : Geoffray Bourdais.
Durée : 1 h 10.

© David Anémian.
© David Anémian.
•Avignon Off 2017•
Du 7 au 30 juillet 2017.
Tous les jours à 10 h 30.
Théâtre de l'Albatros,
29, rue des Teinturiers, Avignon.
>> argaya.fr

Bruno Fougniès
Mardi 22 Août 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

"La Cantatrice chauve"… Une merveilleuse et brève histoire du temps*

"La Cantatrice chauve", Théâtre de Belleville, Paris

En réponse à la Seconde Guerre mondiale, un nouveau courant littéraire émerge : celui de l'absurde. Des dramaturges, tels Ionesco et Beckett pour ne citer que les plus connus, s'interrogent sur le non-sens de la vie qui conduit inéluctablement à la mort. "La Cantatrice chauve" est la première pièce se réclamant de ce genre. Ionesco la définit même comme une "anti-pièce", c'est de l'"antithéâtre".

Une pièce où le "a" privatif prime. Une trame atemporelle. Le décor est constitué de rideaux d'horloges indiquant toutes un horaire différent. Les Smith affirment qu'ils n'ont pas l'heure. On ne sait pas à quel moment de la journée se déroulent les faits, ni combien de temps il s'écoule. L'action défile, s'arrête, s'accélère, décélère, se rembobine, se répète, se multiplie… Le temps se distord, se crée, se rompt, se réinvente.

Des personnages sans visage, qui sont interchangeables. Les hommes parlent d'une voix de femme, les femmes d'une voix d'homme. Le couple des Smith devient le couple des Martin et le couple des Martin devient le couple des Smith. La famille de Bobby Watson se compose uniquement d'individus portant le même nom de Bobby Watson.

Des dialogues sans logique, sans contenu, sans échange. Ce n'est plus du langage, c'est de la langue dans la forme la plus pure qui soit. C'est une association de mots, une suite de syllabes, de sonorités, un assemblage d'images... Le concret laisse place à l'abstrait. Le sens n'a plus sa place. L'esthétique le remplace.

Ludivine Picot
25/08/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

Gauthier Fourcade charge à la Don Quichotte le réalisme, le déterminisme et la logique d'un monde idiot comme un moulin à vent

"Liberté ! (Avec un point d'exclamation)", La Manufacture des Abbesses, Paris

Voilà la question. Liberté ! Au singulier et avec un point d'exclamation. Et avant tout, la liberté de choisir. C'est ce qui vient immédiatement à l'esprit face aux propositions de nos sociétés surconsommatrice, et pas seulement consommatrices en denrées, en produits manufacturés mais aussi en pensées, en pensées prêt-à-porter, en gens, en relations. En humains.

Gauthier Fourcade charge à la Don Quichotte le réalisme, le déterminisme et la logique d'un monde idiot comme un moulin à vent
Alors voilà le personnage hurluberlu de Gauthier Fourcade qui vient comme un chien dans un ballet réglé comme une machine à sous, se jeter cœur en avant avec son indécision maladive dans un monde si bien fait pour dire que les choix ont un sens. Impossible de choisir pour lui, ni la droite, ni la gauche, ni ceci, cela, rien.

Sous allures de savant fou, surgissant d'un coffre et y retournant comme on se niche dans un lit, entouré d'un dispositif presque scolaire, la déferlante de l'humour verbal du comédien va bientôt emporter toute la réalité dans une vision à perdre le souffle.

Usant de défi à l'esprit, à la logique, à l'imaginaire, avec une verve utilisant toutes les possibilités drolatiques du langage, comme assistant à l'exposition du monde intérieur de ce savant au regard aigu, le spectacle devient une aventure parcourant le monde et le temps.

Pour ce spectacle intelligent qui est, à part égale, culturel et comique, Gauthier Fourcade a fait appel à William Mesguich comme metteur en scène. Et c'est un plus. L'univers du premier et le sens du rythme et de la dramaturgie du second se combinent pour transformer ce seul en scène en spectacle multiple où chanson, magies, manipulations et marionnettes concourent tous à créer du rêve et du rire.

Bruno Fougniès
30/08/2017