La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2017

•Avignon Off 2017• Antonio Ligabue, peintre des bois, évocation d'un artiste hors-norme

"Un Bec - Antonio Ligabue", Salle Roquille, Avignon

"Antonio Laccabue, dit Antonio Ligabue, (Zurich, 18 décembre 1899 - Gualtieri, 27 mai 1965), était un peintre italien" : voilà l'intégralité de l'article Wikipédia sur cet artiste. C'est dire le silence de plomb qui recouvre l'œuvre de ce peintre de la nature qui peupla les bords du Pô de tigres, singes, lions, panthères et autres zèbres.



© Julien James.
© Julien James.
Peintre maudit peut-être, dans la longue série, peintre fou, aussi, peintre au passé tumultueux et au devenir inconcevable sans aucun doute. Sa vie traverse une bonne partie du siècle dernier, de Zurich en Suisse où il est né, à Gualtieri dans le nord de l'Italie, petite ville de campagne au bord du Pô vers où il est expulsé à l'âge de vingt ans, lui, fils illégitime, reconnu par un italien du pays, un père qui restera inconnu.

De son existence tourmentée, de son caractère hors normes, de sa peinture naïve, chatoyante, comme tombée directement d'un imaginaire empli de fantasmagories animales, Mario Perrotta (auteur et metteur en scène) a conçu un spectacle qui s'attache à exprimer le talent fou de ce peintre sans école mais aussi et surtout la personnalité explosive autant que touchante de celui-ci.

L'énergie prime dans cette pièce. Une énergie portée avec fougue par Jean Vocat qui plonge à corps perdu dans le personnage qu'il incarne jusqu'à devenir lui-même peintre, armé de fusains avec lesquels il dessine sur de grands panneaux les visages, les silhouettes et les paysages rencontrés, figures avec lesquels il dialogue tout au long du spectacle.

© Julien James.
© Julien James.
Et soudain, le comédien n'est plus vraiment seul sur scène. Il réalise là une véritable et belle performance avec une extraordinaire générosité car c'est sur un rythme palpitant, qui laisse bouche bée, qu'il raconte, se raconte et dessine cette histoire surprenante.

Composant ou fabriquant sa peinture avec ce qu'il trouvait dans la nature - terres, végétaux mélangés à l'urine pour que les couleurs se fixent - dormant debout comme les chevaux, cerclé par des ballots de paille pour lutter contre les nuits gelées, se nourrissant de cueillette, quasi-mendiant, coureur des bois, alternant les séjours en asile et les trocs de ses peintures contre un bol de soupe… cet homme, blessé par une enfance sans amour (un attardé pour ses parents adoptifs) et un exil en Italie (il n'en connaît même pas la langue), se réfugie dans la nature et la peinture pour fuir une humanité encore plus féroce que celle-ci.

Pour la petite histoire, un bec, c'est un baiser, un petit baiser, un smac sur les lèvres quémandé par cet être sevré de l'amour maternel, avide de tendresse, un petit bisou posé là, qu'il quête comme un leitmotiv tout au long de la pièce, un bécot.

"Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue!" clame encore Wikipédia.

Alors voilà une belle page, tant visuelle que narrative, faite de poésie et d'intensité, qui vient combler avec virtuosité une partie de l'injuste oubli.

"Un Bec - Antonio Ligabue"

© Julien James.
© Julien James.
Texte : Mario Perrotta.
Mise en scène : Mario Perrotta.
Avec : Jean Vocat.
Création lumières : Eva Bruno.
Compagnie Mais Oui !
Durée : 1 h.

•Avignon Off 2017•
Du 7 au 30 juillet 2017.
Tous les jours à 17 h.
Salle Roquille, 3, rue Roquille, Avignon.
Réservations : 04 90 85 43 68.

Bruno Fougniès
Vendredi 12 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017