La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2017

•Avignon Off 2017• Antonio Ligabue, peintre des bois, évocation d'un artiste hors-norme

"Un Bec - Antonio Ligabue", Salle Roquille, Avignon

"Antonio Laccabue, dit Antonio Ligabue, (Zurich, 18 décembre 1899 - Gualtieri, 27 mai 1965), était un peintre italien" : voilà l'intégralité de l'article Wikipédia sur cet artiste. C'est dire le silence de plomb qui recouvre l'œuvre de ce peintre de la nature qui peupla les bords du Pô de tigres, singes, lions, panthères et autres zèbres.



© Julien James.
© Julien James.
Peintre maudit peut-être, dans la longue série, peintre fou, aussi, peintre au passé tumultueux et au devenir inconcevable sans aucun doute. Sa vie traverse une bonne partie du siècle dernier, de Zurich en Suisse où il est né, à Gualtieri dans le nord de l'Italie, petite ville de campagne au bord du Pô vers où il est expulsé à l'âge de vingt ans, lui, fils illégitime, reconnu par un italien du pays, un père qui restera inconnu.

De son existence tourmentée, de son caractère hors normes, de sa peinture naïve, chatoyante, comme tombée directement d'un imaginaire empli de fantasmagories animales, Mario Perrotta (auteur et metteur en scène) a conçu un spectacle qui s'attache à exprimer le talent fou de ce peintre sans école mais aussi et surtout la personnalité explosive autant que touchante de celui-ci.

L'énergie prime dans cette pièce. Une énergie portée avec fougue par Jean Vocat qui plonge à corps perdu dans le personnage qu'il incarne jusqu'à devenir lui-même peintre, armé de fusains avec lesquels il dessine sur de grands panneaux les visages, les silhouettes et les paysages rencontrés, figures avec lesquels il dialogue tout au long du spectacle.

© Julien James.
© Julien James.
Et soudain, le comédien n'est plus vraiment seul sur scène. Il réalise là une véritable et belle performance avec une extraordinaire générosité car c'est sur un rythme palpitant, qui laisse bouche bée, qu'il raconte, se raconte et dessine cette histoire surprenante.

Composant ou fabriquant sa peinture avec ce qu'il trouvait dans la nature - terres, végétaux mélangés à l'urine pour que les couleurs se fixent - dormant debout comme les chevaux, cerclé par des ballots de paille pour lutter contre les nuits gelées, se nourrissant de cueillette, quasi-mendiant, coureur des bois, alternant les séjours en asile et les trocs de ses peintures contre un bol de soupe… cet homme, blessé par une enfance sans amour (un attardé pour ses parents adoptifs) et un exil en Italie (il n'en connaît même pas la langue), se réfugie dans la nature et la peinture pour fuir une humanité encore plus féroce que celle-ci.

Pour la petite histoire, un bec, c'est un baiser, un petit baiser, un smac sur les lèvres quémandé par cet être sevré de l'amour maternel, avide de tendresse, un petit bisou posé là, qu'il quête comme un leitmotiv tout au long de la pièce, un bécot.

"Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue!" clame encore Wikipédia.

Alors voilà une belle page, tant visuelle que narrative, faite de poésie et d'intensité, qui vient combler avec virtuosité une partie de l'injuste oubli.

"Un Bec - Antonio Ligabue"

© Julien James.
© Julien James.
Texte : Mario Perrotta.
Mise en scène : Mario Perrotta.
Avec : Jean Vocat.
Création lumières : Eva Bruno.
Compagnie Mais Oui !
Durée : 1 h.

•Avignon Off 2017•
Du 7 au 30 juillet 2017.
Tous les jours à 17 h.
Salle Roquille, 3, rue Roquille, Avignon.
Réservations : 04 90 85 43 68.

Bruno Fougniès
Vendredi 12 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Erich von Stroheim", une allégorie de la marchandisation des corps, de la standardisation de la médiocrité

"Erich von Stroheim", Théâtre du Rond-Point, Paris

Sur le plateau, dans la mise en scène de Stanislas Nordey, pour la pièce de Christophe Pellet "Erich von Stroheim", un paravent, ou plutôt un retable géant, s'ouvre et se ferme de manière répétitive. Lorsque le retable s'ouvre une femme et deux hommes apparaissent, dans une alternance de duos. Présentés dans une simplicité d'appareil. Elle est dominatrice. L'un est mûr et soumis et probable géniteur. L'autre a l'allure d'un éphèbe grec : c'est un apprenti.

À l'évidence du texte, la scène se situe au sein d'une entreprise de production de films X. Le dialogue renvoie aux métiers de la pornographie. Et le personnage masculin qui trouve très beau l'uniforme d'officier germanique qu'il endosse pour ses prestations ignore tout de la biographie du vrai comédien allemand Erich von Stroheim qu'il évoque pour annoncer sa journée de travail… (Au spectateur attentif d'apprécier la violence de l'allusion).

La pièce montre un trio, en recherche de couple. Le texte de Christophe Pellet, au langage simple et direct, joue les antagonismes, refuse tout signe d'échange, de symbiose. S'y discerne une difficulté manifeste à dire une impossible enfance, une impossible tendresse, d'impossibles sentiments.

Les personnages sont prisonniers d'une chair sans imaginaire. Objets du regard, les comédiens sont contraints à une dureté du jeu. Ils n'offrent que l'intensité de leur présence, leur corps en offrande, une tension de la voix. Quasi automates.

Jean Grapin
02/05/2017