La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
RV du Jour

Avignon Off 2015 "D'un retournement l'autre"... Notre coup de cœur du Off !

"D'un retournement l'autre", Théâtre de l'Alizé, Avignon Off 2015

En ce moment, au théâtre de l’Alizé, se joue pour quelques jours seulement, un texte savoureux de l’économiste Frédéric Lordon, mis en scène par Luc Clémentin. Ce spectacle extrêmement drôle est d’une ironie mordante et tout en alexandrin. À notre tour de nous amuser un peu et de vous livrer une critique… tout en alexandrin.



© DR.
© DR.
Monsieur,
Une plume sourit à votre babillage
Et souhaite à son tour parler ce beau langage…

Amis lecteurs, avecque ce morceau exquis
Entre beaux vers hardis et langage fleuri,
Lordon nous embarque dans un "retournement",
Pour lequel, vous aurez un grand amusement.
Pourtant, cher auteur, le sujet est si sérieux,
Que vos mots ne peuvent être si vaporeux.
Pour parler de crise, vous préférez le vers,
Après tout, contre un système bien trop pervers,
Tous les moyens sont bons, même la poésie !

Mais plutôt qu’un noble sujet de tragédie,
Vous inventez une comédie (sérieuse).
Le morceau est de choix, la pièce savoureuse,
L’humour taille un short à la race des seigneurs
Qui font du peuple leur éternel débiteur.

Et grâce à la faconde de nos chers acteurs,
Qui de tous ces requins nous montrent les fureurs,
Sous la direction d’un Lucque Clémentin
Les rires fusent devant ces nobles crétins.
La mise en scène est simple, mais astucieuse,
Les répliques sont tout à coup délicieuses.
D’un pupitre à l’autre, les visages s’éclairent,
Et laissent apparaître la rouerie des pairs.

Ces alexandrins, d’une modernité folle,
Grâce aux comédiens se changent en vitriol,
Ces vers claquent, sonnent si fort à nos oreilles
Qu’ils nous font entrevoir le pouvoir de l’oseille.

À son piano, Lully, c’est une femme mais qu’importe,
Donne le la à tous ces infâmes cloportes.
Notre cher président se console ici bas
Avecque la voix si douce de Carlita
Qui susurre que nos vies ne valent pas grand-chose,
Qu’elles passent subito comme fanent les roses.
Mais gare, chers messieurs, au grand retournement,
Nous aurons tous, je crois, notre part de tourment,
Car vous prenez la rue pour votre paillasson,
Et allez tous crever dans votre Panthéon.

Nos chers nouveaux Ayrault n’ont qu’à bien se tenir.
Les chaussett’ Superman sont vraiment à bannir.

"D’un retournement l’autre"

© DR.
© DR.
Auteur : Frédéric Lordon, économiste.
Mise en scène : Luc Clémentin.
Avec : Simon Bellahsen, Didier Boulle, Gérald Cesbron, Luc Clémentin, Loïc Risser, Stéphane Valensi, Alain Veniger, Alexandrine Monnot (chant), Léa Gerber (piano)
Régie : Mathieu Bouillon.
Recherche sonore : Coraline Janvier.
Durée : 1 h 10.

Avignon Off Du 10 au 18 juillet 2015.
Tous les jours à 10 h, séance supplémentaire vendredi 17 juillet 2015 à 16 h 25.
Théâtre de l’Alizé, 15, rue du 58e Régiment d'Infanterie, Avignon, 06 83 25 24 52.

Sheila Louinet
Vendredi 17 Juillet 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

Cécile Hercule… Entre histoires de belles rencontres et une certaine "bonne conscience"

Elle fut le temps d'une tournée les claviers de miCkey[3d]*, aux côtés de Mickaël Furnon (époque "La Grande Évasion), puis se lança en solo et sortit son premier album en 2010, "La tête à l'envers". Six ans plus tard, la voici de retour avec un deuxième opus, "Bonne Conscience"… Bonne nouvelle aussi !

Cécile Hercule… Entre histoires de belles rencontres et une certaine
Elle aime les aventures musicales et les bons rendez-vous. De ses premières amours pour le cirque jusqu'à sa première scène en tant que chanteuse, elle a voyagé, passant par l'apprentissage de la guitare paternelle, faisant étape à Madagascar, volant pour l'humanitaire, étudiant dans une école de théâtre à Lyon et concourant dans des castings en tant que jeune comédienne.

Puis la musique la rattrapa. Après l'expérience du succès involontaire et éphémère d'une chanson ("Au moins une fois") intégrée à un épisode de la série américaine "The L-Word" (2004), elle décide de se confronter à la scène sous son nom. Les années passent et l'artiste se construit. Pas toujours en solitaire, elle sait apprécier les bonnes associations et participe à l'album "J'ai toujours rêvé d'être un groupe de rock..." (2010) de David Tétard. S'ensuit la collaboration avec Mickaël Furton sur la période 2009/2010… Puis son premier CD !

Après celui-ci, elle poursuit les expériences. Construites sur des amitiés partagées, souvent artistiques comme avec Monsieur Lune pour "Gaston et Lucie", spectacle tout public à partir de cinq ans (plus un livre-disque) où elle chante, joue des claviers et de la scie musicale. Ou encore avec "Bodie", western pop d'un trio en cavale, qui naîtra d'une union d'affinités, lors des Rencontres d'Astaffort, avec Joko et Émilie Marsh.

Gil Chauveau
27/10/2016