La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Avignon Off 2015 "À toi, pour toujours, ta Marie-Lou"... Quelle belle leçon de comédie !

La chronique d'Isa-belle L

Le ciel était très en colère ce jeudi de mai, pour ma sortie théâtre, au Lucernaire. Parapluie à la main, chaussures humides et visage déconfit par cet hiver qui n'en finit pas, me voilà enfin à l'abri ! À l'entrée, on nous prévient qu'il faut faire attention pour arriver sain et sauf à destination : Salle Paradis. Monter au ciel jeudi dernier comportait des risques, dus à ces satanées intempéries.



Marie Mainchin, Sophie Parel et Cécile Magnet © Étienne de Giovanni.
Marie Mainchin, Sophie Parel et Cécile Magnet © Étienne de Giovanni.
Prudente et attentionnée, je grimpe, piano piano, les escaliers. C'est le prix à payer pour atteindre les nuages. Une chance pour moi ! J'étais invitée.
Ça y est ! J'y suis. Sans prier et sans glisser. Je suis arrivée au Paradis.
Sombre salle. Sobre décor. Mais un type-là, en haut, c'est Jésus qui me nargue. "Bouh" ! Je lui tire la langue. Mal polie que je suis. Noir !

Et une illumination plus tard : Quatre comédiens déboulent, et les répliques se mettent à fuser. Elle, la belle, un chewing-gum dans la bouche, qui aime les chansons de Cow-boy. Chanter pour oublier, c'est bien. La "country girl" face à la frangine, vieille fille. Prier pour oublier, c'est "christ" (Le ciel m'est tombé sur le coin de la tête, c’est la pluie). Pauvres frangines, c'est un sale destin qui les unit. Il y a les sœurs au centre, la délurée qui voudrait sauver l’âme triste et dérangée puis, non loin, les parents.

L’un a cour, l'autre à jardin... qui, aussi, se renvoient la balle. Du Ping-pong violent, cruel, dépourvu de tout sentiment. C'est l'enfer au paradis. La mort ce n’est pas drôle putain ! Et l'autre, ça l'a rendue folle ! La petite sœur, bonne à rien. Sauf à pleurer. Traumatisée, déchaînée et totalement habitée. Marie Mainchin dans un rôle sacrément bien composé.

Cécile Magnet © Étienne de Giovanni.
Cécile Magnet © Étienne de Giovanni.
L'ainée en revanche, a pris ses jambes à son cou. Ses jambes, parlons-en de ses jambes. Lookée à la "Calamity Jane" avec un shorty raccourci, ce qu'elle est jolie Sophie Parel. La comédienne. Son rôle aussi. Qu'elle incarne brillamment. Elle a fui cette vie pourrie. Elle le veut elle aussi son jardin d’Éden. Les souvenirs au placard, c'est la scène son exutoire... elle fait ce qu'elle peut. Parce que la mort qui colle aux basques comme un vautour, ça déglingue pour toujours. L'avantage au Paradis c'est que le temps passe et qu'on l'oublie. Enchantée aussi par le comédien, seul homme, face à ce brillant casting féminin. Son nom : Yves Collignon. Tout est bon chez Yves Collignon, tout. Le corps qui joue au rythme des pintes qu’il descend à petites gorgées puis ce grain de voix, d’abord murmuré, puis aggravé par cette vie, qu’il n’a pas vraiment souhaitée. Jusqu’à ce que la mort s’en mêle, l’alcool l’ayant bien accompagné. Quel rôle ! Quel comédien !

Manque encore à l'appel Cécile, nom de famille : Magnet. Elle joue une mère au caractère bien trempé qui ne mâche pas ses mots. Elle incarne une femme dévastée qui, sur scène, prend au moins quinze années. Presque sans bouger. Une comédienne sublime à regarder.

Marie Mainchin, Sophie Parel © Étienne de Giovanni.
Marie Mainchin, Sophie Parel © Étienne de Giovanni.
Quelle pièce ! Bon sang. "Tabarnak !" Ils sont forts ces Québécois ! J’avoue et j’assume, à la "Céline", je préfère le "Michel". Qui sait si Tremblay un jour sera à Vegas ? Pour le moment, il est à Paname et on est tellement mais "tellemiiiiinnnn" bien, ici. Se taper encore Dion au paradis... ce serait terrible ! Que le ciel de Paris continue à trembler avec des textes beaucoup plus subtils. L’auteur de ce miracle théâtral, porte bien son nom. Fantastique !

À toi pour toujours, ta Marie-Lou. Comme une épitaphe...

Salle Paradis c'est la mort qui rôde. Oui. Il y a quelque chose d’anéanti, de démoli, de détruit dans cette famille. Pourtant on sourit, parfois. Et on applaudit ce quatuor de comédiens touchés par la grâce. Quelle belle leçon de comédie !

Comme l'incante Sieur Aubert Jean-Louis : "Le paradis, c'est ici, oui, c'est ici" et, ce jeudi soir, j’étais bien d'accord avec lui.

Montez-y ! Salle Paradis. Elle y accueille quatre excellents comédiens servis par un texte… divin.

>> À lire également l'article de Jean Grapin.

"À toi, pour toujours, ta Marie-Lou"

Yves Collignon © Étienne de Giovanni.
Yves Collignon © Étienne de Giovanni.
Texte : Michel Tremblay.
Adaptation et mise en scène : Christian Bordeleau.
Assistante : Émilie Schnitzler.
Création lumière : Christian Mazubert.
Avec : Cécile Magnet, Yves Collignon, Sophie Parel, Marie Mainchin.
Durée : 1 h 20.

Avignon Off 2015
Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 14 h.
Collège de la Salle, Théâtre du Lycée, 3, place Louis Pasteur, Avignon, 04 32 76 20 43.
>> quebec-en-scene.fr

Du 11 décembre 2013 au 2 février 2014.
Du mardi au samedi à 20 h, le dimanche à 15 h.
Relâche le 22 décembre.
Mercredi 25 décembre et mercredi 1er janvier, spectacle à 15 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Du 15 mai au 6 juillet 2013.
Du mardi au samedi à 19 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Avignon Off 2013
Du 8 au 31 juillet 2013.
Tous les jours à 12 h 45.
Essaïon-Avignon, Avignon, 04 90 25 63 48.
>> essaion-avignon.com

Isabelle Lauriou 6 juin 2013
Samedi 27 Juin 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Shaman et Shadoc", une prose mélodieuse portée par un jeu riche de pleins et de déliés

"Shaman et Shadoc… Ou l'imposture des rats", Théâtre Essaïon, Paris

Deux hommes et une femme, l'un bien sapé, l'autre dépenaillé... et elle, surgissant, comme une ombre, chantonnant en vers, par intermèdes, la chronique des deux. En compagnons d'infortune : des rats, à destination de compagnie ou d'expériences. Assis sur un banc, les deux "s" - comme solitude - tentent le tête-à-tête…

En attendant la mort ou la résilience… Shaman et Shadoc dissertent, dans une forme de dualité où les rapports de force ne sont pas ce qu'ils paraissent être, où l'équilibre mental des êtres semble déterminer les règles ludiques de cet affrontement verbal ayant pour trame un passé commun volontairement oublié.

Entre eux, une femme, sœur de l'un, femme de l'autre, carbonisée, incinérée dans le feu des souvenirs, perdue dans les flammes de la mémoire, mais toujours brûlante de possibles règlements de comptes, de vengeance, d'absolution ou de renaissance… la fin en donnera la solution.

En attendant, dans un habit d'absurde faisant parfois songer à Godot, nos zigues, pas toujours débonnaires, usent de joutes oratoires et de convenances dînatoires. Dans une recherche de mainmise de l'un sur l'autre, et vice-versa, se jouent tentatives de manipulations ou de connivences. Au bout du compte, après l'épuration du cynisme et la révélation de la noire vérité se posera la question finale :
Shaman : Shadoc ! Et Dieu dans tout ça ?
Shadoc : Le brave homme.

Gil Chauveau
29/03/2017