La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Amour enfoui, amour enfui. Ne reste que le goût des "Cendres de cailloux"

"Cendres de cailloux", Théâtre de la Boussole, Paris

Tout fou, tout feu, tout flamme. Dans "Cendres de cailloux" de Daniel Danis (auteur québécois), une bande de copains un peu tocards, un peu toqués, soudés à un coin de campagne par des pactes d’enfance, la monotonie des jours et des boissons ingurgitées, brûlent la vie comme ils peuvent. Entre farces et virées nocturnes. Le rire est quelquefois chargé, la vitalité reste indéniable.



© Laurent Lafuma.
© Laurent Lafuma.
Et puis en parallèle, une jeune femme brûlante de désirs et un veuf étranger (vivant à l’écart ; que tout sépare de ce qui l’entoure), échafaudent l’un et l’autre un difficile pont vers l’amour, sous l’œil attentif de la fille de l’homme.

Ainsi planté, le décor est lourd de risques de pittoresque. C’est sans compter sur l’écriture de l’œuvre. "Cendres de cailloux" a une dimension dramatique intense. Par le jeu de monologues croisés, chaque personnage, dans ses interventions, voit son caractère, sa couleur vocale et son registre de sentiment évoluer. L’énergie se concentre, la pesanteur des passions et des haines remonte douloureusement à la surface. Les remords explosent. Jusqu’à un coup de théâtre final qui donne le sens.

La mise en scène de Christian Bordeleau, au parti pris simple et concret, tient l’équilibre. Par les connivences qu’ils entretiennent entre eux, les comédiens typent les personnages sans outrances, modulent sans faiblir leurs désirs de vitalité et les freins qui ravagent leur vie, cisèlent les moments de gaîté, suspendent les moments de gravité.

© Laurent Lafuma.
© Laurent Lafuma.
Par le jeu, le texte révèle progressivement sa dimension poétique et dramatique. Elle est celle d’un oratorio à quatre voix avec ses moments de basses continues, ses éclats à la couleur brillante, ses interventions de faussets.

Dans cette proposition, le spectateur entre en intimité avec la pulsation du monde qui lui est proposé. Sa pulsion tellurique, jusqu’à ce point d’incandescence, ce point tragique où l’amour est rendu impossible. Où la possibilité d’un amour s’évanouit. Quand la farce vire au noir. Quand le taiseux s’emmure dans le silence.

Amour enfoui, amour enfui. Ne reste que le goût des cendres. Une solitude de pierre. Cendres de cailloux. Et pour le spectateur qui applaudit une proximité affective avec des prénoms Shirley, Clermont, Pascale, Coco… qui ne sont plus que des souvenirs émus.

"Cendres de cailloux"

© Laurent Lafuma.
© Laurent Lafuma.
De : Daniel Danis.
Avec : Solène Gentric, Franck Jouglas, Marie Mainchin et Philippe Valmont.
Mise en scène : Christian Bordeleau.
Musique: Geneviève Morissette.
Durée : 1 h 40.

Du 18 janvier au 26 mars 2017.
Mercredi au samedi à 20 h 30, dimanche à 20 h.
Théâtre de la Boussole, Paris 10e, 01 85 08 09 50.
>> theatre-la-boussole.com

Jean Grapin
Jeudi 2 Février 2017


1.Posté par Christian Bordeleau le 03/02/2017 11:27
Merci Jean Grapin, même si vous avez légèrement écorché mon nom...
en tout cas, je suis fier et heureux d'avoir monté cette pièce

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre

"Michael Kohlhaas, l'homme révolté", Théâtre Essaïon, Paris

Reprise Il caracole à la tête de son troupeau de chevaux qu'il va vendre, béat à la pensée de son futur bénéfice. Michael Kohlhaas, héros du roman éponyme de Henrich von Kleist, aime les chevaux, la liberté et l'aisance.

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre
Un mauvaise douane, mauvaise farce, loi privée improvisée et vraie confiscation, le prive de sa liberté de circuler et de ses plus beaux chevaux. Perdant sa joie et raison de vivre, d'avanies en déconvenues, l'homme va demander justice, implorer, s'emporter, poursuivre les méchants, ignorer les pondérés, proclamer son droit, réclamer son dû, se faire justice.

Brûlant, détruisant, pillant les villes. Bientôt à la tête d'une bande de sacripants, de sacs et de cordes, bandits de grands chemins, défiant l'empereur. Michael le pacifique est devenu Michael le révolté. Michael Kohlhaas, pendu haut et court, est un héros, une légende. Dans la bataille finale, il se révèle même frère en vaillance du prince de Hombourg*.

Gilbert Ponté est seul en scène. Dans son adaptation du récit, il est rayonnant, scintillant de tous les états d'âme du personnage. Il est aussi, tour à tour, tous les personnages, tous les paysages, tous les rythmes et sensations, dans l'immédiateté du geste.

Jean Grapin
13/10/2017
Spectacle à la Une

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple

"F(l)ammes", Maison des Métallos, Paris, puis tournée

Reprise Dans "F(l)ammes", Ahmed Madani met en scène les véridiques récits de la vie contemporaine portés par dix jeunes femmes, fruits de l'Histoire des peuplements successifs du territoire français. Autant de témoignages que les bonnes fées du théâtre ont sublimé.

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple
Les comédiennes ont sculpté de vrais personnages contemporains hauts en couleur qu'elles évoquent sans fard et qu'elles expriment avec une grande de joie de vivre et ce, en dépit du contenu des propos d'un quotidien souvent difficile.

Ces jeunes femmes sont typées, à certains égards extravagantes. Elles appartiennent d'évidence à la vitalité de la ville. La parole est dégagée. Elles expliquent comment elles sont dans la nécessité de quitter les rôles attribués par les traditions familiales, qui les enferment dans un filet de violence et de brutalité ; et combien elles sont mises à l'épreuve pour s'inventer, se forger, se libérer des fidélités. Elles émeuvent. Elles racontent avec aisance leur itinéraire qui cherche à se démarquer de leurs mères qui ont attendu, attendu, tricotant, détricotant les jours comme Pénélope en attente d'un Ulysse providentiel.

Et dans la description des difficultés nées de l'opposition multi séculaire qui oppose les barbares et les urbains, elles font rire, non par le sarcasme ou l'autodérision mais par le partage. L'imaginaire est riche. Le verbe et le geste sont au service d'une métamorphose. Sur la scène c'est une forme de courage qui s'exprime : celui de la fuite qui vous sauve. Au risque du déchirement. Sans jamais perdre le sens de la vie et de l'amour. En conservant la dynamique de retrouvailles. Dans la lucidité.

Jean Grapin
15/10/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016