Connectez-vous S'inscrire



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Am... Corps dansé, corps réconcilié, toile tissée sur le fil tendu de territoires reconquis

Avignon Off 2012, "am", Théâtre la Luna, Avignon

Entre fragilité et puissance, entre douceur et violence, une expression corps et âmes, une incarnation de l'âme dans le corps, un corps comme instrument du langage de l'âme, "Am" de MariA (l'une des quatre chorégraphes du spectacle "Sentires", coup de cœur du Festival Off d'Avignon 2004) est tout cela et bien plus à la fois... Un voyage initiatique... chamanique, une réconciliation, une danse "horizon" où se rejoigne enfin le ciel/âme et la terre/corps..



© DR.
© DR.
Territoires corporels reconstitués ré-apprivoisés au fil du temps, posé, graphique, géographique, comme une traversée des cultures chorégraphiées. Projection d'une sphère, virtualité astrale et filée, représentation numérique où l'ombre du corps de MariA, pansé, guéri, se colle, se fond dans des mouvements enchaînés, souple et apaisé, où l'âme, soulagée, réincarne l'être physique.

L'esprit, la mémoire de la danse reprend possession de la matière, de la chair, et le corps devient caisse de résonance, élément percussif... rythmes soutenus, maîtrisés du flamenco... mode allégorique du renouveau, magnifique langage... racines originelles du corps instrument. Le chant suit, superbe, d'une intense intériorité, donnant l'une des clefs de ce voyage... chorégraphie hommage à la vie... "Razon de Vivir"... "Raison de vivre, ma vie".

La réconciliation emprunte les chemins des territoires anatomiques, îles perdues à nouveau dévoilées... clarté exclusive illuminant les mouvements du ventre, du dos... des mains... manos alumbradas... On ne voit qu'elles, la complexité de leur expression, ce code gestuelle spécifique, si précis, si volubile (tout en aisance et rapidité) devient limpide.

© DR.
© DR.
Les chemins dansés, séquences vivantes, souvenirs des pays traversés, passent de solos "blancs" tout en douceur et gracilité - superbe avec les voiles, évanescents, aériens - à ceux plus "sang et noir" d'influences amérindiennes avec le tambourin en peau wapiti, très organique, symbole du battement du cœur de la Terre-Mère ; ou sud-américain (retour aux origines) avec les Boleadoras et le Malambo (initialement exclusivement masculin).

"Am" est une trame sensible tissée sur des images rêvées, réconciliées, sur les reflets d'un miroir intérieur - retrouver les sensations -, sur une représentation extérieur vidéo-projetée - retrouver sa gémellité artistique - ; "Am" est une ode à la vie, retrouvailles heureuses et pleines d'espérances où la danse, malgré une haute technicité (MariA, féline et gracieuse, entre férocité et élégance), touche au plus profond de l'âme - est l'expression de l'âme - tant la sincérité et l'énergie créatrice de MariA vous "prend aux tripes", vous bouscule...

"Am" est l'histoire d'un être en "renaissance", une redécouverte intérieure, une reprise de possession artistique en pleine évolution mais aussi l'histoire d'un parcours longuement construit au fil des années, sans frontières, sans barrières, avec pour seuls guides la curiosité et la soif d'apprendre, nomadisme du savoir, de la connaissance. Dans "Am", cela se traduit par la traversée dansée de pays, d'influences, mémorisées, "digérées", assimilée et retranscrites sur le canevas de sa sensibilité personnelle.

Un spectacle habité, construit comme un parcours émotionnel, en ondes fortes et énergiques, ou sensibles et sensuelles, qui se lit comme un parchemin du cœur. Une écriture chorégraphique qui se vit comme une aventure corporel incarnée où le ressenti, l'émotion prennent le dessus, naturellement, sur l'abstraction cérébral... Un voyage hors du commun au pays de la danse.

"am"

De MariA.
Avec : MariA.
Lumières : Stéphane Balny.
Costumes : Mathilde Baillet.
Vidéo : Stéphane Balny.
Graphisme : David Ducros.
Musique : James Sadras (musique de lien).
Durée : 1 h 15.

Avignon Off 2012
A été joué du 7 au 28 juillet 2012.
Tous les jours à 22 h 59.
Théâtre La Luna, 1, rue Séverine, Avignon, 04 90 86 96 28.
>> theatre-laluna.fr

Gil Chauveau
Vendredi 3 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Trib'Une | Archives | Concerts & Lyrique




S'identifier

Dans la boutique

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Publicité



À découvrir

Une esquisse des femmes de France où tout finit en chansons

"Victoire, la fille du soldat inconnu", La Java, Paris

Victoire Bayar dite Chourinette aurait presque cent ans. Née le 14 juillet 1916 alors que son père meurt à Verdun, elle épouse, avec toute la légèreté, la candeur, la curiosité de sa gaieté, la vivacité et la causticité de son esprit, les contours du monde terrible qui se présente à elle. Elle évolue avec lui, et découvre son talent pour le music-hall.

Une esquisse des femmes de France où tout finit en chansons
Victoire Bayar est un personnage créé par Sylvie Gravagna qui devient pour le spectateur conquis par ce spectacle de théâtre musical, une grand-mère idéale et rêvée qui a su, tenace et joyeuse, tantôt conteuse tantôt chanteuse, s’émanciper.

Victoire est une ouvrière. Douée pour la chanson. Prolotte patriote et rigolote. Gracieuse. Chantant soir et matin au long du chemin de sa vie, elle est un double de Mireille qui, de la bluette naturaliste au swing, affirme son optimisme, son identité, sa modernité.

Le spectacle de Sylvie Gravagna composé de douze tableaux, comme autant de cartes postales adressées au public, esquisse le roman national des femmes de France. Le roman du deuxième sexe. Avec ses peurs et ses reproches, ses drames et ses luttes, ses doutes aussi. Avec l’art et la manière : avec élégance, émotion et légèreté, tout en chanson. Car en France, même au vingtième-et-unième siècle, dans la mémoire commune, tout finit en chansons.

Jean Grapin
04/07/2012
Spectacle à la Une

Zaragraf, les vagabonds du monde fantastique de la musique sans frontières

Ils sont quatre, musiciens/chanteurs du monde, atypiques, originaux et créatifs... vagabonds aériens virevoltants avec aisance, virtuosité, mais non sans fantaisie et humour, sur les traditions musicales de notre planète pour en concocter des élixirs uniques, inventifs et rafraîchissants. Ils ont réussi à marquer de leur style singulier le PMF (paysage musical français)... et sortent leur sixième album : "VagaMundo GaDjé".

Zaragraf, les vagabonds du monde fantastique de la musique sans frontières
Au départ, à la première écoute, c'est comme un choc... Une surprise explosive, inattendue, de celle qui vous laisse scotché à votre fauteuil ! Tout d'abord avec la voix de Mira... magique, étonnante, surprenante et prenante, comme sortie d'un dessin animé de Tex Avery, comme un 33 tours qu'on écouterait par distraction en 45 tours (à l'ère du mp3... un comble !)... Comme une mélodie enfantine... Ça surprend... Puis on s'habitue très rapidement, comme envoûté, subjugué et ensorcelé par cette voix hors du commun, à la présence quasi irréelle et fantastique...

Ensuite, avec le feu d'artifice de notes, de rythmes qui, dès le premier choc "vocal" passé, vous explose à la figure comme autant de bulles sonores et pétillantes... distillées par Emmanuel Waffler (guitares), Bruno Manjarres (guitare "flamenca", trompette) et Pepe Martinez (accordéon, tuba), les compagnons de route de Mira... qui tous forment Zaragraf (complété pour ce nouvel opus par Michel Altier à la contrebasse et Laurent Eulry aux saxophones alto et soprano).

Gil Chauveau
27/01/2014
Sortie à la Une

Au cœur de la tourmente et de l'horreur, le si fragile privilège de l'otage

"Une petite fille privilégiée", Le Lucernaire, Paris

C’est la seconde guerre mondiale racontée par une petite fille devenue femme qui vécue la guerre loin de son père au combat mais proche de sa mère, ballottée, de traque en traque, de cachette en cachette pour finir dans les camps de Drancy... puis de Bergen-Belsen.

Au cœur de la tourmente et de l'horreur, le si fragile privilège de l'otage
C’est la guerre vue par une petite fille. Elle a six ans quand elle débute son récit et onze ans quand elle le finit. Mais c’est surtout des souvenirs racontés par une femme qui a aujourd’hui cinquante ans. À travers elle, c’est le regard d’une petite fille juive que l’on découvre pendant la seconde guerre mondiale et qui fut l’objet, elle et sa famille, de traques, de fuites pour se cacher contre les nazis. Nous découvrons à travers son récit, ses préoccupations journalières de peur, de faim et de vie dans les camps de Drancy et de Bergen Belsen. C’est l’univers quotidien d’une petite fille "privilégiée" parce que "la convention de Genève obtient notre maintien en France à titre d’otages, pour nous, femmes et enfants des officiers prisonniers de guerre français", raconte-t-elle.

Le décor, bleuté comme la robe de la narratrice, baigne l’atmosphère de songes enfouis et de rêves éveillés. La narration oscille entre de doux souvenirs dramatiques et tragiques. Doux… car la narration ne se départ pas d’une certaine bonhomie, d’une certaine joie, d’un certain comique de situation. Des moments de tristesse, de rire ou de tendresse accompagnent le récit. Les mots sont habillés d’émotion. Aucune platitude dans l’élocution, aucune monotonie. Le récit est vivant, presque enjoué, caressé par l’espièglerie d’une petite fille.

Safidin Alouache
19/03/2014