Connectez-vous S'inscrire

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Pas de culture sans droits sociaux - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Am... Corps dansé, corps réconcilié, toile tissée sur le fil tendu de territoires reconquis

Avignon Off 2012, "am", Théâtre la Luna, Avignon

Entre fragilité et puissance, entre douceur et violence, une expression corps et âmes, une incarnation de l'âme dans le corps, un corps comme instrument du langage de l'âme, "Am" de MariA (l'une des quatre chorégraphes du spectacle "Sentires", coup de cœur du Festival Off d'Avignon 2004) est tout cela et bien plus à la fois... Un voyage initiatique... chamanique, une réconciliation, une danse "horizon" où se rejoigne enfin le ciel/âme et la terre/corps..



© DR.
© DR.
Territoires corporels reconstitués ré-apprivoisés au fil du temps, posé, graphique, géographique, comme une traversée des cultures chorégraphiées. Projection d'une sphère, virtualité astrale et filée, représentation numérique où l'ombre du corps de MariA, pansé, guéri, se colle, se fond dans des mouvements enchaînés, souple et apaisé, où l'âme, soulagée, réincarne l'être physique.

L'esprit, la mémoire de la danse reprend possession de la matière, de la chair, et le corps devient caisse de résonance, élément percussif... rythmes soutenus, maîtrisés du flamenco... mode allégorique du renouveau, magnifique langage... racines originelles du corps instrument. Le chant suit, superbe, d'une intense intériorité, donnant l'une des clefs de ce voyage... chorégraphie hommage à la vie... "Razon de Vivir"... "Raison de vivre, ma vie".

La réconciliation emprunte les chemins des territoires anatomiques, îles perdues à nouveau dévoilées... clarté exclusive illuminant les mouvements du ventre, du dos... des mains... manos alumbradas... On ne voit qu'elles, la complexité de leur expression, ce code gestuelle spécifique, si précis, si volubile (tout en aisance et rapidité) devient limpide.

© DR.
© DR.
Les chemins dansés, séquences vivantes, souvenirs des pays traversés, passent de solos "blancs" tout en douceur et gracilité - superbe avec les voiles, évanescents, aériens - à ceux plus "sang et noir" d'influences amérindiennes avec le tambourin en peau wapiti, très organique, symbole du battement du cœur de la Terre-Mère ; ou sud-américain (retour aux origines) avec les Boleadoras et le Malambo (initialement exclusivement masculin).

"Am" est une trame sensible tissée sur des images rêvées, réconciliées, sur les reflets d'un miroir intérieur - retrouver les sensations -, sur une représentation extérieur vidéo-projetée - retrouver sa gémellité artistique - ; "Am" est une ode à la vie, retrouvailles heureuses et pleines d'espérances où la danse, malgré une haute technicité (MariA, féline et gracieuse, entre férocité et élégance), touche au plus profond de l'âme - est l'expression de l'âme - tant la sincérité et l'énergie créatrice de MariA vous "prend aux tripes", vous bouscule...

"Am" est l'histoire d'un être en "renaissance", une redécouverte intérieure, une reprise de possession artistique en pleine évolution mais aussi l'histoire d'un parcours longuement construit au fil des années, sans frontières, sans barrières, avec pour seuls guides la curiosité et la soif d'apprendre, nomadisme du savoir, de la connaissance. Dans "Am", cela se traduit par la traversée dansée de pays, d'influences, mémorisées, "digérées", assimilée et retranscrites sur le canevas de sa sensibilité personnelle.

Un spectacle habité, construit comme un parcours émotionnel, en ondes fortes et énergiques, ou sensibles et sensuelles, qui se lit comme un parchemin du cœur. Une écriture chorégraphique qui se vit comme une aventure corporel incarnée où le ressenti, l'émotion prennent le dessus, naturellement, sur l'abstraction cérébral... Un voyage hors du commun au pays de la danse.

"am"

De MariA.
Avec : MariA.
Lumières : Stéphane Balny.
Costumes : Mathilde Baillet.
Vidéo : Stéphane Balny.
Graphisme : David Ducros.
Musique : James Sadras (musique de lien).
Durée : 1 h 15.

Avignon Off 2012
A été joué du 7 au 28 juillet 2012.
Tous les jours à 22 h 59.
Théâtre La Luna, 1, rue Séverine, Avignon, 04 90 86 96 28.
>> theatre-laluna.fr

Gil Chauveau
Vendredi 3 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Trib'Une | Archives | Concerts & Lyrique




S'identifier

Dans la boutique

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Publicité



À découvrir

"Culture au quai", un week-end pour faire le plein de sorties culturelles...

Samedi 27 et dimanche 28 septembre 2014, "Culture au quai", Paris

Véritable succès depuis sa création en 2008, "Culture au quai" (anciennement "Spectaculaire") en est à sa septième édition et est devenu un rendez-vous incontournable pour tous les amoureux de sorties culturelles en Île-de-France. Ceux-ci peuvent ainsi assister à des rencontres, des concerts ou des spectacles proposés par les structures participantes et découvrir la programmation de plus de 200 lieux.

Cette année encore l'évènement se déroulera sur le quai de Loire, le long du Bassin de la Villette (Paris XIXe). Au bord de l'eau, plus de 250 institutions présenteront leurs programmations et offres spéciales. On trouvera également cinq villages thématiques et des scènes ouvertes réunissant des centaines d’artistes, des extraits de spectacles, des mini-concerts gratuits en plein air, ainsi que des rencontres, des master class et des ateliers pour petits et grands.

Cette nouvelle édition sera également l'occasion d'un plein feu sur les jeunes spectateurs. "Culture au Quai" installera un grand espace dédié où théâtres, musées et salles de concert présenteront leurs offres jeune public. Cette offre variée s’accompagnera d’une programmation dédiée tout au long du week-end. Proposé par la Gaîté Lyrique, DJ Steak Haché de Radio Minus fera feu de tout bois pour faire danser les petits tandis que Télérama Enfants organisera un troc culture pour s’échanger livres, CD, DVD. Et sur la scène, extraits de spectacles et concerts s’enchaîneront samedi et dimanche.

Au cœur du village "spectacle", des artistes parleront de leur travail et partageront leur passion pour la scène. Daniel Mesguich et son fils William nous présenteront le spectacle qu’ils joueront ensemble au Théâtre de Poche en septembre, "Pascal Descartes", un dialogue imaginé entre les deux philosophes par Jean-Claude Brisville, tandis que Jean-Michel Ribes nous dira tout de son film "Brèves de Comptoir", en salle le 24 septembre.

Gil Chauveau
30/08/2014
Spectacle à la Une

"La Tempête" par Grujic et Bianciotto : Quand la magie du théâtre révèle l'invisible !

"La Tempête", Vingtième Théâtre, Paris

Pas de bonnes rentrées théâtrales sans un classique accessible par tous les publics. Ainsi "La Tempête" montée d'après William Shakespeare par Ned Grujic et Rafael Bianciotto, avec la seule simplicité et immédiateté du théâtre qui rendent lisibles et compréhensibles le dernier texte de l'auteur... qui est un peu son testament.

Sur scène, il y a un invraisemblable orgue mécanique qui joue aussi du vibraphone et autres percussions cristallines, insufflant à l'histoire comme l'air d'une musique des sphères et du destin.

Il y a la lumière tremblotante et humble de la servante qui s'évanouit et lance un tourbillon de jeu avant que ne surgisse un cône lumineux et transcendant.

Il y a l'histoire de Prospéro le banni qui, par la seule force de sa pensée et de sa baguette, lance une tempête, réunit les forces qui lui ont été contraires, n'hésite pas à produire un rire franc avant de les conjuguer en un harmonieux "happy end".

Point n'est besoin de connaitre Thomas More et son île de nulle part, ni la mélancolie qui s'empare des auteurs de la Renaissance à la suite des guerres qui font s'envoler toutes leurs illusions, un parent peut expliquer que peut être tout cela n'est que rêve et désir d'une autre réalité, que peut être jamais les jeunes gens ne pourront être réunis, que peut être Prospero est bien seul.

Magie du théâtre qui lève le voile sur ce qui ne peut être vu.

Jean Grapin
12/09/2014
Sortie à la Une

Si la connerie m'était contée... ou hommage en forme de cabaret à Jean Yanne

"On n'arrête pas la connerie", Petit Montparnasse, Paris

Jean Yanne, iconoclaste et anticonformiste notoire, dès les années cinquante, au cabaret puis à la télé, n'a jamais cessé de la fustiger. Dans une mise en scène fleurant bon le music-hall, Jean-François Vinciguerra, Éric Laugérias et Johan Farjot ont sélectionné quelques perles dans le répertoire de notre regretté amuseur impertinent et décapant et nous offre un cabaret insolent aux vertus décrassantes...

Si la connerie m'était contée... ou hommage en forme de cabaret à Jean Yanne
Acteur, auteur, réalisateur, producteur et compositeur, provocateur et visionnaire, il révéla, au fil de ses sketches, de ses films et de ses chansons, un anticonformisme à la générosité corrosive et à l'ironie grinçante mais aussi empli de pudeur, de poésie... et souvent d'une réelle humanité. Mais malgré cette dernière, il bâtira son humour sur un cynisme grave et désespéré, optant pour une liberté inconditionnelle et refusant toute concession.

Tel un bouffon sans dieux ni maître, il crachera dans les bénitiers, se mettra les légionnaires à dos bien avant Gainsbourg (avec une version salé de "Ah ça ira, ça ira"), insultera les forces de l'ordre à la télé (avec son complice de l'époque : Jacques Martin), vomira la société de consommation... et la civilisation de l'automobile (avec "l’Apocalypse est pour demain", un pamphlet fiction publié en 1977).

Dans le style cabaret, mais en version caustique et impertinente, Jean-François Vinciguerra, Éric Laugérias et Johan Farjot (au piano) enchaînent une sélection de textes du maître de l'humour satirique, entrecoupée de mini-pubs (que l'on appelait alors "réclames").

Gil Chauveau
04/09/2014