La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

31e Festival Transnational des Artistes de la Rue • Le cirque Baraka prend de la hauteur et monte, monte, monte… • Épisode 3

Chalon 2017

À l'heure où bon nombre de nos pays occidentaux élèvent des murs pour faire barrage aux personnes fuyant leur pays, nous avons eu envie de consacrer cette chronique à une seule compagnie, sans frontières, le cirque Baraka et sa dernière création du même nom. Avant un départ d'une année d'itinérance prévue en Europe et en Méditerranée, comme dernière étape française, c'est à Chalon dans la rue qu'ils ont ouvert leur toile.



© Lise Chaton.
© Lise Chaton.
C'est sur une scénographie tout en hauteur (en fond de scène, s'élève un mur de plusieurs mètres) que les cinq circassiens de la Cie Baraka relèvent le défi. Et quel défi ! Devant ce mur, vont se jouer différents tableaux remplis tour à tour d'amour, de haine, de guerre ou d'onirisme. Cette fresque murale nous entraîne dans un voyage humaniste, belle source de réflexions (intenses) quant à notre humanité et son devenir.

Techniquement, il n'y a rien à redire du travail de ces acrobates aériens qui manient avec souplesse et facilité (déconcertante) les différents numéros du cirque (tissu, cerceau, équilibriste, main à main, etc.). Mais les qualifier d'acrobates quand ils sont tout à la fois musiciens, chanteurs, danseurs, clowns et comédiens serait quelque peu réducteur. Ce collectif/compagnie est l'exemple même d'une espèce transdisciplinaire en voie d'apparition dans le milieu des arts de la rue. Aujourd'hui, loin d'être un art réservé aux seuls acrobates, ceux qu'on appelle les artistes de rue manient de mieux en mieux (si ce n'est avec brio) le théâtre et les arts vivants.

Et pour preuve ce spectacle Baraka qui nous a laissés sans voix… à commencer par Nelly Donnat. Cette danseuse, chanteuse et acrobate aux mille grâces flottait littéralement dans les airs. Ce tourbillon aérien de toute beauté, capable de danser sur les murs, a de quoi faire tourner les têtes.

© Lise Chaton.
© Lise Chaton.
La féline et puissante Monica Costamagna ne laisse pas non plus à désirer. Perchée sur son cerceau ou enroulée dans son ruban, elle accompagne et enlace avec amour les corps malmenés, séparés, enfermés ou fantasmés. Elle est une force vive au milieu de cette poésie qui parfois s'essouffle face à la dureté de notre monde et contre lequel on se cogne comme ces murs qui enferment et séparent plus qu'ils ne protègent.

Bien que chacun des membres mérite un portrait complet tant ils sont talentueux, nous en faisons l'économie au profit d'une collecte mise en ligne* pour leur projet d'itinérance en chapiteau à travers différents pays. En effet, à partir de septembre, Baraka sera sur les routes pour traverser l'Europe et différents pays du pourtour méditerranéen.

L'idée est de partager, d'utiliser leur toile comme une salle de spectacle ouverte aux artistes des pays traversés, en même temps que de créer des liens entre nations et continents et présenter leur création. Ils veulent que leur chapiteau soit un lieu de partage, de rencontres, d'ateliers et d'échanges, entre autres entre les écoles. Leur dernière résidence de deux mois dans le lycée agricole de Lavaur* est d'ailleurs en tout point remarquable.

* >> La Cie Barako et l'expérience du lycée agricole de Lavaur.

Cirque Baraka

© Lise Chaton.
© Lise Chaton.
Acrobatie, main à main : Lise Cluzaud.
Acrobatie aérienne, théâtre-clown, danse, équilibres au sol : Monica Costamagna.
Danse, chant : Nelly Donnat.
Acrobate, jongleur: Matias Munoz.
Musicien, acrobate : Hugo Ferron.
Régie de tournée et technicien machiniste : Thomas Bares.
Cuisinier : Tristan Camporesi.
Chargée de communication : Eve Delepelaire.
Régie chapiteau et technicien son/lumières : Max Farout.
Acrobatie, main à main : Julien Vieillard.
Nounou et enseignante : Charlotte Renou.
Administration, production : Paul Ribiere.
>> cirquebaraka.com

S'est déroulé du 19 au 23 juillet 2017.
L'Abattoir - Centre National des Arts de la Rue.
Accueil public, Parc Lapray, Chalon-sur-Saône (71).
>> Renseignements.
Tél. : 03 85 90 94 70.

Sheila Louinet
Vendredi 28 Juillet 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017