Connectez-vous S'inscrire

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.


Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Pas de culture sans droits sociaux - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle



Derniers articles

"Les Ombres heureuses" ou l'histoire des organistes français de la fin du XVIIIe

CédéDévédé

"Contact"… Danse, théâtre et musique à l'unisson pour un Faust d'une étrange légèreté

Théâtre

Le Godot de Laurent Vacher : une comédie où vibre le plaisir du temps qui passe

Théâtre

Laurence Equilbey, une chef d'orchestre de caractère

Concerts

"La Pyramide vers les étoiles"... Un spectacle où la poésie rencontre la musique

À l'affiche

Alain Altinoglu, un chef fougueux à Bastille

Lyrique

Un vaudeville cauchemardesque où se révèlent la fragilité du vernis social et la noirceur de l'homme

Théâtre

Pleurer comme une gamine de 13 ans…

Trib'Une

Pégase et Icare… Entre ciel et terre

Théâtre


S'identifier

Dans la boutique

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Publicité



À découvrir

En tournée : Voyage poétique sur les îles romantiques du Lion

"Des voyageurs dans ta voix... Ferré", Théâtre Traversière, Paris

[Reprise] Interpréter Ferré, la belle affaire, et au féminin qui plus est ! De Pia Colombo à Mama Béa, Renée Claude, Ann Gaytan, Juliette Gréco, Catherine Ribeiro, Sapho, Catherine Sauvage, Cora Vaucaire, etc., la liste est longue et le résultat à l'appréciation de chacun. Mais ici, c'est Sandra Aliberti qui pose avec délicatesse sa voix et son interprétation sur l'univers poétique de Léo en choisissant, non pas de sortir les griffes sur les coups de gueules célèbres du lion, mais de poser plutôt pattes et cœur de velours sur les mots les plus sensibles et les plus tendres de celui qui écrivit "L'Amour Fou".

En tournée : Voyage poétique sur les îles romantiques du Lion
Comédienne, danseuse, chanteuse, Sandra Aliberti a fait d'emblée le choix de la féminité et, parcourant son chemin passionné sur les mots du monégasque révolté devenu toscan, a choisi sa face la plus méconnue en sélectionnant des chansons et des textes où la poésie se dévoile sur une trame romantique, sensible et presque amoureuse... laissant ainsi se reposer l'anarchiste qui portait sa révolte d'une voix insoumise et libertaire.

Se basant sur une interprétation quasi millimétré, maîtrisé mais extrêmement sensible et en nuances d'émotions, Sandra Aliberti joue la phrase intime, tisse sur les mots du poète (des poètes) une frise sensible, posant sa voix d'un voile aérien sur chaque note. Le fil musical de son chant se pare d'une délicate rythmique où pointe de fins silences où naissent l'émotion de la femme découvrant la poétique amoureuse.

L'univers chanté ainsi créé nous fait redécouvrir la fracture sensible des "Romantiques", de "La solitude" ou de "L'Amour Fou". La relecture "tout en retenue", mais non dénuée d'une certaine sensualité, de certaines chansons profite de la présence savamment dosée de Bertrand Ravalard au piano et de Lionel Mendousse au violon avec lesquels, comédienne oblige, elle établie une complicité et un jeu, dessinant ainsi une légère mais réelle théâtralité au voyage poétique et féminin qui nous emmène sur les îles romantiques du Lion qui déclarait : "Toute poésie destinée à n'être que lue et enfermée dans sa typographie n'est pas finie. Elle ne prend son sexe qu'avec la corde vocale, tout comme le violon prend le sien avec l'archet qui le touche..."

Gil Chauveau
14/01/2012
Spectacle à la Une

Dans une forme de sotie moderne, "Little Boy" désamorce l'atome...

"Little Boy", Théâtre Traversière, Paris

Avec tout le talent comique que le public lui connaît, Christophe Alévêque tient dans "Little boy", de Régis Vlakos et mis en scène par Christophe Luthringer, un rôle dramatique et militant. Joué avec intensité et un sens aigu de la complicité avec le spectateur, le comédien est dans l’intimité d’un personnage qui a vraiment existé : Claude Eatherly...

Dans une forme de sotie moderne,
Claude Eatherly est l’homme qui a obéi et donné l’ordre de largage de la bombe atomique sur Hiroshima. Il n’est plus que l’ombre de lui-même, portant seul jusqu’au cœur de sa folie le poids de la culpabilité. Des éclipses de lucidité enferment sa conscience dans l’impasse de conflits insolubles. C’est qu’avec lui l’humanité n’a plus de virginité atomique.

Comparse du personnage principal, le journaliste et philosophe Gunter Anders (Régis Vlakos), en contre-ombre, apporte la dimension raisonnable, raisonnante et ratiocineuse. Le jeu approfondit les duos, les duels, n’hésitant pas, dans le dialogue des genres au-delà des mots, à cultiver des registres clownesques froids. Comme un anti-docteur Folamour.

Jean Grapin
09/07/2014
Sortie à la Une

Le Petit Poucet version cailloux blancs, harmonica et fraises Tagada !

"Il était une fois... le Petit Poucet", Le Lucernaire, Paris

Après avoir passé avec succès l'été à Avignon, Le Petit Poucet s'installe au Lucernaire. Dans une version revisitée du conte de Charles Perrault, écrite par Gérard Gelas et mis en scène par Emmanuel Besnault, la dynamique compagnie L'Éternel Été nous propose un conte moderne, revisité en mode délirant et humoristique, à l'énergie communicative qui ravira enfants et parents.

Le Petit Poucet version cailloux blancs, harmonica et fraises Tagada !
Il était une fois un très vieux marquis qui a été le petit Poucet mais qui a complètement perdu la mémoire… Il était une fois des valets, prêts à toutes les ruses pour aider leur vieux maître à raconter son histoire… Il était une fois des parents pas très futés, des frères vraiment pas gentils, un ogre pas tout à fait végétarien, une forêt pas accueillante du tout, un loup-garou pas trop effrayant, une fée très tête en l'air, un roi pas très sympathique, une princesse un peu énervée, et une lavandière en mission secrète…

Il était une fois une troupe de sept comédiens, musiciens, chanteurs, bien décidés à vous entraîner dans ce tourbillon de joie ! Il était une fois un décor qui tourne, qui tourne, à la recherche des souvenirs d'enfance perdus… Il était une fois une heure de gags, de chansons et de rires, au service d'un conte traditionnel comme vous ne l'avez jamais vu.

Gil Chauveau
27/12/2014