Connectez-vous S'inscrire

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.


Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Pas de culture sans droits sociaux - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle


Brèves et Communiqués

Derniers articles

Le "Requiem" de Mozart entre à Notre-Dame de Paris

Lyrique

Le choc de la rentrée : Philippe Bianconi joue Chopin

CédéDévédé

Si la connerie m'était contée... ou hommage en forme de cabaret à Jean Yanne

Théâtre

Les riches heures de la nouvelle Saison Musicale de Royaumont

Concerts & Lyrique

"Culture au quai", un week-end pour faire le plein de sorties culturelles...

Festivals

Si la matière grise était rose, personne n'aurait plus d'idées noires

À l'affiche

Pierre Cao, une vie au service de la musique

Lyrique

Offenbach - Monsieur Choufleuri

À l'affiche

"Johnny Mangano and his astonishing dogs"... Une histoire de chien, d’art et d’amour

Théâtre


S'identifier

Dans la boutique

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Publicité



À découvrir

49e Festival des Nuits de l’Enclave des Papes à Valréas (84)

Théâtre du 8 au 31 juillet 2014 - Exposition "Résonances", peinture & sculpture, du 3 juillet au 20 août 2014

Le Festival, dont René Jauneau fut pendant 30 ans le Directeur Artistique, est né en 1965 de la rencontre d’un stage d’art dramatique organisé par le Ministère Jeunesse et Sports et d’une ville, Valréas. Il est la continuité du mouvement d’Éducation Populaire porté par les pionniers de la Décentralisation Théâtrale dans les années 1960. Durant un mois et demi, sont construits sur place, un stage d’art dramatique et un festival professionnel.

49e Festival des Nuits de l’Enclave des Papes à Valréas (84)
Depuis 2012, la nouvelle direction artistique, confiée à Gilbert Barba, qui fut stagiaire en 1979, a remis au centre du Festival la création et la fabrique des spectacles. La venue de jeunes acteurs est réinstaurée.

En Juillet 2014, le public découvrira à travers le thème de la comédie, les spectacles de comédiens confirmés comme ceux des Tréteaux de France ou du TRP de la Loire et de jeunes professionnels des Conservatoires d’Avignon et du Val Maubuée.
Stages, Lectures, Répétitions publiques, Parcours d’auteurs, Rencontres avec les comédiens, Spectacles serviront les textes de Molière, Ionesco, Visniec, Queneau, De Vos etc.

Dans l’Enclave des Papes, le Festival des Nuits fait partie de l’histoire.
La volonté de travailler les arts au plus près des citoyens par la mise en place d’actions tout au long de l’année, permet aux habitants de rencontrer des artistes, auteurs, metteurs en scène ou comédiens, et de s’essayer avec eux à une connaissance différente de l’art et de la culture.

Le Festival, c’est aussi une Exposition qui, du 3 juillet au 20 août 2014, met en "Résonances" les œuvres du peintre François Bruetschy et du sculpteur Bruno Durieux. En journée au Château de Simiane de Valréas.

programme_recapitulatif_des_nuits_2014.pdf Programme récapitulatif des Nuits 2014.pdf  (47.71 Ko)

Annonce
30/06/2014
Spectacle à la Une

Avignon Off 2014 : Le mot, mon héros... Les vers… mes héros

Des mots qui se baladent sur un plateau. De bouche en bouche. Chantés ou murmurés. Des mots connus et d’autres oubliés. Des mots qui nous séduisent, qui nous touchent, qui nous amusent. Des mots joués comme de vrais personnages, travail méticuleux que l’on doit à un sympathique trio d’artistes appliqués.

Avignon Off 2014 : Le mot, mon héros... Les vers… mes héros
Un texte poétique de Matei Visniec et un spectacle dans lequel on retrouve, entre autres, Rébecca Forster, la délicieuse et talentueuse comédienne, à la diction parfaite. Pleine de fraîcheur, la damoiselle magnifique, nous raconte, avec ses deux acolytes, les mots. Rien que cela ! "Rien que des mots, toujours des mots..." et un excellent choix. Qu'ils soient petits ou gros. Sérieux ou ridicules. Drôles ou inattendus. Les mots. Matei Visniec a dit "je suis hanté par les mots".

Comment résister alors à un écrivain qui les connaît si bien. Comment résister, un soir en Avignon, à ce retour à l'école primaire où chaque enfant qui est en nous, enfant devenu grand, réapprivoisera doucement le langage et ses subtilités incontournables ? Conseil classe pour public féru de grammaire et d'orthographe, n'hésitez pas à valser le temps d'une soirée avec ce trio d'intermittents du spectacle super doué.

Trois comédiens qui, comme tous ceux qui seront en Avignon, défendront cet autre mot : culture... dont l'auteur roumain s'est un jour emparé entre théâtre et dictionnaire et qu'on supplie, avec ou sans vers, de ne jamais s'arrêter. Qu'il y a-t-il de plus vivant qu'un mot finalement ? Écouter et savourer un bon spectacle intelligent. Voilà qui est lancé, à vous de décider... Moi, je vais y retourner. Le mot jamais ne m'effraie. Au contraire. C’est mon héros !

Isabelle Lauriou
07/07/2014
Sortie à la Une

Avignon Off 2014 : "Lilith", à la manière d’un concept album rock, est une coulée d’énergie

Damned ! Et Dieu créa Adam… Créature étrange à la fois mâle et femelle, du moins si on suit à la lettre le poème de la Genèse. Ce détail inaugural et essentiel est contredit quelques vers plus loin par l'apparition d’Ève…

Avignon Off 2014 :
Le lecteur attentif reste étourdi, interloqué, interdit, rêveur de cette contradiction que gomment les traditions (presque toutes) qui ont conclu qu'Adam était homme et que ce dernier avait finalement choisi Ève (qui apparait quelque temps plus tard sous ses côtes) et délaissé sa moitié égale à lui en toute chose, liberté et désir…

Le texte de Hédi de Clermont Tonnerre, fort bien documenté, donne voix (dans sa pièce éponyme) à Lilith. Ainsi se nommerait-elle celle qui, dépitée, aurait préféré se rapprocher de Samaël diaboliquement séduisant, autre personnage lui aussi oublié…

Le texte plein d’humour alterne connaissances et imaginations, commentaires et dialogues. Psalmodié tout autant que chanté et parlé, "Lilith", à la manière d’un concept album rock, est une coulée d’énergie. Julie Recoing comme lave en fusion donne corps à Lilith, à toutes les Lilith qui hantent depuis la genèse les rêves et les existences de ses descendants et descendantes. Faciles à repérer dans leurs avatars historiques de déesses et démones, amoureuses de chair, aux têtes d'anges heureuses.

Le spectateur et sa compagne en sortent tout chose. On l’aime bien Lilith.

Vu en avant-première.

Jean Grapin
03/07/2014